Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 09Article 547771

Politique of Friday, 9 October 2020

Source: https://mondeactuel.net

Succession de Biya: Fru Ndi bientôt de retour au Cameroun après 6 mois passés aux USA

John Fru Ndi n’a pas aimé que le président Paul Biya ait convoqué le 7 septembre dernier le corps électoral. Alors que le contentieux lié aux élections municipales du 9 février n’avait pas encore été tranché par la chambre administrative de la Cour suprême.

D’ici le début du mois novembre, John Fru Ndi sera de retour au Cameroun après six mois passés aux États-Unis. Le président national du Social Democratic Front (SDF) avait prévu de rentrer dans son pays en juillet dernier. Mais contre toute attente, son séjour dans le pays de l’oncle Sam a été prolongé à cause des restrictions du transport aérien dues au Covid-19.

C’est donc depuis Atlanta, que le « chairman » a annoncé que le SDF ne participera pas aux premières élections régionales du pays. Elles sont prévues le 6 décembre prochain. Selon des informations relayées par Jeune Afrique, l’homme politique n’a pas aimé que le président Paul Biya ait convoqué le 7 septembre dernier le corps électoral. Alors que le contentieux lié aux élections municipales du 9 février n’avait pas encore été tranché par la chambre administrative de la Cour suprême.

Le boycott des régionales

Le 23 septembre, la chambre administrative de la Cour suprême a définitivement rejeté la plupart des recours déposés par le SDF pour vice de procédure. Une humiliation de plus qui a contraint l’opposant à boycotter les régionales.

Cette décision présage-t-elle un changement de ton? « Sans aucun doute », estime Jean Michel Nintcheu. C’est le député de Douala et par ailleurs président régional du parti pour la région du Littoral.

« John Fru Ndi a raison de revenir à nos fondamentaux, c’est-à-dire à l’opposition frontale au RDPC [Rassemblement démocratique du peuple camerounais], un parti-État qui est allergique à toute réforme du code électoral. Alors qu’il est à la fois juge et partie dans le processus. Notre positionnement actuel nous a aliéné une partie de nos militants, qui nous perçoivent désormais comme un allié du pouvoir. » Explique-t-il.

Le malheur du SDF fait le bonheur du RPDC

Plus grave, le fondateur du SDF a vu sa maison de Bamenda mitraillée en 2018. Il est désormais forcé de la faire protéger par des gendarmes francophones. Un an plus tard, John Fru Ndi a été victime de deux kidnappings orchestrés par les Ambazonia Defense Forces. Ils l’ordonnaient de retirer des institutions les députés, sénateurs et élus municipaux SDF pour signifier le ralliement du parti à la cause sécessionniste. Le septuagénaire fut frappé et traîné au sol pendant que son garde du corps, blessé par balles, faillit mourir.

Les malheurs du « parti de la balance » font des heureux au sein du RDPC. Le parti au pouvoir n’a pas hésité à investir le fief historique du SDF pour obtenir, à l’issue des législatives de février dernier, les 13 sièges de députés mis en jeu dans les régions en guerre du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter