Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 17Article 580375

xxxxxxxxxxx of Wednesday, 17 March 2021

Source: actucameroun.com

Transition politique: voici comment le SDF renforce le RDPC

Laurent Dubois Njikam affirme par ailleurs que le Sdf fait aussi preuve d’une vitalité démocratique en acceptant le débat interne.


Depuis quelques jours, l’on assiste à une querelle interne au sein du Social democratic front (Sdf), jadis parti leader de l’opposition au Cameroun. Pour le juriste camerounais Laurent Dubois Njikam, cette querelle fait craindre pour l’alternance dans notre pays. « Quand des opposants deviennent des communicants pour le parti au pouvoir le Rdpc, il faut craindre pour l’alternance tant souhaitée », écrit ce dernier.

« J’observe ébahi depuis quelques jours, la bataille de chiffonniers que se livrent deux cadres du social Demorcatic front (SDF) par médias interposés alliant injures, délation fausses accusations. Tout y passe. Si l’on peut voir à première vue une forme de vitalité politique dans un parti politique où la censure de la parole n’est pas la chose la plus partagée par ses dirigeants, il faut toutefois véritablement s’interroger sur les mobiles de ces passes d’armes, et les véritables enjeux et bénéficiaires de cette bataille communicationnelle entre Osih et Nintcheu », poursuit-il.

Députés

Pour cette analyste politique de notre landerneau, il ne sera pas exagéré de dire que les mobiles qui poussent à agir ainsi sont le contrôle de l’opinion à la suite de la révélation de la signature par Osih d’une résolution de certains députés camerounais invitant les sénateurs américains à s’abstenir de toute intervention sur la crise anglophone au Cameroun.

« Un tel sujet charriant passion, enjeux politiques énormes ne pouvait que produire un tel brouhaha communicationnel. Par ailleurs, il révèle des dissensions internes au sein du Sdf sur l’approche quant à la résolution de la crise du Noso. Deux tendances s’affrontent donc : les interventionnistes et les partisans d’une solution locale. La résolution du Nec demandant à Osih de retirer sa signature semble indiquer la victoire de l’aile interventionniste. Ainsi pourrait-on mieux comprendre les enjeux et bénéficiaires de cette bataille », ajoute-t-il.


Ce dernier souligne par ailleurs que cette bataille prend de l’ampleur du fait que le président national du Sdf soit affaibli. « La bataille politique entre Osih et Nintcheu trouve un fondement sur l’affaiblissement du leader Ni Njohn Fru Ndi. Ainsi la perspective d’une retraite certaine du chairman, ses héritiers putatifs croient gagner le terrain politique. Chacun jouant de ses connaissances du parti, de l’environnement externe et davantage de l’idéologie dominante et caractérisant », relève-t-il.

« On a d’un côté un Osih plus conciliant, rassembler et de l’autre côté un Nintcheu bagarreur, jusquauboutiste qui souhaite incarner le Sdf original. L’objectif final étant de regagner la confiance populaire et reconsidérer la base militante du parti. La résolution de la crise du Noso se précise donc comme la toile de fond de cette bataille entre ces deux personnalités politiques. Il faut d’une part ménager le gouvernement et d’autre part regagner la confiance des anglophones qui constituaient jusqu’ici la base militante du parti », précise L.D. Njinkam.

« C’est ainsi qu’on va assister à toute forme de délation et d’accusations les unes les plus loufoques que les autres. Un SDF divisé et affaibli par des querelles intestines ne peut favoriser que le renforcement de la position ultra dominante du Rdpc dans la perspective de la transition politique au Cameroun », a conclu le juriste.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter