Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 27Article 537706

Crime & Punishment of Thursday, 27 August 2020

Source: lea-camer.com

Tontine sexu3lle sur whatsapp, la nouvelle forme de la pr0stitution au Cameroun

Incroyable mais vrai! Au Cameroun, une nouvelle pratique prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux, en l’occurrence WhatsApp. Il s’agit de la « tontine sexu≪e » ou « tontine du s&xe ». Tout se gère en ligne avec cette nouvelle forme de prostitution.

A Douala, le numérique fait beau jour dans plusieurs domaines, et celui des femmes de joie n’est pas en reste. Les nouvelles technologies de l’information sont, de nos jours, les principaux outils de travail pour la nouvelle génération des prostituées. Quelle est alors le mode opératoire de cette nouvelle tendance qui étend progressivement ses tentacules dans la sphère juvénile ? Tenez-vous bien, ce n’est pas sorcier.

En effet, tout part de la création d’un groupe sur les réseaux sociaux, notamment whatsApp, qui accorde une certaine aisance aux utilisateurs avec ses fonctionnalités, dont l’appel vidéo. Dans lesdits fora, un homme a droit a deux femmes, la participation est de 2100 francs chaque trois jours et par personne, pour bénéficier de deux femmes aux choix qui encaissent les tontines. Le nombre des membres varie d’un groupe à un autre. Mais le moins qu’on puisse dire, il y en a de 15 membres, dont 10 garçons et 5 filles.

Un phénomène silencieux !

Le phénomène de la « Tontine s&xuelle » ou « Tontine du s&xe » n’est pas inconnu en Afrique de l’Ouest. Depuis 2017, les médias ne cessent de donner l’alerte pour cette nouvelle forme de prostitution des temps modernes. Mais le phénomène était jusque-là limité à un cercle restreint. La pratique se faisait entre les élèves et les lycéens. Elle consiste pour de jeunes élèves (parfois des apprenties artisanes) fraîches et prêtes à tout pour les espèces sonnantes et trébuchantes, à se positionner à des endroits stratégiques, les soirs surtout, pour appâter les hommes.

« Côte d’ivoire, Sénégal, Bénin…le concept varie »

Selon le média iciabidjan.com, en Côte d’Ivoire, par exemple, c’est une tournante. En effet, des hommes âgés viennent vers ces filles-là et proposent de coucher avec elles. Alors, dans le groupe, une fille est choisie pour coucher avec l’homme en question. Au retour, l’argent qu’elle a eu, elle le donne à une autre fille. Ensuite, le lendemain, celle qui a reçu l’argent la veille, lorsqu’elle revient de sa “partie de jambes en l’air”, remet à son tour son argent à une autre. Et ainsi de suite.

Au Bénin, l’activité varie légèrement. En effet, il y a un système de mises. Ces mises commencent par 5000F CFA. Certaines des filles souscrivent le double ou même le triple. Tout dépend de la capacité de l’intéressée à supporter plusieurs rapports s&xuels dans la journée. Et la tontine se fait chaque jour ou chaque semaine, selon les cas. A la tête de ces pseudo-associations, une matrone ou une jeune fille est responsabilisée dans le lot.

D’une autre source, on apprend que la participation au Sénégal, tenez-vous bien, est de 1000 francs Cfa par personne pour les tailles fines, 1500 pour les « driankés » et 2000 francs pour bénéficier d’un « bonus massage ».
Le « tirage » se fait tous les 10 jours. Le gagnant bénéficie d’un appartement meublé pour profiter de moments d’intimité avec la femme de son choix.

Dommage!

Le phénomène de la tontine s&xuelle est une dégradation inhérente des valeurs intrinsèques de la culture africaine. La pauvreté, manque d’éducation, est entre autres, la cause de ce phénomène qui s’enracine dans les habitudes de la nouvelle génération africaine. A ce stade, il urge que les parents et les gouvernements d’Afrique prennent des mesures drastiques pour siffler la fin de cette pratique qui est bien dommage pour l’Afrique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter