Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 25Article 568951

General News of Monday, 25 January 2021

Source: www.camerounweb.com

Tension dans le sérail: Atanga Nji s'en prend à Paul Biya, Dion Ngute et Fame Ndongo

Les menaces de Paul Atanga Nji à l'endroit des chefs traditionnels de l'Ouest ne passent toujours par au sein de l'opinion. C'est l'exemple de Edmond Kamguia qui l'a fait savoir ce 24 janvier sur le plateau de Equinoxe Tv.


Au cours d'une réunion tenue avec les chefs traditionnels de la Région de l’Ouest le 20 janvier dernier, Paul Atanga Nji a invité Sa Majesté Ibrahim Mbombo Njoya, roi des Bamoun et ses pairs à quitter le champ politique et se consacrer uniquement à l'agriculture.

Enrobée dans une horde de menaces, cette déclaration a suscité l'interrogation de plusieurs camerounais sur la place de la chefferie traditionnelle dans l'administration Camerounaise, d'autres dénonçant même une tentative de musèlement des rois. Invité de l'Emission "Droit de réponse" de ce 25 janvier, Edmond Kamguia a indiqué ne pas comprendre la sortie du Minat, tant elle implique entraine plusieurs conséquences. « Est-ce qu'il voudrait dire que sa Majesté Aboubacary Abdoulaye, vice-président du Sénat doit quitter le sénat et ne rentrer faire que l’agriculture ? » ou encore « Est-ce que cela veut dire que le premier ministre doit démissionner de ses fonctions et ne faire que l’agriculture ? », s’interroge le consultant.

En effet, à travers sa déclaration face aux chefs de l'Ouest, le ministre de l'administration territoriale charge indirectement ses pairs du gouvernement et du RDPC dont la majorité est détentrice du pouvoir traditionnel dans plusieurs localités du Cameroun comme l'explique Edmond Kamguia dans la vidéo ci-dessous.



Le mémorandum qui dérange

Depuis quelques jours, certains chefs traditionnels de la région de l’Ouest font des sorties tonitruantes dans les réseaux sociaux avec des prises de position qui pour l’essentiel peuvent poser une entrave sérieuse à la paix et à la stabilité du pays si chères à tous les Camerounais. L’un de ces pamphlets qui a récemment défrayé la chronique n’est autre que le mémorandum que certains parmi eux, ont cru bon d’adresser au président de la République, Chef de l’État, Son Excellence, Paul Biya via les réseaux sociaux. Une attitude méprisante et non conforme aux valeurs républicaines.Selon Paul Atanga Nji,le Chef de l’État, Paul Biya depuis son accession à la magistrature suprême du Cameroun a toujours œuvré non seulement pour que l’autorité traditionnelle soit renforcée, mais aussi et surtout pour que les chefs traditionnels soient respectés. C’est dans ce sillage que le Chef de l’État a décidé de ce que, ces chefs soit rémunérés .Une mesure qui est venue se greffer à bien d’autres prises auparavant. S’il a clairement indiqué que les Chefs ont comme tous les autres citoyens, le droit d’écrire au président de la République, président de tous les Camerounais. Seulement, ils se doivent de le faire dans le respect des institutions de la République et de celui qui les incarne.

S’adresser au président Biya en balançant la correspondance qui lui est destinée dans les réseaux sociaux est un acte anti-républicaine qui nécessite un recadrage .C’est ce que le Ministre Atanga Nji, dans sa posture de Ministre de l’Administration Territoriale a fait à ces administrés de l’État. Au cours de cette concertation d’envergure avec les autorités traditionnelles de la région de l’Ouest, Paul Atanga Nji leur a prodigué quelques conseils sur la démarche à entreprendre lorsqu’ils veulent porter un message à l’endroit du Chef de l’État. Il a par la suite souhaité que ces Chefs s’impliquent personnellement pour la réussite du processus de décentralisation dans lequel le pays est irréversiblement engagé. La collaboration avec les autorités administratives quant à elle, doit se poursuivre afin que les populations vivent en paix. Le Minat a enfin engagé les uns et les autres à tout mettre en œuvre pour que la paix et le vivre-ensemble se perpétuent dans notre pays le Cameroun.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter