Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 04 17Article 461066

General News of Wednesday, 17 April 2019

Source: lebledparle.com

Succession de Biya: Chantal mise sur son joker et influence les décisions

Le débat autour de la succession de Paul Biya à la magistrature suprême préoccupe plus d'un. Il s’entretient aussi bien sur la scène politique nationale qu’internationale.

Les funestes présages sur l’identité du troisième chef d’État du Cameroun se font succéder au rythme des convulsions et de crises que traverse le pays. Après la Une à polémique du journal panafricain Jeune Afrique du 17 février 2019, c’est le tour du media français La lettre du continent d’entretenir la polémique.

Dans son édition N°798 du 10 avril 2019, le journal remet au gout du jour, le fameux débat de succession, et croit savoir que Paul Biya, au pouvoir depuis 37 ans, serait à son dernier mandat. Sans toutefois s’éloigner de l’analyse farfelue de Jeune Afrique, le journal révèle dans ses colonnes que l’incarcération de Mebe Ngoh serait l’œuvre du Ministre d’État, Secrétaire général à la Présidence de la république pour éloigner celui-ci des ambitions présidentielles.

Notre confrère dans son article daté du 10 avril 2019 intitulé « Qui peut succéder au sphinx Biya ?», indique avec assurance que Ferdinand Ngoh Ngoh aurait une main invisible sur l’arrestation de l’ancien ministre de la Défense, Edgar Alain Mebe Ngo'o. Plus loin, le journal indique que la première dame camerounaise joue un important role en ce qui concerne la succession à la tete de l'Etat.