Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 29Article 523468

General News of Monday, 29 June 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Succession de gré à gré : ces imprévus qui plombent le plan du régime

Ces imprévus qui plombent le plan du régime Ces imprévus qui plombent le plan du régime


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Pour éviter le chaos, l'anarchie et une éventuelle explosion, les apologistes du RDPC et les jingoists tribaux Beti devraient périr la pensée que Frank Biya succèdera à son père en tant que prochain président du Cameroun.

En décembre 2008, un journal guinéen a publié une photo d'un président frêle et malade Lansana Conté, qui semblait avoir du mal à se lever. La photo a déclenché des rumeurs sur la mauvaise santé du président et a mis en colère l'élite politique du pays, qui a ordonné à la hâte l'arrestation du rédacteur en chef. Le lendemain, sur les instructions du chef de la sécurité, le même journal a publié une photo encore plus grande de M. Conté en première page - cette fois avec un large sourire et un air fougueux. Mais Conte est décédé une semaine plus tard, confirmant la volonté initiale du journal de faire savoir aux Guinéens que la santé du président se détériorait.

Le chef de l'Assemblée nationale, Aboubacar Somparé, a expliqué plus tard que les dirigeants avaient caché les «souffrances physiques du président afin de donner du bonheur à la Guinée». L'explication maladroite de M. Somparé impliquait la nécessité d'éviter les querelles de succession et les violences potentielles. Pourtant, six heures après l'annonce officielle de la mort du président, l'armée a organisé un coup d'État, suspendu la constitution et plongé la nation ouest-africaine dans la tourmente politique.

Le même scénario semble se jouer au Cameroun où la spéculation est répandue et les rumeurs abondent selon lesquelles le président octogénaire de 87 ans, Paul Biya, a préparé son fils, Frank Biya, pour lui succéder à la présidence. La crise socio-économique et politique du Cameroun est le résultat inévitable d'une mauvaise direction. Dans un pays où l'âge de la retraite est de 55 ans, l'âge moyen du cabinet est de 68 ans. Le président du Sénat et successeur constitutionnel du président, Niat Njifenji Marcel, a 85 ans et a été recyclé dans différents postes d'autorité depuis 58 ans. Président de la Chambre, Cavaye Yeguié Djibril a 79 ans et est député depuis 1971; et conférencier depuis 27 ans et ce n'est pas fini. Le chef d'état-major de l'armée, le général René Claude Meka, a 80 ans; le Délégué Général à la Sécurité Nationale, Martin Mbarga Nguélé a 86 ans.

Dans une distraction insensée de l'urgence du moment, cependant, les Betis ne sont pas seulement occupés à confisquer le pouvoir en imposant Frank Biya à la nation, ils trouvent opportun de se lancer dans leur quête de la manière la plus insultante pour la sensibilité de tous les Camerounais. Il ne nécessite aucune compétence ou intelligence particulière pour reconnaître que le Cameroun est malade. Bien que les Betis qui ont confisqué le pouvoir puissent trouver cela une pilule amère à avaler, Biya, comme un mortel très réticent, finira par mourir. C'est un triste commentaire sur le caractère de la politique et des politiciens camerounais que le débat sur qui succèdera à Biya continue de dominer le discours public malgré les dispositions constitutionnelles claires et sans ambiguïté sur la succession présidentielle. Inutile et distrayant, il devient assourdissant et devient volatil de jour en jour, menaçant les tissus de la nation. En fait, ce débat inutile est le pivot sur lequel tout développement politique et activité dans le pays aujourd'hui, négatifs et positifs, sont ancrés.

Dans les couloirs du pouvoir au Cameroun, le sujet de la succession est tordu par les délires, le secret et l'ineptie. La stratégie du parti au pouvoir au cours des quatre dernières décennies est que le Cameroun soit un champion du zéro-imagination. Ils ont existé dans des illusions comme si Paul Biya vivrait pour toujours. Ils ont eu plus de trente ans pour élaborer une stratégie de progression mais n'ont rien fait. Paul Biya et ses proches acolytes ont été paresseux et imprudents dans une responsabilité de leadership cruciale pour élaborer un plan de succession pour la nation.

Les rumeurs et les briefings quotidiens de hauts responsables du régime au sujet de la nomination de Franck Biya, le fils du président, en tant que prochain chef de l'État ont été une vitrine du manque de préparation et d'une absurdité exceptionnelle. Le battement de tambour pour le couronnement de Franck Biya de hauts responsables du régime et des membres de la tribu de Biya est honteux. Le Cameroun n'est pas une monarchie!

Franck Biya a eu une existence profondément mystérieuse. Il a été signalé qu'il avait abandonné l'école aux États-Unis. Peu d'informations ont été rapportées et documentées sur son éducation et sa vie professionnelle. Le Cameroun Concord News Group a reçu des documents officiels attestant qu'il a obtenu une licence pour exploiter et exporter le bois du pays en toute impunité via Ingeniere Forestiere (ING-F), qui a maintenant été déclarée en faillite. Les comptes de l'entreprise et ses impôts payés sont inexistants.

Les Panana Papers alléguaient qu'il possédait plusieurs comptes bancaires dans des paradis financiers du monde entier. Il a été dit pendant des décennies qu'il ne manifestait aucun intérêt pour la politique. Mais des photographies récentes de lui dans des cortèges avec une énorme présence militaire, publiées par le cercle restreint du syndicat du crime du RDPC, ont fait froncer les sourcils. Pourquoi un pays de 25 millions d'habitants se contenterait-il d'une telle expérience au milieu de la pire crise politique et économique qui soit? Il ne faudrait pas un spécialiste des fusées pour comprendre que le plan est de mettre en place la meilleure personne pour couvrir les traces du syndicat du crime qui a ruiné le pays pendant quatre décennies.

Le président Biya, vraisemblablement un bon étudiant en histoire et un dramatis personae du système, a eu 38 ans pour changer le récit et arrêter le déclin constant de la nation, mais il n'a malheureusement pas réussi à relever le défi de l'exemple personnel qui est la marque de fabrique de un vrai leadership. Ironiquement, le Cameroun a commencé sur une excellente note car les patriotes n'étaient pas en nombre insuffisant après l'unification. Avec leurs qualités sterling, comme Egbe, Achidi Achu, Ayissi Mvodo Victor, Samuel Eboua, Maikano Abdoulaye, Dorothy Njuema, Claude Tchepanou, Andze Tsoungui, Sadou Daoudou, Augustine Federick Kodock, Charles Doumba, Eteki Mbouma, Sengat-Kuo Francois , Andre Ngongang Ouandji, Delphine Tsanga et bien d'autres de cette époque Ahidjo ont illuminé l'horizon avec des idées pour une nation à destination des plus hauts sommets.



Dans une démocratie civilisée, où les valeurs et la culture démocratiques ont été suffisamment implantées dans l'âme, l'esprit et l'esprit du peuple et imprégnées de principes et de normes sociétales, l'idée ridicule que Frank Biya peut succéder à son père à la présidence du Cameroun passerait pour un une simple question banale qui est risible et ne devrait attirer aucun autre commentaire. Ce vide de leadership créé par l'absence de Biya a laissé dans son sillage des crises économiques, des troubles politiques et un appauvrissement aveugle de la population. Pire encore, la perspective de prospérité pour tous dans une terre si bénie matériellement et à tous autres égards est minée par la corruption. Rien ne semble fonctionner dans le pays aujourd'hui. Pour aggraver les choses, le lien qui unit les nationalités ethniques apparaît au mieux ténu, sinon cassant,

Il est peut-être juste de dire qu'à aucun moment la base de l'existence du Cameroun en tant que nation bilingue multiethnique n'a été aussi violemment attaquée que cela a été le cas ces derniers temps. L'unité dans la diversité du pays qui était jusqu'alors annoncée comme sa force a été supplantée par les diversités de l'unité, de sorte qu'un Camerounais moyen se voit le premier dans le moule de sa nationalité ethnique. Cela explique pourquoi le pays est politiquement faible et structurellement fragile, même si le régime insiste sur sa guerre d'usure à tête de cochon contre les anglophones; dont une majorité est désormais favorable à une séparation pure et simple de l'union avec le Cameroun français. L'insécurité croissante et les pronostics effrayants sont exacerbés par la pauvreté et un leadership politique insensible qui se targue d'un faux sens avec peu ou pas de réalisations à démontrer.

