Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 03Article 570979

Actualités Régionales of Wednesday, 3 February 2021

Source: L'ACTIVATEUR N° 203

Tentatice de destabilisation de la prison principale de Ngoumou:

Des francs-tireurs de la presse commis pour déstabiliser l'équipe dirigeante de cette unité pénitentiaire suffisamment stable et calme. Sauf que ces derniers ont omis de demander à leurs commanditaires, de mieux les édifier sur le régime pénitentiaire au Cameroun d' une part, et sur la gestion des dons au sein de la prison principale de Ngoumou d'autre part. La manifestation de la vérité est au-dessus de l'argent des commanditaires du sale boulot.

Dans sa publication d'hier, le lanceur anti républicain d'alertes Boris Berthold s'est intéressé à ce qu'il a appelé des "Tensions au sein de la prison de Ngoumou". Dans ces pitreries truffées d'erreurs et d'inexactitudes des faits, il cite "une Administratrice principale qui a confisqué la prison du fait des liens privilégiés qu'elle entretient avec le régisseur". Le franc-tireur en question qui ne sait pas écrire parfaitement son nom, mais maîtrise son matricule jusqu'à sa cuvée promotionnelle, le fait à dessein pour brouiller les pistes, preuve d'une complicité intérieure. Il déclare qu'elle "est en complément d'effectif. Jusqu'à présent elle est toujours là...".

Il parle également des "Dons des prisonniers", qui "rentrent chez elle. Une partie, elle prépare dans cette prison pour vendre aux gardiens..."

Des sources de plus en plus concordantes font état de ce qu'il y aurait des coups en dessous de la ceinture, opérés par un félon non encore identifié mais en service au sein de cet univers carcéral. Un suspect perfide aigris, mercantile et égocentrique, en contact avec Boris Berthold, et qui ne rate pas une occasion pour déstabiliser discrètement la grande ambiance professionnelle et la sérénité impulsée par le chef de cette unité pénitentiaire, l'Administrateur des prisons Charles Philippe Alexandre Nguiamba qui, de concert avec son adjoint, les 04 autres officiers et les 39 hommes de rangs, a bien pu maîtriser ces garnements très dangereux, prévenus et condamnés par la rigueur de la loi avec la toute-puissance de l'appareil judiciaire et en détention à la prison principale de Ngoumou.

La vérité dans cette affaire est que la jeune officier supérieure incriminée ici ne s'appelle pas "Mouelle Ngolle Huguette", elle s'appelle plutôt Meloue Ngole Huguette". Elle n'est pas "Administratrice Principale" de grade tel que le raconte le franc-tireur. Elle est "Administrateur des Prisons" en complément d'effectif et dans une position de stage. À cet effet, elle devrait, pour des besoins d'apprentissage, toucher du doigt toutes les réalités du pénitencier et selon un programme bien établi, elle fait le tour des bureaux que compose une prison principale. Cette jeune officier supérieure de l'administration pénitentiaire est bien élevée et assidue. Elle est placée sous les ordres directs du régisseur de cette prison qui en dehors d'elle, travaille également avec tous ses collaborateurs. Il faut dire que son comportement est appréciable et son humilité joue généralement en sa faveur auprès du régisseur et son adjoint. Ceci a forcément facilité son intégration et son encadrement par ces deux patrons du pénitencier.

Pour ce qui est des dons, ils sont gérés par le Chef de bureau de l'action, des activités culturelles et éducatives (Basace) conformément au décret N° 92/052 du 27 Mars 1992. Le Basace de la prison de Ngoumou est un Intendant des Prisons qui dispose d'un registre coté et paraphé dans lequel sont inscrits tous les dons que reçoit cette prison principale. Il mentionne le jour de la sortie ainsi que chaque bénéficiaire. Les bénéficiaires ne sont autres que les détenus de cette geôle. Une traçabilité sans failles. Impossible de détourner un don destiné aux détenus. Le régisseur lui-même veille au grain. L'administrateur des Prisons Meloue Ngolle Huguette n'intervient nulle part dans cette chaîne.

Parlant de la gestion de la cuisine, disons qu'il existe bel et bien une cuisine à l'intérieur de la Prison principale de Ngoumou, créée et équipée par les soins de l'actuel régisseur, afin d'éviter que le personnel s'éloigne du service.

Rappelons que cette prison est retirée dans la brousse à 3km de la route principale et à 8km du centre-ville de Ngoumou. Elle a d'ailleurs besoin et de toute urgence, d'une dotation en matériel roulant, pour le transport des détenus au parquet, ainsi que du personnel.

À la cuisine, chaque groupe de garde, en fonction de ses moyens, organise ses repas. Mais tout le matériel de cuisine est mis à leur disposition.

Au regard de ces vérités face aux non vérités présentées en amont, il y a lieu de comprendre que le franc-tireur a été maladroit en s'engageant sur un terrain qu'il ne maîtrise pas. Néanmoins, le ver est dans le fruit.

Affaire à suivre...

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter