Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 22Article 582211

General News of Monday, 22 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Tout savoir sur le groupe armé qui menace Paul Biya

Le Mouvement de Libération du Cameroun (MLC) a vu le jour il y a quelques semaines. Son ambition est de renverser le pouvoir de Yaoundé.

On sait déjà que ce groupe opère dans le Faro et Deo dans l’Adamaoua, mais on ne sait pas encore combien d’hommes il compte. L’on sait aussi davantage sur les ambitions de ce groupe rebelle né il y’a quelques jours. Dans une vidéo devenue virale qui dure 10 minutes 36 secondes. On y voit un homme en treillis militaire vert, livrer les intentions du Mouvement de Libération du Cameroun (MLC). Derrière lui, deux hommes en treillis et fusils en bandoulière montent la garde. « Nous avons entrepris nos actes à travers tout ce que le régime nous a fait, nous avons revendiqué auprès du gouvernement, sans succès. Nous allons manifester avec des armes, pour que le règne la loi du plus fort. Car il est interdit de manifester pacifiquement », déclare l’homme qu’on voit sur la vidéo. «Les Forces de défense et de sécurité camerounaises ont emmené des civils dans les groupes d’autodéfense camerounais et nigérians pour nous combattre. Je vous préviens, éloignez-vous. Nous sommes des soldats. Le problème se situe entre le gouvernement camerounais et notre mouvement. Nous n’avons aucun problème avec vous. Ils n’ont pas la capacité de nous combattre. Vous n’avez pas les armes que nous avons. Si vous tuez l’un de nos éléments, nous essaierons de brûler vos villages un par un », poursuit-il.

Parmi les premières actions à entreprendre, le personnage sur la vidéo annonce la libération l’ancien ministre Marafa Hamidou Yaya, du professeur Gervais Mendo Ze, et de l’ancien directeur général de la Sodecoton Iya Mohamed.

Peur d’un embrasement total
Au sein de l’opinion, l’on craint que le nouveau mouvement commence à poser des actions tel qu’annoncé, car cela viendra davantage amplifier la crise sécuritaire que traverse le Cameroun depuis près d’une dizaine d’année. « Sachant que l’Extrême-Nord, notamment au niveau de la frontière avec le Nigeria, est une zone où les armes circulent, il est possible que nouveau groupe soit doté d’une artillerie relativement lourde. Alors cela conduirait à une crise sécuritaire dans un pays en guerre sur plusieurs fronts », explique Andifor Ernest, doctorant en étude géostratégique à l’université de Yaoundé II.

Première déculottée

Le chercheur Benjamin Elouma, avait affirmé il y quelques que jour que : « la seule vidéo que j’ai vu me donne l’impression qu’il s’agit des petits voleurs de bétails qui sont poussés à leur dernier retranchement par les comités d’auto-défense. Ils disent qu’ils sont des militaires, ce qui ne semble pas vrai, car les militaires ont une façon de communiquer. Et même les vrais groupes rebelles ne communiquent qu’après avoir commis des exactions. » Ces propos semblent se confirmer.

Selon les récentes informations, ce groupe armé a été mis en déroute il y a quelques jours par un comité d’auto-défense déterminé à assurer la sécurité dans l’Adamaoua. Le bilan des combats fait état de plusieurs rebelles en fuite, et un important matériel (armes, munitions, treillis) saisi.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter