Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 02Article 559694

General News of Wednesday, 2 December 2020

Source: camerounlink.com

Traque contre 10 millions de Nordistes : Atanga Nji mord la poussière à Maroua

Le ministre de l’Administration territoriale était allé battre campagne contre toute idéologie vindicative.

C’est une mission échouée que Paul Atanga Nji a effectuée à Maroua ce week-end. En témoigne, a priori le vide de la salle de réunion du cercle municipal à l’occasion de la réunion de concertations multi-acteurs présidée par le non moins secrétaire

permanent du conseil national de sécurité, à la tête d’une délégation gouvernementale devant faire, le point des projets gouvernementaux de développement dans le septentrion et particulièrement dans la région de l’Extrême-nord. «La réunion était initialement prévue dans les services du gouverneur.’ Le Minât a délocalisé au Cercle municipal en estimant que cette salle est plus grande», rapporte une source à Maroua.

Les populations ne sont pas massivement venues. Le ministre de l’Administration territoriale (Minât) qui effectue présentement un périple dans le septentrion, qui est allé pour des raisons de sécurité et de préparation des élections régionales, a cru devoir saisir l’occasion pour faire porter un coup fatal au mouvement Dix millions de Nordistes dont le journaliste Guibaï Gatama est le porte-parole. Mouvement que le Minât a suspendu la semaine dernière, mais qui semble résister.

Le «persécuteur» du mouvement qui dit défendre les intérêts des ressortissants des régions septentrionales, a d’abord assisté à la messe dominicale dans une paroisse de l’église catholique à Maroua. Mais c’était un fidèle particulier : «sa présence a été annoncée et il lui a été réservé une place bien aménagée au premier rang.







Il a assisté à la messe et à la fin, à la surprise générale, il a pris la parole pour inviter les jeunes de Maroua et de l’Extreme nord à ne pas suivre le mouvement « Dix millions de Nordistes”.

Il a commencé par dire qu’il est aussi catholique comme eux et que les jeunes catholiques doivent seulement adhérer aux mouvements catholiques et non suivre des gens qui ont d’autres agendas contre l’unité nationale», renseigne une source journalistique ayant pris part à ladite messe.

C’est une fois dans la salle des travaux du Cercle municipal que Paul Atanga Nji subira la confirmation de l’échec de son projet. «La salle n’était bondée que de ses gars venus de Ngaoundéré et Garoua. Et pourtant, ils ont créé un mouvement Dix millions de Nordistes bis, pour brouiller notre combat», apprend-on.

«A la fin, ils ont reçu 10.000F pour ceux venus de Garoua et 20.000F pour ceux qui venaient de Ngaoundéré. Mais même comme on a annoncé qu’il y a aura de l’argent, les jeunes ne sont pas venus», s’en moque un membre du mouvement Dix millions de Nordistes. «Les jeunes du Nord ont dépassé les préoccupations alimentaires», commente-t-il.
Un défilé motorisé avorté

C’est à ses subalternes que le patron de la préfectorale a pu faire passer ses menaces. «Ça a tourné à des intimidations à l’endroit des chefs traditionnels. Il -leur a demandé de contenir le mouvement Dix millions de Nordistes ; et de voter pour le Rdpc. Que si une seule voix de chefs manque pour le Rdpc, ce chef en question sera destitué, et leur a distribué de l’argent», rapporte un confrère ayant pris part à la réunion. Ces chefs traditionnels appelés à voter le 6 décembre prochain pour le compte des élections régionales.

Outre le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) parti au pouvoir et leader dans les conseils municipaux dans le septentrion, l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp), le Mouvement pour la défense de la république (Mdr), l’Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (Andp), le Front de salut national du Camerpun (Fsnc),… sont en course pour des postes de conseillers régionaux. Des partis alliés du Rdpc et du pouvoir, mais Paul Atanga Nji tient à voir le parti au pouvoir tout rafler en terrain ami.

Paul Atanga Nji boira jusqu’à la lie, l’échec de son combat contre une nébuleuse «révolutionnaire» engagée dans la quête de la résolution des problèmes du Grand nord-Cameroun.

«Après les chefs traditionnels, il attendait les mototaxis ; ils ne sont pas venus nombreux. La mobilisation n’a pas eu lieu. On a appris qu’il voulait 1000 mototaximen, mais à peine une centaine, a pu arriver. Du coup, il a annulé le défilé-motorisé qui était annoncé», indique une source à Maroua. Le périple s’est poursuivi hier à Garoua. Mais cette fois-ci, avec moins de gesticulations. «Les autorités même lui ont fait comprendre qu’il s’agit d’un bouillon qui se prépare et qu’il vaut mieux ne pas fermer la marmite, afin de laisser la vapeur se libérer», rapporte nos confrères de Maroua.

«Nous n’avons jamais tenu une réunion pour appeler qui que ce soit à faire quoi que ce soit. Nous nous déployons .sur les réseaux sociaux», défie un membre du mouvement de Guibaï Gatama.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter