Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 07Article 539983

General News of Monday, 7 September 2020

Source: Cameroon Info

Supposés trafics au sein de la magistrature: deux hommes écroués à Kondengui

Il leur est reproché d’avoir conçu et diffusé un document qui fait état de vastes trafics au sein de la magistrature.
Depuis le 27 août 2020, M. Kpwang Jean-Didier et son présumé complice, M. Bavindi Etienne, séjournent à la prison centrale de Yaoundé-Kondengui. Ils ont été appréhendés les 20 et 21 août derniers par des éléments de la police judiciaire, à la suite d’une enquête menée avec l’appui de l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication (ANTIC) et le cabinet privé dénommé RH-Pro.

Selon les informations contenues dans l’hebdomadaire Kalara, paru le 2 septembre 2020, les deux hommes sont les auteurs d’un document incendiaire, publié quelques jours avant la tenue de la dernière session du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM). Ce tract, adressé au Président de la République, pointait certaines personnalités, accusées de trafics divers dans le corps de la magistrature.

Extrait: «Nous voulons vous rendre compte d’une situation qui prévaut au niveau du corps de la magistrature depuis que vous avez eu à convoquer le conseil pour le 6 août prochain. Depuis ce jour, des tractations sont faites par des lobbys internes au ministère de la Justice, avec le nom de la Secrétaire d’Etat, qui est à la manœuvre, recevant de fortes sommes d’argent venant des magistrats et externes au ministère de la Justice, avec Amougou Belinga et son épouse aux commandes. Cette situation risque de créer quelques remous dans ce corps qui n’a vraiment pas besoin d’être cité dans ce genre de transactions».

Notre confrère indique que c’est le cabinet RH-Pro qui a réussi à identifier le nom de l’auteur de cette note anonyme, en exploitant le fichier électronique au format (PDF). Le procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Yaoundé centre administratif a traduit les deux suspects, qui se présentent tantôt comme des journalistes, tantôt comme des agents de renseignement, devant le juge des délits flagrants en les plaçant en détention provisoire.

Ils ont comparu le 28 août et ont appris qu’ils sont poursuivis pour «propagation de fausses nouvelles par voie électronique». La suite du procès, c’est ce 7 septembre 2020. Le tribunal devrait se prononcer sur la demande de remise en liberté provisoire, formulée par les deux hommes.

Le journal indique que bien avant le renvoi de la réunion du CSM du 6 au 10 août 2020, M. Kpwang avait contacté plusieurs personnalités pour se vanter d’avoir obtenu le report de ladite session, mettant en avant un ‘‘excès de mafia’’. Il aurait même promis à certains magistrats de leur obtenir des promotions. Mais pour l’heure, l’on ignore les mobiles du tract diffusé, contenant les noms de certaines personnalités.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter