Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 06 04Article 600343

General News of Friday, 4 June 2021

Source: www.camerounweb.com

Sorcellerie : il se décompose et meurt mystérieusement à Douala après avoir aidé une dame

Il se décompose et meurt mystérieusement à Douala après avoir aidé une dame Il se décompose et meurt mystérieusement à Douala après avoir aidé une dame

• La victime avait 17 ans

• Il a subi une décomposition suivie d’une mort mystérieuse

• Une dame est accusée de sorcellerie


C'est une histoire mystérieuse qui frise le surréalisme. Ce jeune garçon en image s'est décomposé mystérieusement et a passé l'arme à gauche à Douala après avoir aidé une femme âgée qu'il a rencontrée sur son chemin en rentrant de l’école. La scène s’est déroulée au quartier Non Glacé plus précisément.

Selon les informations rapportées à la rédaction de CamerounWeb, le jeune garçon âgé de 17 ans a rencontré la femme il y a deux jours sur son chemin en rentrant de l’école. Celle-ci lui aurait demandé de l’aider à composer un numéro sur son téléphone. Le jeune accepte, compose le numéro et remet le téléphone à la dame dès que la personne au bout du fil a décroché l’appel.
La dame aurait par la suite saisi le garçon par le bras, avant de le serrer contre lui en signe de gratitude.

Quelques heures plus tard, l’adolescent commence par constater un phénomène bizarre. Son corps se décompose. Pris de panique, ses proches se lancent à la recherche de la dame qui a été retrouvée sans grande difficulté. Entre temps, le jeune fut conduit à l’hôpital où il rend l’âme. La femme accusée de sorcellerie nie son implication dans la maladie du jeune. Les jeunes furieux auraient détruit son domicile sis au quartier Non-glace à Douala.

Le journal Mutations annonçait il y a quelques jours la recrudescence des crimes rituels au Cameroun

Les découvertes de dépouilles mutilées se multiplient, rappelant le sanglant épisode des tueries de Mimboman, entre fin 2012 et début 2013.

Les habitants du quartier Ekounou, précisément au lieu-dit « Deux chevaux », ont eu un réveil tumultueux dans la matinée du 23 mai dernier, avec la découverte du corps sans vie d’une adolescente. Image d’une rare violence, la dépouille a été amputée de quelques organes internes et génitaux, selon les premiers témoins qui ont alerté les sapeurs-pompiers et les services de la gendarmerie.

La victime, âgée entre 18 et 19 ans, aurait été assassinée ailleurs. « Le corps qui a fait plusieurs heures à cet endroit aurait été abandonné dans la nuit du 22 au 23 mai. La dépouille a été marquée par de profondes entailles, et plusieurs organes avaient été prélevés », ont rapporté les riverains, qui ont par ailleurs multiplié des appels au renforcement de la sécurité dans ledit quartier. Quelques jours avant, le 19 mai à Nkoteng dans le département de la Haute Sanaga (Centre), une autre découverte macabre jetait l’effroi au sein de la population.

Le corps sans vie et sauvagement mutilé de Francine Ngah, huit ans, avait été découvert au lieu-dit Camp Nanga. Des images à peine soutenables de sa dépouille ont envahi les plateformes digitales. Le grand-père maternel de la défunte, qui en assurait d’ailleurs la garde, Faustin Mvogo, a raconté sous le choc qu’au moment où son corps a été retrouvé, « l’enfant était complètement nue, couchée sur le ventre. L’un de ses organes a été retiré, ils ont arraché son cœur et ont coupé l’une de ses veines au niveau du cou. Elle a abusivement été violée devant et derrière ».



La fillette qui était inscrite à l’école publique du Camp Nanga avait été enlevée par ses bourreaux la veille, alors qu’elle était allée puiser de l’eau à la source comme à l’accoutumée, de retour des classes. Des recherches avaient été lancées en début de soirée du 18 mai en vue de la retrouver, mais elles étaient restées infructueuses.

Lampistes

Le cas du jeune garçon d’environ 10 ans, enlevé quelques semaines avant dans la Mefou et Afamba (Centre), et dont l’anus avait été sectionné n’est pas moins violent. Cela faisait quelques années que l’on n’avait plus enregistré autant d’assassinats suivis d’un prélèvement d’organes en un laps de temps au Cameroun. En effet, entre novembre 2012 et janvier 2013, une vingtaine d’adolescents et jeunes femmes avaient été tués à Yaoundé, plus précisément dans les quartiers Mimboman, Biteng et Nkoabang.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter