Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 19Article 574453

General News of Friday, 19 February 2021

Source: Essigan

Succession de Biya: la guerre autour de Franck Biya officiellement lancée

La dernière invention des architectes de la déstabilisation du fils du chef de l’Eta est un faux appel de fonds visant à soutenir sa candidature imaginaire à la magistrature suprême. Une manœuvre de plus, initiée par Alain Fidèle Owona, dans l’optique de discréditer celui qui s’est toujours éloigné des luttes de succession à la tête de l’Etat.

Il est à l’origine de plusieurs pages sur le réseau social Facebook, ainsi que de plusieurs groupes de discussions électroniques par messages avec plusieurs dénominations. « Les amis de Franck Biya (mouvement citoyen des frankistes pour la paix et l’unité) … » sur facebook, accompagné de plusieurs liens invitant à des discussions dans des groupes de messageries sur whatsapp à l’instar de « No-frankistes », « ss-frankiste », « usa-frankists », « en-frankiste », tous sous la houlette de Alain Fidele Owona qui se proclame coordonnateur national du Mouvement de soutien à Olivier Franck Emmanuel Biya, fils du chef de l’Etat. Cette semaine, Alain fidèle Owona a poussé son vice à son apogée en organisant un appel de fonds au nom de Franck Biya, sans aucun mandant ni autorisation de qui que ce soir, avec en sus, la mise en vente des cartes d’adhésion à son mouvement, sans que personne ne sache la destinée des fonds dont il a pris l’initiative de la collecte. « L’acquisition des cartes de membres. Ils sont de trois types. Membres du bureau exécutif et membre d’honneur (carte Pvc comme la Cni) acquisition 10000 fcfa. Membres des bureaux régionaux, départementaux et d’arrondissement (carte Pvc comme la Cni), cout d’acquisition 10000 fcfa. La trésorière donnera les modalités d’acquisition demain soir. Je rappelle également la constitution par les délégués des bureaux départementaux qui devient une urgence car aussitôt les textes déposés, les descentes sur le terrain seront lancées. Le coordonnateur national, Alain Fidèle Owona » peut-on lire sur un de ses communiqués en circulant sur la toile. Le promoteur indique, pour faire sérieux que « l’ampleur que notre Mouvement prend et le risque de certains prédateurs et opportunistes de le détourner de son bien-fondé et finalement le confondre aux initiatives peu sérieuses en gestations » Sauf que le prédateur est bel et bien Alain Fidèle Owona.

Démenti formel

Dans la difficulté d’accéder directement à Franck Biya, son entourage nous a fait parvenir un communiqué qui dément toute implication du fils du chef de l’Etat dans les actions de cette initiative unipersonnelle d’Alain Fidèle Owona. « Faisant suite à ses appels de fonds organisés autour d’un mouvement mis en place et coordonné par un certain Alain Fidele Owona, présenté comme le coordonnateur national, au motif de susciter une certaine adhésion autour des ambitions politiques de M. Franck Emmanuel Biya, il est porté à l’attention de l’opinion publique, des internautes et des camerounais que M. Franck Biya n’a initié aucun mouvement et qu’il n’est en aucun cas associé de près ou de loin à une telle initiative. Comme tout citoyen, il maitrise les voies et moyens permettant d’accéder à une carrière politique et ne saurait s’associer à de basses manœuvres. Toute tentative ou action visant à collecter de fonds n’engage par conséquent en rien Monsieur Franck Emmanuel Biya ». Un démenti formel de celui dont M. Owona prétend défendre les intérêts.

Toutefois, Alain Fidele Owona, joint au téléphone, se défend de toute initiative visant à faire un appel de fonds. Le seul fait qu’il admet est celui d’avoir demandé au bureau exécutif de son mouvement, « de mettre la main à la poche minimalement pour justifier de leur qualité de membre », déclare-t-il. Il pointe aussi du doigt, des forces tapies sous l’ombre du président qui voient mal le mouvement qu’il a initié et qui veulent à tous prix ternir l’image de Franck Biya, dont il dit défendre les intérêts de manière bénévole, parce que pour lui « il représente la meilleure alternative à la succession de Paul Biya ». Quoi qu’il en soit et comme mentionné plus haut, Franck Biya n’a mandaté personne pour battre une quelconque campagne, visant à le présenter comme le dauphin désigné de son père, Paul Biya.

Accordant une interview à une chaine de télévision française il y’a quelques années, le président de la république avait déclaré que dans un système démocratique tel que celui du Cameroun, la notion de dauphin était incongrue, le choix du président étant dévolu au peuple souverain. Une autre situation qui vient s’ajouter aux manœuvres et aux manipulations qui courent dans le sérail, en ces temps de positionnement où tout le monde croit pouvoir succéder au président Biya. A l’observation, chaque personne plus ou moins proche du pouvoir, pousse ses pions en vue de l’après. Il n’est donc pas surprenant que ces actions soient habilement menées pour discréditer toute autre personne dont l’imaginaire de certains désigne comme le successeur potentiel du Nnomgui.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter