Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 23Article 592405

xxxxxxxxxxx of Friday, 23 April 2021

Source: Kalara n°380

Terrorisme: le parquet condamne une collaboratrice de Paul Biya

Le ministre public a requis la culpabilité d’une enseignante d’université par ailleurs, Chargée de mission à la présidence de la République poursuivie pour dénonciations calomnieuses à la suite d’une plainte d’un commerçant accusé faussement d’appartenir à la secte Boko Haram.

L'une des trois procédures dont M. Abbo Bakari Mahamadou, prince de Tignere, bien connu sous ie sobriquet de Bappa Wadjiri, un commerçant basé à Yaoundé et Mme Djuidjeu Marie, enseignante d’université et Chargée de mission à la présidence de la République s’affrontent devant le Tribunal de première instance (TPI) de Yaoundé centre administratif, s’achemine vers son terme.

Après de nombreux renvois de l’affaire, le juge en charge du dossier a ouvert et clos les débats en l’absence de Mme Djuidjeu Marie qui a brillé par son absence à cette audience du 14 avril 2021. Il est reproché à l’enseignante d’université d’avoir faussement dénoncé le jeune homme d’affaires à la police comme étant un terroriste de la secte islamiste Boko Haram. Le parquet qui avait estimé que cette dénonciation était sans fondement après I’expbitation du rapport de la division régionale, de la police judiciaire du Centre, avait innocenté M. Abbo Bakari Mahamadou et classé le dossier sans suite.


Raison pour laquelle, le plaignant, qui avait subi toutes sortes d’humiliations et risqué des poursuites judiciaires devant le Tribunal militaire, avait décidé de saisir la justice, non seulement pour être rétabli dans son honneur bafoué, mais aussi pour exiger des dommages et intérêts par rapport au tort qu’il dit avoir subi. Le 14 avril, M. Abbo Bakari Mahamadou a donné sa version des faits au centre de la procédure.



M. Abbo Bakari Mahamadou a expliqué au tribunal que la collaboratrice du chef de l’Etat, n’est ni sa bailleresse, ni sa voisine, encore moins un membre de sa famille. Il dit avoir été désagréablement surpris que cette dernière avec qui il n’avait aucun lien le dénonce d’appartenir à un réseau de la secte islamiste Boko Haram au moment où les terroristes de cette secte semaient la terreur dans les régions septentrionales du Cameroun. Il soutient que la dénonciation de Mme Djuidjeu Marie qui se cachait derrière un certain Keumegne Fidèle Picou avait pour objectif de le livrer à la vindicte populaire et aux mains des autoritaires judiciaires qui punissent avec la plus grande sévérité, toutes les personnes déclarées coupables d’actes terroristes.



Le plaignant indique n’avoir eu la vie sauve que grâce au bon sens de la police judiciaire et du procureur de la République du TPI de l’époque des faits. «Dès brs que le tribunal m’avait innocenté dans cette délicate affaire de terrorisme, j’ai immédiatement porté plainte contre M. Keumegne Fidèle Picou dont le nom figurait dans la dénonciation faite à la police. De plus, ce dernier, qui m’avait proféré des menaces, s’était présenté comme mon nouveau bailleur alors qu’il n’avait pas rompu le contrat de bail signé avec M. Fodjo en 2013, quelques jours avant la dénonciation », a déclaré M. Abbo Bakari Mahamadou. Pendant l’enquête policière, le nom de Mme Djuidjeu Marie n’avait jamais été cité.


La culpabilité
A la question de savoir comment le nom de Mme Djuidjeu Marie se retrouve dans l’affaire? M. Abbo Bakari Mahamadou explique que c’est au cours des débats qu’une descente du tribunal à la direction de la police judiciaire (Drpj) du Centre dans le cadre de l’affaire de menaces sous conditions, tentative d’escroquerie dénonciation’ calomnieuse qui l’opposait à ce Keumegne Fidèle Picou qu’il a été établi que ce dernier agissait sur l’instigation de Mme Djuidjeu Marie. Il précise que M. Keumegne avait été jugé et condamné le 29 mai 2017 à six mois d’emprisonnement avec sursis pendant 3 ans au paiement des dommages et intérêts d’un montant de 800 000 francs.

Dans. la suite de son témoignage le prince de Tignere avait décidé après la condamnation de Fidèle Keumegne de poursuivre le 31 mai 2014, l’ensçignante d’université désignée comme l’auteure principale de la dénonciation à la Drpj du Centre. C’est cette procédure qui se poursuit devant le TPI.



Le magistrat du parquet a demandé au tribunal de déclarer Mme Djuidjeu Marie, qui ne comparaît pas, coupable de l’infraction de dénonciation calomnieuse mise à sa charge.

Me Libong Daniel Bienvenue, l’avocat de M. Abbo Bakari Mahamadou, s’est associé, quant à lui, aux réquisitions du ministère public. II a demandé au juge de s’appuyer sur l’article 304 alinéa (2) du Code pénal qui stipule que toute personne reconnue coupable de dénonciation calomnieuse est punie d’un emprisonnement de 2 à 5 ans lorsque la dénonciation est anonyme. L’avocat a annoncé que son client se constituait partie civile et exigé que la mise en cause lui verse la somme de 80 millions de francs représentant les dommages et intérêts.

En rappel, le jeune hommo. d’affaires avait pris en bail un local auprès de Grabriel Fodjou en-septembre 2013. Il avait, sebn lui, payé régulièrement son loyer jusqu’au mois d’août 2014, lorsque que Fidèle Kemegne lui a interdit de verser les frais de location à celui qui les percevait avant. Il indique avoir été convoqué, à sa grande surprise quelques temps après, à la Division régionale de la police judiciaire du Centre où il avait été dénoncé comme étant un membre du groupe terroriste Boko Haram.

Seulement la dénonciation qui s’est avérée fantaisiste n’a pas prospéré. M. Abbo Bakari Mohamadou a été élargi et lé dossier a été classé sans suite. C’est alors que l’homme d’affaires va déposer une plainte au parquet du TPI de Yaoundé centre administratif contre Mme Djuidjeu Marie pour dénonciations calomnieuses, le 31 août 2017.Le juge a promis rendre son verdict le 12 mai 2021.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter