Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 09Article 596230

Politique of Sunday, 9 May 2021

Source: www.camerounweb.com

Survie Cameroon: révélations sur le coup d'Etat manqué de Penda Ekoka contre Kamto

Kamto doit faire une introspection et se demander pourquoi il veut être président Kamto doit faire une introspection et se demander pourquoi il veut être président

Christian Penda Ekoka annonce la création d'une nouvelle dynamique comme alternative politique au MRC et au RDPC.

Christian Penda Ekoka s'est discrédité en présentant de faux arguments pour discréditer Maurice Kamto

Maurice Kamto doit se remettre en question afin d'atteindre son objectif qui est la prise du pouvoir.


La guéguerre entre Christian Penda Ekoka et Maurice Kamto sur l'audit des fonds de "Survie Cameroon" présente des ramifications politiques. C'est en tout cas la conclusion à laquelle sont parvenus les activistes anglophones de la page Facebook English Cameroon for a United Cameroon. Dans un développement succincte et cohérente ils démontrent comment le leader de AGIR / ACT, Christian Penda Ekoka ne fait plus confiance à Maurice Kamto en tant que chef de file de l'opposition et procède à la formation d'une coalition de personnalités de haut rang comme alternative politique au MRC et au RDPC. Ils précisent que Christian Penda Ekoka se fonde sur de fausses accusations de détournement des fonds de "Survie Cameroon" pour se débarrasser de Maurice Kamto. Une initiative qui selon eux ne peut pas faire long feu puisque les personnalités mentionnées dans cette coalition ont toujours confiance en Kamto.

Selon un article récent sur la liberté du Cameroun, il semble que le poste énigmatique de M. Penda Ekoka il y a environ deux semaines et sa comparution le 1er mai soient désormais plus clairs. M. Christian Penda Ekoka ne fait plus confiance à Maurice Kamto en tant que chef de file du changement. Si l'on en croit ce poste, une nouvelle dynamique est à l'étude ou s'est formée comme alternative politique au MRC de M. Kamto et au parti RDPC. Un message avec un contenu similaire a également été partagé par M. Albin Michel Njilo, affilié à AGIR / ACT. Il semble que l'idée soit de construire une coalition de personnes avec une reconnaissance de nom et ensuite de rechercher le soutien du peuple camerounais. Certains des noms qui y sont énumérés incluent: Achille Mbembe, Christian Penda Ekoka, Christopher Formunyoh, Abakar Ahamat Eric Chinje, Aboubakar Sidiki, Ambroise Kom, Hilaire Kamga, Fridolin Nke, Dieudonné Essomba, etc. Ils se terminent par l'indication que la liste n'est pas épuisé.

Pour des raisons pratiques, cette nouvelle dynamique doit être traitée de la même manière que l'un de ces nouveaux partis politiques récemment approuvés. Deux aspects importants ressortent comme déjà négatifs pour eux:

- M. Christian Penda Ekoka a discrédité sa décision en utilisant un faux récit pour s'éloigner de M. Kamto. Il aurait mieux fait s'il s'était attardé sur les différences fondamentales concernant leurs visions de la manière dont le Cameroun devrait être changé. Mais il s'est concentré sur le détournement présumé de fonds SCSI, allégation qui ne peut être étayée. Il y avait un bogue dans l'affichage en ligne SCSI; M. Kamto est un homme honnête. M. Djoko a été traité par M. Christian Penda Ekoka selon la tradition France-Afrique que le Cameroun occidental abhorre: soupçonné signifie coupable jusqu'à preuve du contraire. Certaines personnes d'AGIR peuvent avoir des impressions négatives sur M. Djoko mais le système anglo-saxon est qu'il vaut mieux laisser un criminel en liberté que de punir un innocent sur la base de preuves insuffisantes. M. Christian Penda Ekoka ne peut pas prouver que l'affichage en ligne était correct. Cela signifie qu'il ne peut pas soutenir le coupable tant que son innocence n'a pas été prouvée contre M. Djoko. Peu nous importe à quel point un francophone nous paraît sympathique sur les questions du Cameroun occidental; ils sont tous profondément liés par les instincts culturels France-Afrique. Regardez nos prisons - pleines de suspects qui passent des années à attendre leur procès sans jamais établir leur culpabilité. Marafa a-t-il volé de l'argent? Alice Kom vous dira que les preuves ne sont pas là. Mais il était suffisamment coupable en tant que personne ambitieuse ou suspecte.

- Les noms listés par Cameroon Liberty ne suggèrent pas une philosophie cohérente. Il est difficile de voir comment ces gens peuvent arriver à un plan d'action qui a également de fortes chances de gagner une élection. Parmi eux, des universitaires dont les contributions sont des articles d'opinion occasionnels dans le confort de leur bureau. D'autres sont des politiciens ambitieux, et d'autres encore des révolutionnaires radicaux. Il n'est pas clair si ces personnes ont accepté que leurs noms soient répertoriés ou ce n'est qu'une réflexion spéculative de la part d'AGIR.
Deux anglophones - Eric Chinje et Christopher Fomunyoh - figurent sur cette liste. Nous avons sondé M. Christopher Fomunyoh et il est toujours derrière M. Kamto et parfois M. Libii. Pour des raisons évidentes, cette nouvelle dynamique exclut M. Libii, qui contribuera également à attaquer leur approche. D'après nos autres conclusions, M. Fomunyoh n'est pas considéré comme très transparent sur sa position sur le conflit anglophone. Cela n'aide pas la nouvelle dynamique de dire que M. Fomunyoh et M. Achille Mbembe mènent la diplomatie internationale avec les scroundrels mérovingiens dirigés par Macron-Clovis. Quelle diplomatie y a-t-il à mener avec ces bandits qui cherchent la fin du Cameroun occidental et l'éternelle colonisation de notre patrie Cameroun? Nous vous avons dit que d'après ce que nous entendons, la France s'intéresse à un politicien de l'opposition anglophone projeté comme espoir d'un nouveau Cameroun alors qu'ils soutiennent Frank Biya ou une autre marionnette du centre-sud comme candidat au RDPC. La nouvelle dynamique se rend-elle plus crédible grâce à une telle convivialité avec les scroundrels français?
La nouvelle dynamique va utiliser le conflit anglophone comme argument clé et le fédéralisme comme argument de vente. Avec tout le respect que je dois à M. Essomba, oui au fédéralisme, mais vous n'êtes pas constitutionnaliste et vous ne reconnaissez même pas que ce fédéralisme devrait être un retour basé sur des engagements constitutionnels. Un instant, permettons-nous de dire qu’aucun groupe anglophone ne comprend mieux que nous ce qui est en jeu et qu’aucun groupe anglophone n’a gagné la confiance du peuple que nous; même les séparatistes connaissent les principes auxquels nous souscrivons. Nous pouvons vous promettre que vu à quel point cette nouvelle dynamique est mal conçue, nous n'en ferons pas partie. Nous allons concourir pour le soutien anglophone.

M. Kamto doit faire une introspection et se demander pourquoi il veut être président et ce qui peut être appris de ses critiques. Il devrait cesser d'être sous le contrôle des membres fondateurs du MRC. On entend qu'il est notamment contrôlé par M. Fogue et un certain M. Zamboue, le coordonnateur national. Il doit s'éloigner le plus possible de son code électoral pour expliquer pourquoi ce président frappé d'incapacité n'est pas à la hauteur de la tâche qui lui attend. M. Kamto doit être en mode campagne qui comprend l'utilisation de son parti pour mobiliser les gens pour qu'ils s'inscrivent pour voter.

- Les Français comptent sur une surprise pour expulser leur commis colonial sénile à Etoudi. La meilleure façon pour Kamto de se battre est de remercier M. Christian Penda Ekoka pour son service et de lui souhaiter bonne chance. M. Kamto aurait raison de dire qu'une proposition de réforme du code électoral a été soumise au gouvernement de M. Biya. Si cela n'est pas repris lors de cette session parlementaire ou la suivante, il faut en conclure que M. Biya ne peut pas réformer le code, tout comme il ne peut pas faire face aux nombreuses crises auxquelles le Cameroun est confronté. M. Biya devrait démissionner et M. Kamto ne peut que promettre à juste titre de se battre pour gagner cette élection en minimisant la fraude et en réformant ensuite le code électoral et la constitution vers une fédération après les élections. Il peut promettre d'inviter les gens de la nouvelle dynamique à apporter leurs idées à la table de la réforme.

- Aboubakar Siddiki serait un allié efficace dans le nord s'il était en alliance avec Mamadou Mota, pas quand lui, M. Siddiki, fait campagne contre M. Mota. M. Mota et d'autres voix critiques au sein du MRC comme Mme Ndoki devraient être écoutés et équilibrés avec les fondateurs improvisés de la première génération qui se sentent propriétaires du parti. Si le MRC s'allie à deux ou trois autres partis, il devrait être envisagé de renommer le parti et de briser l'emprise de ces initiés inconditionnels qui bloquent la résistance avec des projets irrationnels et de l'intolérance.

- Si M. Abakar Ahamat est effectivement avec la nouvelle dynamique, alors il est mal choisi. Il n'est pas un révolutionnaire radical mais peut être un réformiste. Reste à voir comment son invitation s'aligne avec l'ambition de M. Fomunyoh. Si M. Abakar est invité, c'est en tant que candidat potentiel à la présidentielle et M. Fomunyoh est un candidat potentiel à la présidentielle. Les organisateurs sont des militants qui semblent ignorer que les politiciens ont toujours une longueur d'avance sur les militants et les militants n'obtiennent qu'une fraction de ce qui est sur leur liste de souhaits des politiciens.

- M. Kamto se révélerait être un pauvre politicien qui ne peut pas penser à l’avenir s’il ne peut pas attirer l’attention de M. Abakar. Dans un effort conjoint avec M. Kamto, M. Ahamat est un éventuel premier ministre, ministre de la Défense ou ministre de l'administration territoriale. Une telle alliance stimule M. Kamto dans les trois régions du nord et lui fournit un aperçu sans précédent du conflit anglophone et des voies de sortie juridiques. Il y a beaucoup d'administrateurs à la retraite avec de bons dossiers et M. Kamto ferait bien de demander l'aide de ceux-ci, peut-être contre la volonté des conseillers craintifs qui l'entourent et se méfiant de quiconque de l'extérieur. À toutes ces suggestions, M. Penda Ekoka dirait que nous perdons notre temps; que M. Kamto est incapable d'élaborer des stratégies au-delà de son improvisation secrète qui revient à naviguer ivre sur une mer agitée. Ce n'est que si M. Kamto est capable d'introspection et d'apprendre des critiques qu'il pourra prouver que M. Penda Ekoka a pris un mauvais virage avec de bonnes intentions et de mauvaises méthodes.

Nous ne ferons pas partie de la nouvelle dynamique d'AGIR. Nous n'approuvons pas non plus M. Kamto ou un candidat du RDPC sans engagement vérifiable envers les principales revendications anglophones: restauration de la fédération avec plus de droits de l'État, commission vérité / justice / réconciliation pour la guerre au Cameroun occidental, et groupe de travail pour la correction de décennies de crise économique et la marginalisation culturelle dans l'ouest du Cameroun. Voici ce que nous avons l'intention de faire

- Nous ferons campagne pour une élection bipartite efficace, malgré les nombreux candidats. Nous effectuerons des sondages sur le terrain et en ligne pour établir les deux partis les plus forts sur une période donnée.

- Nous encouragerons également d'autres maisons de presse à mener des sondages et à partir des moyennes de ces sondages, nous connaîtrons les deux candidats les plus forts.

- Nous appellerons les Camerounais à voter pour l'un ou l'autre des deux, si aucun engagement anglophone satisfaisant n'est pris par l'un des deux. Nous montrerions donc qu'un vote pour un troisième candidat est un vote perdu; un vote pour un tiers est un vote pour la France.

- Nous nous attendons à ce que le RDPC soit parmi les deux compte tenu de notre longue expérience en matière de sondages. Nous n'avons pas encore vu l'impact du départ de M. Penda Ekoka sur la position de M. Kamto et nous continuerons de surveiller cela. Mais étant donné que M. Penda Ekoka a utilisé un argument erroné pour rompre avec M. Kamto, cette dissolution de leur alliance pourrait ne pas l’affecter gravement. Mais cela dit, si M. Kamto continue d'écouter ceux de ses conseillers ou ceux de ses instincts qui l'ont conduit à gaspiller de grandes opportunités, alors il peut boycotter une élection ou être dénoncé comme dangereusement incohérent. Sans ces faux pas, si l'élection avait lieu la semaine prochaine, et sans concessions aux anglophones, nous dirions aux Camerounais de voter pour M. Kamto ou le candidat du RDPC et de ne pas gaspiller leurs votes sur un autre candidat. Le calcul change si le candidat au RDPC est M. Frank Biya. Alors notre recommandation sans hésitation serait en faveur de l'autre candidat qui pourrait bien être M. Kamto.

Dans la bataille cruciale qui nous attend, nous ne pouvons pas éviter les improvisations et la naïveté qui semblent venir d'AGIR maintenant. Nous leur souhaitons bonne chance et attendons leurs prochains développements. Nous pensons que nos sondages capturent certains de leurs dirigeants potentiels.

Coalition_Penda_Ekoka

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter