Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 15Article 597130

Actualités of Saturday, 15 May 2021

Source: www.camerounweb.com

Tension à Etoudi : Jeune Afrique confirme la guerre entre Dion Ngute et Laurent Esso

•Dion Ngute et Lauren Esso ne s’entendent pas

•Paul Biya est au courant de la guerre entre les deux personnalités

•Dion Ngute va donner un coup à Laurent Esso le 18 mai



L’un est premier ministre, l’autre est ministre de la justice. Entre les deux il ne devrait pas y avoir normalement de guerre de leadership mais c’est méconnaitre Laurent Esso. Le ministre de la justice de Paul Biya n’accorde aucun respect à son premier ministre. Il ignore les convocations de Joseph Dion Ngute et ne craint point les représailles qui pourraient venir de ce dernier.
Selon le magazine Jeune Afrique, Paul Biya est au courant de la tension entre les deux personnalités mais il ne fait rien. « Le Premier ministre sait que Paul Biya n’ignore rien de ce conflit, mais qu’il ne l’arbitrera pas. Le chef de l’État, qui fut aussi Premier ministre de 1975 à 1982 sous la présidence d’Ahmadou Ahidjo, avait dû lui aussi subir les affronts de Samuel Eboua et de Victor Ayissi Mvodo, deux des cadors du gouvernement. Il faut serrer les dents et attendre un faux pas de l’ennemi », révèle le journal.


La bataille du 18 mai

Joseph Dion Ngute sera à Douala le 18 mai prochain pour rencontrer les responsables du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam). Ce déplacement du premier ministre fait suite à la brouille entre le ministre de la justice et le Gicam avec l’humiliation du ministre Jean de Dieu Momo. En effet alors que les cadres Gicam attendaient le ministre Laurent Esso le 17 avril 2021 pour évoquer l’insécurité judiciaire qui plombe le climat des affaires au Cameroun, ce dernier s’absente et se fait représenter par son ministre délégué, Jean de Dieu Momo. Célestin Tawamba, le président du Gima avait à l’époque refusé d’accorder l’entretien à ce dernier.


Selon Jeune Afrique, par ce déplacement, le premier ministre Joseph Dion Ngute a décidé de jouer dans la cour de Laurent Esso.
« Dion Ngute, qui a piloté le Grand dialogue national du 30 septembre au 4 octobre 2019 visant à mettre fin à ce conflit, jette une pierre dans le jardin d’Esso qui, lui, a toujours préconisé la manière forte contre les sécessionnistes anglophones Par ailleurs, cette visite au patronat est une première depuis l’indépendance.


Habituellement, ce sont plutôt les chefs d’entreprise qui se déplacent de la capitale économique pour Yaoundé, où ils rencontrent des ministres dans le cadre du Comité de compétitivité. Dion Ngute rompt ainsi avec une orthodoxie peu appréciée des conservateurs, dont Esso est la figure de proue », précise le journal.

Dion Ngute et la justice

Plusieurs ministres camerounais justifieront la gestion qu’ils ont faite des fonds Covid-19 alloués par le FMI, devant le Tribunal Criminel Spécial(TCS). Le ministre de la justice, selon nos sources a reçu l’accord de la présidence de la République afin d’auditionner les ministres accusés de détournement de fonds. Le premier ministre Joseph Dion Ngute, jusqu’ici épargné par les scandales financiers sera lui aussi écouté par les enquêteurs. Les auditions commencent lundi 17 mai 2021.

Les ministres de Paul Biya sont dans le tourment. Selon des sources proches de la présidence, près de la moitié du gouvernement a reçu une invitation du TCS. Le ministre de la justice Laurent Esso après avoir reçu l’aval de la présidence de la République a saisi la présidente du TCS Annie Noëlle Bahounoui Batende pour le démarrage des auditions. Cette dernière réputée pour sa chasse aux ministres délinquants n’a pas tardé à saisir à son tour OKO Joel, Chef de Division des Enquêtes dans le Corps Spécialisé d'Officiers de Police Judiciaire du Tribunal Criminel Spécial. C’est cet officier qui a adressé les convocations aux ministres.

Le corps du délit

Il est reproché à plusieurs ministres de Paul Biya d’avoir détourné les fonds octroyés au Cameroun par le Fonds Monétaire International (FMI) pour lutter contre le Coronavirus. Le montant de l’aide s’élève à 250 milliards de francs CFA. Voulant demander une nouvelle aide, il a été demandé au Cameroun, de présenter un rapport de la gestion du premier fonds décaissé. L’enquête confiée à la chambre des comptes a révélé plusieurs anomalies.
En colère, Paul Biya ordonne, à la suite du rapport de la chambre des comptes, des poursuites judiciaires contre les personnes qui ont détourné les fonds du COVID-19, leurs co-auteurs et leurs complices.

Saisi par le secrétaire général de la présidence de la République Ferdinang Ngoh Ngoh, le ministre de la justice Laurent Esso avait trainé les pas dans un premier temps. Il a envoyé un courrier à Ferdinand Ngoh Ngoh lui demandant de lui faire parvenir le rapport de l’enquête de la chambre des comptes avant qu’il n’ouvre une procédure contre les ministres.

Le 13 avril 2021, le journal Jeune Afrique a indiqué que plusieurs arrestations sont programmées et la primature était dans le viseur de la justice.

« Selon nos informations, la primature est en première ligne. Paul Biya a prié Joseph Dion Ngute de faire un point complet sur l’utilisation des « fonds Covid », « accompagné de justificatifs », « dans les meilleurs délais ». Le chef de l’État subit en effet la pression du FMI, avec qui il espère signer ce mois-ci un nouvel accord pour obtenir des financements afin de lutter contre la pandémie », révélait le journal.