Au milieu des rapports répétés des médias selon lesquels Biya est mort, les observateurs politiques ont déterminé que le président montrait plus d'usure, principalement sous la forme de rides sur son visage; le fanfaron déclinant de sa démarche; les prétendues flatulences incontrôlables et les explosions anales prolongées et la détérioration de sa voix rauque alors même que le subterfuge parmi les hommes du président est d'insister sur le fait que tout va bien même lorsque Biya peut à peine marcher. Au cours des trente-huit dernières années, l'équilibre moral et intellectuel s'est détendu sous M. Paul Biya. Les nominations politiques, les avancées personnelles et bien d'autres choses sous son règne ont été tributaires d'un degré inconcevable de tribalisme, de népotisme et d'un culte de la personnalité autour de lui. Au fil du temps, Paul Biya est devenu de plus en plus impitoyable. Sous lui, l'agrégation du pouvoir est sans précédent. C'est un culte. Il gouverne principalement par décret. Son parlement est une collection de comédiens et de criminels de droit commun. Ses 180 parlementaires et 100 sénateurs sont des porte-parole, subordonnés à son syndicat criminel du RDPC. Tous les ministres et comédiens parlementaires devraient réciter un scénario écrit pendant la présidence. C'est fascinant, terne et déprimant, mais en quelque sorte normal dans l'un des pays les plus pauvres de la terre, bien qu'il soit doté d'énormes ressources naturelles.

Paul Biya est vieux, faible et médicalement incontinent. Mais il est entouré de claquements de mains et de sbires impitoyables. Leur détermination à rester au pouvoir va de pair avec leur méchanceté. Le manque de préparation de Franck Biya à la présidence est évident. L'argument selon lequel on n'a pas besoin d'une solide éducation universitaire pour gouverner une nation est faible et affaibli avec la montée de Donald Trump. Le Cameroun Concord News Group résume que si un homme ne peut pas exploiter du bois gratuitement et exporter pour un profit, un tel homme est mal adapté à la présidence d'une nation.

L'état actuel des problèmes économiques et politiques du Cameroun exige un homme ou une femme intègre, doté des connaissances de l'économie mondiale dans un monde en évolution rapide. Le pays doit faire un choix logique pour nettoyer le gâchis des trente-huit dernières années. Le Cameroun a besoin d'un choix pour tirer le pays de l'abîme vers la paix et la prospérité. Ce n'est pas le moment d'expérimentations politiques et de dissimulations coûteuses. Des générations ont été détruites. Ce pays, doté de ressources humaines et naturelles abondantes, ne peut pas se permettre de gaspiller une autre génération.

Le prochain président du Cameroun ne devrait pas sortir par accident. Il aurait dû être cultivé, a un pedigree clair, connaît la nation et a la capacité de captiver l'imagination des Camerounais par la façon dont il articule les problèmes qui affligent le pays et cherche des solutions à ces problèmes. Il ne devrait pas non plus être poussé par la folie moderne de l'accumulation matérielle primitive et de la consommation ostentatoire du régime de Biya. Il doit diriger en étant dirigé par le peuple.

Le Cameroun post-Biya doit en quelque sorte retrouver le véritable esprit de leadership, de service, de sacrifice. Ce nouveau type de leader doit adopter une vision claire du pays. Il doit avoir de grands rêves pour le Cameroun et le vendre à tout le monde. Contrairement à Biya, il doit être un homme capable de sympathiser avec le peuple - pleurant lorsque le peuple est blessé et se réjouissant lorsque le peuple est heureux. Un tel leader doit posséder le sens aigu, la franchise et le courage de souder toutes les parties disparates du Cameroun. Ce nouveau type de leader ne doit pas être un homme de caractère et de crédibilité douteux. Il doit être quelqu'un qui se retrouve dans la plus haute fonction de la nation par un toilettage et une préparation clairs.

Les Camerounais doivent cesser de gémir et commencer à interroger ceux qui se proposent pour des postes de direction. Ils doivent regarder au-delà de la satisfaction immédiate et du processus corrompu que les politiciens piratent. Ils doivent soutenir leur désir d'un meilleur pays, en se mobilisant pour contester un tel effort d'imposer Frank Biya comme prochain président du Cameroun. Le pays a besoin d'un président qui peut reprendre les rêves de nos pères fondateurs et, une fois de plus, commencer le voyage sérieux vers la véritable nation.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter