Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 02Article 538978

General News of Wednesday, 2 September 2020

Source: Cameroon Info

Succession de gré à gré: Célestin Monga met en garde Paul Biya

Le célèbre économiste s'oppose à une désignation successorale à tête de l'Etat et préconise un changement émanant de la volonté du peuple.
Alors que le débat autour d'une présumée succession de "gré à gré" au sommet de l'état du Cameroun, lancé par le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), est relativement retombé, l'économiste Célestin Monga revient à la charge et le relance autrement. Dans un des ses récents tweets, l'enseignant à l'université de Havard aux États-Unis a clairement exprimé son point de vue sur la désignation successorale à la tête des États africains, en indiquant que ça s'est souvent conclu par un échec.

Il a pris les exemples de l'Angola, de la Mauritanie et du Cameroun, entre autres, pour mieux étayer son raisonnement. «J. E. dos Santo (Angola), M. Ould Abdel Aziz (Mauritanie), A. Ahidjo (Cameroun)... Tous ces anciens présidents écrasés par leurs certitudes, qui croient pouvoir choisir leurs successeurs et découvrent ensuite qu’ils s’étaient trompés ! Il vaut mieux laisser les peuples décider», a déclaré l'ancien Vice-président de la Banque Africaine de Développement (BAD).

Il est clair qu'il ne partage pas ce mode de désignation des dirigeants à la tête des États, fatalement propre au continent africain. Sur le cas du Cameroun, Célestin Monga indique entre les lignes que l'ex-président Ahmadou Ahidjo s'était trompé en optant pour cette démarche qui a porté Paul Biya au pouvoir. Comme quoi il aurait dû laisser le peuple se prononcer sur cette question d'alternance au sommet de l'état, qui est somme toute une prérogative constitutionnelle.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter