Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 09 01Article 616585

Actualités Régionales of Wednesday, 1 September 2021

Source: www.camerounweb.com

Suspension du curé Cyprien Amougui: nouvelles révélations des populations

'Ce monsieur n'est pas un  chrétien catholique. Il est allé chercher quoi là-bas?' play video'Ce monsieur n'est pas un chrétien catholique. Il est allé chercher quoi là-bas?'

• Le curé de la Paroisse Saint Philippe et Jacques a été suspendu

• Les populations du village s'opposent à sa suspension

• Le reportage de la chaine Bnews1


Les habitants du village de Ndonko de la chefferie d'Ekonong ne décolèrent toujours pas suite à la suspension du curé de la Paroisse Saint Philippe et Jacques accusé d'avoir frappé avec la dernière rigueur à l'aide des tiges de macabos, un vieillard dans une plantation.

Ces populations, qui se sont opposées à la venue d'un nouveau curé nommé par l'Evêque de Mbalmayo, ont encore exprimé leur colère suite à une descente sur les lieux d'une équipe de reportage de la chaine Bnews1. Face aux caméras, elles accusent le vieillard bastonné de pratiques mystiques et disent avoir tous été victimes de sa "méchanceté". Le curé Cyprien Amougui aurait lui-même été victime d'attaques mystique de la part du vieillard.
"Ce monsieur n'est pas un chrétien catholique. Il est allé chercher quoi là-bas? (...) Tout le monde a peur de la mort. Si c'était moi, j'allais faire le même geste. ", a déclaré un villageois tout en colère.

Il précise que ces visites sont liées à des pratiques de sorcellerie.
"Il cherche à me tuer, c'est pas la première fois. Le prêtre était dans son presbytère et un serpent est apparu sur son lit. (...) Quand on a découpé ce serpent, le sang n'était pas sorti", ajoute-t-il.

Ci-dessous la rédaction de CamerounWeb vous propose le reportage de Bnews1





GREGOIRE OWONA ET AMOUGOU BELINGA CITES DANS UN PLAN D'ASSASSINAT DU CURE CYPRIEN AMOUGUOU

Derrière cette affaire, qui semblait être banale, se cacheraient des révélations sur un véritable syndicat de crimes organisés.

En effet, dans une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux, le curé de la paroisse Saints Philippe et Jaques de Ndongko du nom de Cyprien Amouguou a frappé avec la dernière rigueur à l'aide des tiges de macabos, un vieillard dans une plantation. Il accuse ce dernier de sorcellerie.

Suite au choc qu'a provoqué cet acte au sein de l'opinion publique camerounaise en général et de la communauté de chrétiens catholiques en particulier, l’Evêque du Diocèse de MBALMAYO, Mgr Joseph-Marie NDI-OKALLA lui a infligé une suspension.
"Dans le but de rétablir la justice, d'en appeler à votre discernement et amendement et de réparer le scandale (C1341)

Je vous demande:

De suspendre jusqu'à nouvel ordre, toute fonction d'enseignement, de sanctification et de gouvernement dans la paroisse Saints Philippe et Jaques de Ndongko, dont je vous ai confié la charge.", a décidé l'Evêque.

Selon l'activiste camerounais Patrice Nouma, le curé ne serait que la victime dans cette affaire.

Tout en dénonçant la conduite du curé, Patrice Nouma nous apprend que le vieillard bastonné fait partie d'un syndicat de crimes organisés.
"Pour ceux qui me suivent depuis très longtemps, vous m'avez entendu parler d'une grand-mère de 73 ans assassinée à l'arme blanche dans ledit village par trois personnes le 09 février 2008: Ndong Mvondo Daniel, Okoudou Ndong Maurice et Siméon Essomba. Elle a rendu l'âme à l'hôpital général le 24 février 2008 après avoir dénoncé ceux qui l'ont assassiné. (...) Qui était à la mannoeuvre ? C'est ce vieux bastonné par le prêtre. Il se nomme Ndong Mvondo Daniel. Il était le chef du groupe. Arrêtés, ils ont été condamnés à 30 ans de prison avec une amende chacun de 32 millions. Au bout de 15 ans, ils ont obtenu la liberté conditionnelle." relate l'activiste.

Sur le motif de leur libération, Patrice Noume révèle que ces derniers menaçaient de révéler l'identité des commanditaires de l'assassinat de la vieille de 73 ans.
"Ils sont libérés parce qu'ils menaçaient ceux qui avaient commandité l'assassinat dont Grégoire Owona, Belinga Eboutou, Amougou Beuteu et le Nonce Apostolique de l'époque. Depuis la prison, ils envoient le message à Belinga Eboutou et Grégoire Owona que: "si nous continuons à rester ici pendant longtemps, nous serons obligés de parler". Parce qu'on leur a changé de prison à plusieurs reprises. (...) Dans l'esprit du curé, il se dit ce monsieur si je l'envoie à la gendarmerie, il va encore être libéréré cmme on le libère régulièrement. Parce qu'il est le bras armé d'Albert Ndzana, Grégoire Owona, Belinga Eboutou et autres." précise Patrice Nouma.

Il reproche au journaliste de Vision 4 qui a réalisé un reportage de n'avoir pas cherché à creuser le fond de l'affaire et s'être limité à la bastonnade.

Ci-dessous l'intégralité des révélations de Patrice Nouma

Rejoignez notre newsletter!