Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 25Article 530059

General News of Saturday, 25 July 2020

Source: allafrica.com

Stress et violences domestiques : les effets secondaires du Covid 19


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

La pandémie a changé les comportements habituels mettant à mal la sérénité au sein des foyers

7h au quartier Etoug-Ebe à Yaoundé samedi dernier. Pierre O, 35 ans, va au « beignetariat » du coin. Depuis quelques mois, c'est devenu un rituel.

La mine serrée, le jeune homme parle tout seul le long de son trajet avant d'arriver chez « Mama Assah », la tenancière. Il n'est pas le premier client, mais son heure est toujours respectée. Ravie de le voir, Mama Assah lance : « Comme d'habitude mon fils ? »

En réalité, manger à la maison n'entre plus dans les habitudes de Pierre O. Il n'y va que pour se coucher ou prendre son bain. Sans regarder la vendeuse, il hoche tout simplement la tête.

En conversant avec la dame, Pierre exprime son courroux. « Ma femme me manque de respect tous les jours. Elle vient de me dire que je ne servais à rien à la maison. Et comme j'évite de la violenter, je suis parti ».

En effet, le jeune homme employé dans une société privée de la place a perdu son travail il y a exactement trois mois. Il n'est pour autant pas le seul dans l'entreprise à avoir été licencié. Mais pour son épouse c'est un échec.

L'homme n'ayant plus aucun revenu, c'est son épouse qui désormais subvient aux besoins de la famille. Pierre lui, en a marre des propos injurieux et rabaissants de cette dernière. « J'essaie de faire comme je peux mais je n'en peux plus. Si ce n'était pas parce qu'elle est enceinte, j'allais partir très loin », poursuit Pierre.

Pierre O. n'est malheureusement pas le seul à vivre cette situation. Au ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff), la table du directeur de la Promotion et de la Protection de la famille et des droits des enfants, Côme Parfait Zoa Mbida, est encombrée de requêtes.

L'on y apprend que depuis les mesures de restriction ayant entraîné un certain confinement des individus à domicile, les tensions sont exacerbées. Chaque semaine, une quinzaine de dossiers sur les conflits conjugaux et familiaux sont traités.

Pour les responsables du Minproff, certaines familles ont du mal à gérer la cohabitation à plein temps. C'est ainsi que naissent frustrations, injures, violences verbales et même psychologiques. Emmanuel Atangana est bien conscient de la peine qu'il cause à ses enfants depuis qu'ils sont confinés.

Exerçant comme enseignant, il est contraint de rester à la maison avec sa progéniture. Situation inédite selon lui, qui l'amène à épouser de nouvelles habitudes. Désormais, l'enseignant de 38 ans est vu par ses enfants comme un tortionnaire.

Chez lui, il est devenu regardant sur tout et contrôle tout. « La maison ne disposant qu'un seul écran de télévision, la divergence normale au niveau des préférences dans les programmes est plus visible que jamais. À un moment donné, j'ai souvent été obligé d'imposer mon véto.

Pour exprimer leurs frustrations, les enfants décident le plus souvent de quitter le salon pour se réfugier dans leurs chambres.

En retour, leur boycott a souvent eu des effets sur ma personne je suis perçu comme un despote sans sentiment et égocentrique », raconte Atangana. La situation l'amène même à ignorer le devoir de sa compagne.

« Mon omniprésence dans toutes les tâches ménagères est très visible. Je suis toujours prompt à réprimander les enfants à la moindre occasion. Tout passe au peigne fin. Même la femme de ménage n'est pas épargnée. Ses heures d'arrivée et de départ sont surveillées de très près », poursuit-il. Olive A, elle, voit ses parents se détruire chaque jour.

Son père, un homme d'affaires, habitué des déplacements dans divers pays est contraint de rester sur place. La raison, les frontières fermées.

« Mes parents veulent bagarrer tous les jours. Dès que ma mère essaye de rassurer mon père, il entre dans une colère noire. Il veut juste une solution pour poursuivre ses activités », explique la jeune fille.

D'autres familles par contre se plaignent de la ration alimentaire qui a augmenté. Les enfants à la maison s'alimentent plus et les moyens pour certains deviennent insuffisants.

Dans certains foyers, ces derniers sont parfois contraints de se rendre dans la rue, exercer de petits commerces afin de soutenir financièrement leurs parents.

C'est face à ce constat, que le Minproff a lancé une campagne de sensibilisation des familles à travers des sms envoyés aux abonnés de la téléphonie mobile.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter