Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 06Article 560555

General News of Sunday, 6 December 2020

Source: Actu Cameroun

Tribalisme, péril Bamiléké: Boris Bertolt accuse Yaoundé!

Dans une interview à nos confrères du quotidien Mutations, le journaliste lanceur d’alertes et actuellement en exil en France parle de son ouvrage « Otage », notamment des manœuvres de Yaoundé pour l’instrumentalisation du tribalisme au Cameroun.

En début de semaine écoulée, le journaliste Boris Bertolt, accorde une grande interview à Mutations. Occasion pour lui de parler de son dernier ouvrage « Otage ». Dans l’interview en question, il évoque le bien-fondé de son livre. « Je tiens dans un premier temps à souligner que le choix de ce titre n’avait rien à voir au contexte actuel de mise en résidence surveillée de Maurice Kamto depuis le 22 septembre 2020. Le livre ayant été achevé et était en cours de production avant les marches du 22 septembre 2020 », explique-t-il.

Par la suite, il démontre la responsabilité du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) et le pouvoir en place dans le trouble postélectoral de 2018. Il répond aussi par ailleurs à ceux qui estiment qu’il exonère le candidat du Mrc de toute critique dans ce livre. « Il s’agit là d’un jugement de valeur qui est porté par des personnes qui régulièrement n’ont pas lu l’ouvrage. Et ce sont des réactions superficielles que l’on rencontre régulièrement dans notre société où les préjugés et oui dires font valeur de connaissance », soutient-t-il.

Péril Bamileké
« Je dirai simplement que nous avons deux camps qui se battent à armes inégales. L’un pour la conservation d’un pouvoir qu’il détient depuis près de 40 ans et l’autre qui veut renverser ce pouvoir. Comme dans toutes luttes politiques et surtout dans systèmes politiques où des acteurs politiques veulent s’éterniser au pouvoir, cette rivalité ne peut déboucher que sur une fracture de la société. Surtout lorsque ceux qui ont pour mission de réguler, d’encadrer, de rassembler et d’unir sont les premiers à utiliser la police, la gendarmerie et l’armée pour arrêter et torturer les manifestants de l’opposition », a-t-il indiqué.



« Le pouvoir de Yaoundé utilise ses médias pour instrumentaliser le tribalisme à travers la construction ce que j’appelle le « mythe d’un péril Bamileké ». C’est d’autant plus visible que toutes les données collectées par les journalistes et les chercheurs sur la répression et les arrestations en cours au Cameroun depuis la dernière élection présidentielle illustre clairement le ciblage d’une communauté ethnique », conclut le journaliste.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter