Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 27Article 593446

General News of Tuesday, 27 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Sucession de gré à gré: les 4 carences de Franck Biya mis à nu

Au Cameroun, l’opposition refuse de voir un Biya succéder à un autre. Elle compte jouer sur les faiblesses de Biya Jr pour lui barrer la route du palais d’Etoudi.


Franck Biya pourrait devenir dans quatre ans, le nouveau président du Cameroun. Le fils ainé de l'actuel homme fort du Cameroun, très discret est poussé par une partie de la population qui a annoncé depuis plusieurs semaines la création d'un mouvement de soutien à ce dernier. De son coté, Paul Biya, près de 40 ans au pouvoir, travaillerait lui en coulisse pour faire accepter dans le sérail la candidature de son fils.

Cette candidature passe mal au sein de la société civile et l’opposition camerounaise qui dénoncent déjà une confiscation du pouvoir. Pour lutter contre Franck Biya, elles jouent désormais sur les faiblesses de Franck Biya. « Premièrement, disent-ils, il méconnait la redoutable bureaucratie camerounaise. De fait, il n’a pas été formé à l’École nationale d’administration et de la magistrature (Enam) et n’a pas été chargé des grands dossiers de l’État, comme le fut son père dès son retour au pays, à l’issue de ses études supérieures en France », écrit Jeune Afrique. Aussi, « Franck Biya n’a pas de prise sur le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), le parti au pouvoir, où milite – par conviction ou calcul – l’essentiel de l’élite administrative et politique du pays, ainsi que la bourgeoisie commerçante. Il s’en est même toujours tenu à l’écart », ajoute les anti Franck Biya.

Troisième point faible aux yeux de ses contempteurs, Franck Biya n’a pas « d’ancrage territorial ». En effet, Franck Biya ne jouit pas d’une immense popularité dans les régions surtout dans le Cameroun profond et connait très peu le terrain, contrairement à ses potentiels concurrents notamment Ferdinand Ngoh Ngoh qui lorgne aussi le siège de Paul Biya. Franck Biya doit dans le sud par exemple faire face à la concurrence de Paul Motaze son cousin. Le ministre des finances « forge depuis des années des alliances dans le Grand Nord tout en soignant sa popularité dans le Sud », ajoute JA.

La dernière faiblesse de Franck Biya est « son absence de réseaux dans l’armée ». « Son père en sait chose. Peu intéressé par la chose militaire à l’époque où il était Premier ministre, ne disposant pas d’alliés au sein des services de renseignement, il ne put, en avril 1984, déjouer la sanglante tentative de coup d’État qui faillit mettre un terme à sa présidence», selon toujours Jeune Afrique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter