Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 07Article 518644

General News of Sunday, 7 June 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Succession à Etoudi: troublantes confidences d'un cadre du RDPC qui souhaite la mort à Biya


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Un haut fonctionnaire du RDPC, mécontent de la façon dont le président du pays, Paul Biya, dirige le pays, a appelé COVID-19 à emporter Biya qui souffre de multiples problèmes de santé.

Le député sous l'anonymat a déclaré que M. Biya et ses collaborateurs avaient ruiné le pays, ajoutant qu'il était temps pour lui de quitter la scène politique. Il a regretté que COVID-19 n'ait pas été aux bons endroits depuis son arrivée au Cameroun. Le haut responsable du RDPC regrette que des jeunes soient tués par le virus invisible alors que ceux qui, selon eux, se cachaient toujours au Palais de l'Unité et dans d'autres hauts lieux s'en sortent indemnes

Il a ajouté que Paul Biya est l'incarnation de l'insouciance et de l'incompétence, soulignant qu'il faudrait au Cameroun plus de cinq décennies pour se remettre des dommages que le régime de Biya avait infligés au pays.

« Notre pays traverse les moments les plus difficiles. Le gouvernement est extrêmement incompétent et le capitaine du bateau est plus préoccupé par sa vieillesse que par l'avenir d'un pays qu'il a ruiné » , a déclaré le député.

« Je pensais qu'avec l'arrivée du virus sur nos côtes, une partie des déchets toxiques humains qui rendent la vie difficile aux camrounais serait emportée. Le virus semble éviter les vrais endroits qu'il aurait dû visiter » , a regretté le député du Sud-Ouest.

" Qu'est-il arrivé au Palais de l'Unité, au Sénat et à l'Assemblée nationale où se cachent certains des plus grands destroyers de notre pays?" , A ironisé le député.

«La nature est très injuste envers le Cameroun. Pourquoi laisserait-il un groupe de dinosaures incompétents et corrompus à prendre un pays entier en otage? », S'est-il interrogé.

Parlant du président du Sénat, Marcel Niat Njifenji, qui se bat actuellement en France pour sa vie, l'honorable député a déclaré que le président du Sénat, âgé de 86 ans, était un sac d'os mou qui était toujours prêt à gaspiller l'argent des contribuables.

«Pourquoi l'État gaspille-t-il de telles sommes d'argent pour subvenir aux besoins d'un homme qui, au mieux, est un mort-vivant ? Pourquoi serait-il transporté par avion en France à un moment où le pays cherche des ressources pour contrôler la propagation du coronavirus? » , A demandé le député.

L'initié du RDPC a également indiqué qu'une session conjointe du Sénat et du Parlement aurait bientôt lieu pour approuver un projet de loi gouvernemental à soumettre pour la création du poste de vice-président au Cameroun.

Le député a déclaré qu'il n'était pas si sûr de la nouvelle configuration du gouvernement, mais a été prompt à ajouter que le poste de Premier ministre pourrait disparaître.

Le député a averti que l'amendement constitutionnel pourrait ne pas faire sourire les visages de nombreux Camerounais du Sud qui combattent le gouvernement depuis des années.

Il a également ajouté que le fils du président, Frank Biya, pourrait être nommé dans les jours à venir car de nombreux initiés du gouvernement ont exprimé leurs préoccupations quant à la façon dont les choses se déroulent.

« Pourquoi M. Biya et ses cohortes penseraient-ils que ce qui s'est passé au Togo et au Gabon doit se produire au Cameroun? Le Cameroun est un terrain différent et si un jeu aussi primitif devait se jouer au Cameroun, les choses pourraient mal tourner » , a déclaré le député.

«Les Camerounais devraient être sur leurs gardes. Les partis politiques d'opposition doivent rester vigilants. Je connais mon parti et je comprends qu'il y a beaucoup de manipulations au sein du système » , a déclaré le député.

« En tant que Camerounais, nous ne devons pas céder à une telle injustice. Nous devons nous battre. Je pourrais appartenir au parti au pouvoir, mais je ne suis pas d'accord avec le gâchis qui se déroule dans notre pays. Pour certains d'entre nous, nous ne pouvons pas nous plaindre. Nous avons mangé et bu avec le diable et il sera difficile de dire que nous ne pouvons pas danser avec le diable dangereux. Nous n'avons pas le choix, mais nous continuerons à soutenir les efforts visant à évincer ce régime diabolique de l'arrière-scène », a conclu le député.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter