Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 27Article 593395

General News of Tuesday, 27 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Sucession de Paul Biya: Franck menacé par Paul Motaze, Jeune Afrique balance tout

Annoncé comme favoris pour prendre la succession de son père, France Biya devrait composer avec plusieurs obstacles dont celle nommée Paul Motaze, son cousin.


Franck Biya futur président du Cameroun, plusieurs camerounais y croient et militent pour. A 49 ans, le très discret fils ainé du président de la république est présenté par l’opinion comme le successeur légitime de son père.
S’il décide d’y aller, Franck Biya, qui ne s’est toujours pas exprimé sur la question devra se confronter à certains hommes forts du régime de son père. Alors que Ferdinand Ngoh Ngoh, SGPR ne cache plus ses ambitions sans cesse grandissantes, Paul Louis Motaze lui aussi se prépare discrètement à joueur sa carte. Ministre des finances et cousins de Franck Biya, « forge depuis des années des alliances dans le Grand Nord tout en soignant sa popularité dans le Sud », révèle aujourd’hui jeune Afrique. Selon cet « émiettement de l’électorat résultant d’une multiplicité de candidatures » fragilise fortement le fils de Paul Biya qui a un faible ancrage dans certaines régions du pays.


Paul Motazé indexé dans une tentative de coup d’Etat

Dans une vidéo publiée il y'a quelques semaines, Hubert Ateba qui se disait victime d’un empoisonnementaccusait le ministre de la finance de vouloir renverser le régime Biya.

Le conseiller municipal de la commune d’Elig-Mfomo accuse le ministre des finances d’avoir commandité l’empoisonnement de son frère et lui. Les deux frères auraient commis le péché de révéler à Paul Biya, les plans du ministre des finances qui souhaite prendre le pouvoir et venger sa tante assassinée. L’information aurait toujours selon Hubert Ateba fuité grâce à un homosexuel à qui Motaze en personne se serait confié. C’est celui-ci qui a tout raconté au frère de Hubert Atéba. Plusieurs personnalités dont des hauts gradés de l’armée et des journalistes auraient collaboré pour mettre le plan à exécution à entendre Franck Hubert Ateba.

« C'est monsieur Louis Paul Motaze qui a demandé que nous soyons empoisonnés. Et la personne qui s'est occupée de cette sale besogne s'appelle le commissaire Bidja Didier. C'est lui qui a décidé de ma mort. Il a été aidé par un certain Laté Hervé. Ils ont loué pendant 3 jours un restaurant avec tout le buffet parce qu'ils savaient qu'il était probable que nous puissions arriver là-bas (…) Motaze veut prendre le pouvoir. Il dit que Paul Biya a tué son frère et sa tante et il veut se venger. Il s'est confié à un pédé et ce pédé a confié ça à mon frère. Mon frère a informé monsieur Biya », a déclaré Franck Hubert Ateba qui précise qu’à l’heure actuelle il ne peut pas passer deux heures de temps sans boire de l’eau. D’après ses propos, seul l’eau arrive pour le moment à le maintenir en vie.

Le Trafic d’organes humains, un phénomène récurrent au Cameroun

Tout est parti de l’arrestation et la condamnation de jeune médecin Dr. Frabrice Oloua en 2020. Ce dernier était accusé d’abus de confiance et d’escroquerie. La justice lui reprocherait d’avoir soutiré 250 000 f cfa à sa plaignante qui n’était d’ailleurs pas au procès et dont le nom n’était pas sorti à l’audience. Saisi de l’affaire, le journaliste Remy Ngono a mené ses propres enquêtes et les conclusions sont terrifiantes.

Selon Remy Ngono, le jeune docteur Frabrice Oloua fraichement revenu du Canada après ses études a été recruté à l’hôpital central de Yaoundé après avoir fait des stages dans d’autres hôpitaux du Cameroun. C’est à l’Hôpital central de Yaoundé qu’un de ses collègues lui aurait proposé un trafic d’organe, pratique habituelle dans ce centre hospitalier selon le journaliste. Les malheurs du jeune docteur ont commencé depuis qu’il a décliné cette offre plutôt bizarre.

Remy Ngono saisit l’occasion pour détailler la chaîne du trafic d’organes humain à l’hôpital central de Yaoundé.

« Le trafic des organes génitaux se passent entre 21h et minuit. Ça vient de la direction. La direction répercute ça au major général et le major général s'appelle Ndjana Germain. Rien ne peut se passer sans lui.
A 21h, il y a la relève. Le médecin du jour doit partir. Quand il part, c'est là qu'arrive l'équipe des trafiquants d'organes humains et particulièrement des organes génitaux. Chez les hommes, il s'agit du sexe, chez la femme, on prend tout l'utérus. La seule partie qu'on ne prend pas c'est le rectum. On prélève également les seins. On met ça dans les glacières et ils appellent ça le courrier. Le courrier est récupéré par la personne qui a commandé entre 23 h et minuit. Les enquêtes que j'ai menées, c'est auprès des médecins eux-mêmes. Ils m'ont tout dit. Pour le faire on se sert d'un gynécologue, un chirurgien et dans ce service c'est Kouna Joseph qui est le chirurgien », confie Remy Ngono.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter