Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 06Article 525109

Health News of Monday, 6 July 2020

Source: camer.be

Trafic d’organe: du rififi à la morgue de l’Hôpital de Nylon à Douala


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

La famille venue retirer le cadavre de leurs fils à la morgue de l’Hôpital de Nylon a dénoncé un trafic d’organe sur le corps avant de se dédire.

Plusieurs jours après l’incident survenu à l’Hôpital de district de Nylon, un lourd soupçon pèse toujours sur cette formation hospitalière. Sur les réseaux sociaux, des articles accusant le directeur de ladite formation hospitalière de trafic d’organes humains pullulent, malgré la lettre d’excuses qui aurait été écrite le jour même des faits, le jeudi 02 juillet 2020, par la famille.

Du côté de l’hôpital, l’heure est à l’explication sur ce qu’il se serait réellement passé jeudi dernier. Dans un communiqué signé le samedi 04 juillet 2020 de la responsable de la cellule de communication de l’Hôpital de district de Nylon, Joelle Engomè, l’on apprend ainsi que « dans l’après-midi du jeudi, 02 juillet 2020, un mouvement de foule partant de la morgue a été déclenché par des personnes assistant à une levée de corps et qui prétendaient que le corps du défunt aurait subi des mutilations».

D’après l’hôpital, un examen dudit corps est alors effectué en présence de l’équipe de direction de l’hôpital, des responsables de la famille concernée ainsi que des forces de l’ordre et permet de constater séance tenante l’absence de toute anomalie suspecte. Et « après les excuses verbales et écrites de la famille du défunt, il a été convenu de laisser cette famille poursuivre son deuil pour offrir au défunt des obsèques dignes », informe le communiqué. Mutations a pu avoir copie d’une lettre adressée au directeur de l’Hôpital de Nylon, écrite le 02 juillet par Boniface Fokou Tchinda et parlant « au nom de toute la famille Fokou Boniface ».

Dans cette « demande d’excuses », ce dernier reconnait qu’une « colère » a conduit à ce mouvement de foule au cours de la levée de corps de feu David Mbé. « Suite à ce décès, un mouvement involontaire s’est produit à l’hôpital, par les amis et connaissances du défunt. La famille vient auprès du directeur de l’Hôpital de district de Nylon demander des excuses », implore celui qui parle au nom de la famille à laquelle appartient le défunt. Impossible cependant pour Mutations de savoir les véritables raisons qui ont fait croire à la famille du décédé que le corps de leur proche aurait subi un trafic d’organe. Le numéro de téléphone inscrit au bas de la lettre d’excuse étant injoignable.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter