Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 23Article 551230

General News of Friday, 23 October 2020

Source: Actu Cameroun

Taxe sur l’électronique: la douane confesse son incompétence

Le directeur général des douanes (DGD), Fongod Edwin Nuvaga, a adressé une curieuse correspondance à ses unités opérationnelles.

Dans une correspondance, datée du 20 octobre et ayant pour objet «renforcement du dispositif de contrôle des téléphones et terminaux numériques importés», il demande aux chefs de secteur de «prendre les dispositions nécessaires», en ce sens, pour des opérations plus efficientes de dédouanement desdites marchandises.

Après avoir rappelé les procédures usuelles en vigueur, il exhume une décision du ministre des Finances (Minfi), prise depuis le 17 mars 2020 et portant sur le programme de vérification des importations et des règles générales aux fins d’interprétation du système harmonisé de désignation et de codification des marchandises, lorsque celles-ci sont présentées démontées ou non montées, en différentes parties à assembler ultérieurement. En d’autres termes, la douane est appelée à faire le travail qu’on croyait qu’il faisait depuis le temps. Et il faut toute une note de service pour le rappeler à ses agents.

Ce sursaut de lucidité du DGD, note-t-on, intervient au lendemain d’une mesure du président de la République, ordonnant la suspension d’application du controversé prélèvement obligatoire d’une taxe sur les téléphones et terminaux importés. On se souvient que, en début de semaine, et face à la montée.de colère des utilisateurs, Paul Biya avait demandé de soumettre, à sa très haute attention, «un mécanisme plus approprié de recouvrement desdits droits de douane et autres taxes», un système qui devait entrer en vigueur dès le 15 octobre.


Un potentiel de 13 milliards

Le DGD termine sa correspondance en exhortant chacun de ses collaborateurs «à s’impliquer personnellement dans les opérations de dédouanement desdites marchandises et à tenir la main ferme (sic) pour l’application rigoureuse [de ses] prescriptions dont la violation devra être sévèrement sanctionnée». Implicitement, Fongod Edwin Nuvaga confesse le laxisme en vigueur dans l’administration dont il a la charge. Il avoue, piteusement, les mafias fortement répandues dans les services de dédouanement. Le DGD reconnaît que, à ce jour, la douane camerounaise a pêché par son incapacité à combattre le fléau de la contrebande et du commerce illicite qui, selon les évaluations officielles, font perdre annuellement entre 200 et 250 milliards de francs à l’État.

Selon d’autres estimations, émanant cette fois de la douane, les quelque 4 millions de téléphones mobiles importés par an au Cameroun représentent un potentiel de 13 milliards de francs de recettes annuelles, en supposant que chaque appareil constitue une moyenne minimale de 10.000 francs. Pourtant, apprend-on de la même administration, moins de 100 millions de francs sont mensuellement collectés, un manque-à-gagner avoisinant 12 milliards de francs annuels.

Incapable de lutter’ contre les pratiques illicites qui créent un sérieux préjudice aux caisses publiques, le gouvernement, plutôt que de pourchasser les importateurs véreux, a dû se résoudre à soutirer le manque-à-gagner directement dans la poche des acquéreurs de terminaux électroniques. Personne n’est cependant dupe : l’agitation de Fongod Edwin Nuvaga n’est qu’un misérable fumigène, qui ne pourra jamais endiguer le cancer de la mal-gouvernance à la douane.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter