Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 22Article 543463

General News of Tuesday, 22 September 2020

Source: www.camerounweb.com

Sondage: 82,4% des anglophones préfèrent Dion Ngute ou Kamto à la place de Biya

C'est un sondage réalisé par "English Cameroon for a United Cameroon", un mouvement anglophone favorable pour l'unité de Cameroun. Les résultats du sondage nous informe que 82,4% de Camerounais exigent le départ de Paul Biya du pouvoir. Ils choisissent Joseph Dion Ngute, du côté du RDPC, et Maurice Kamto, du côté de l'opposition pour succéder à Paul Biya. INTEGRALITE

Résultats du sondage: 82,4% des Camerounais désapprouvent la présidence de M. Biya et souhaitent qu'il démissionne. Alors que M. Joseph Dion Ngute est le candidat clairement favorisé du RDPC lors d'une éventuelle élection pour remplacer M. Biya, le champ de l'opposition est dominé par M. Maurice Kamto. Ceci est basé sur un échantillon représentatif de Camerounais dont 54,6% se déclarent indépendants, non affiliés à un parti enregistré.

1. Les Camerounais se préparent à utiliser les manifestations de rue comme moyen de faire démissionner M. Biya. Le récit du RDPC est que ce sont des fauteurs de troubles qui devraient être brutalisés et enfermés. Ce point de vue est erroné, il cache l'état méta-stable de la nation. M. Biya est très impopulaire et son parti RDPC a très peu de militants à la base. De manière constante, les sondages ont montré que plus de 80% désapprouvent assez fortement M. Biya pour exiger sa démission alors que son taux d'approbation est systématiquement inférieur à 10%. Ce sondage est conforme aux résultats précédents.

Sondage_Depart_Biya

2. C'est aussi une erreur de penser que ceux qui veulent la démission de M. Biya sont les militants de certains petits partis politiques. La majorité des Camerounais n'appartiennent pas à des partis mais semblent rechercher des personnes capables d'exécuter leur testament: faire démissionner M. Biya. La base militante du RDPC est beaucoup plus petite qu'il n'y paraît; il est principalement composé de familles royales des différentes tribus et d'amis et de membres de la famille des travailleurs du gouvernement. Le secteur public camerounais est estimé à environ 10% de la main-d’œuvre totale et nombre d’entre eux sont des enseignants. Les enseignants ordinaires sont des militants du RDPC moins fiables, contrairement à ceux qui occupent des postes de direction. Sans idéologie séduisante, le parti peut être dévoré par le PCRN de M. Cabral Libii ou le SDF de M. Osih qui semble être les candidats de l'opposition les plus préférés parmi les militants du RDPC. Pour attirer les indépendants, le nom de M. Biya est à éviter

3. Ce n'est qu'une question de temps avant que M. Biya ne démissionne. Cela peut arriver cette année. La voie constitutionnelle menant au choix du prochain président est claire, à commencer par un président par intérim. Alors que le code électoral ne peut pas être modifié tant qu'un nouveau président n'est pas élu et habilité à le changer, nous imaginons que le président par intérim et les principaux partis politiques se réuniront pour identifier les mécanismes permettant d'éliminer la fraude flagrante. Comme on peut l'imaginer, l'opposition crédible exigerait que ces changements incluent le remplacement du ministre de l'Administration territoriale, des responsables d'ELECAM, et ils pourraient faire valoir qu'en aucun cas le «maître des esclaves» de Rey Bouba ne serait accepté comme président par intérim. . Leur raison serait que l'on ne peut pas faire confiance à cet individu pour superviser l'élection transparente d'un nouveau président.

4. D'après le sondage de cette semaine, les candidats au RDPC les mieux classés sont:

1. Joseph Dion Ngute,
2. Alamine Ousmane Mey,
3. Marafa Hamidou Yaya,
4. Philémon Yang,
5. Rose Mbah Acha, et
6. Frank Biya.

Sondage_Depart_Biya

Sondage_Depart_Biya

Du côté de l'opposition, nous avons
1. Maurice Kamto,
2. Cabral Libii,
3. Christopher Fomunyoh,
4. Edith Kah Walla,
5. Abakar Ahamat, et
6. Vera Songwe

Sondage_Depart_Biya

Sondage_Depart_Biya

5. La semaine à venir est chargée. Nous nous attendons à un allumage des actions non violentes populaires qui finiront par conduire à la démission de M. Biya. Les manifestations sont peut-être timides mais ne cessent de croître. Une croissance exponentielle plus rapide peut être aidée par la répression du gouvernement contre ces manifestants pacifiques qui seront largement considérés comme des héros par les 82% de Camerounais qui souhaitent voir M. Biya démissionner.

Sondage_Depart_Biya

6. Il est conseillé aux nations étrangères ayant des intérêts économiques au Cameroun d'interpréter ces résultats avec soin. Les forces de l'opposition crédibles ayant finalement accepté de travailler à la démission de M. Biya, il est peu probable que M. Biya ou son parti soient au pouvoir à la même époque l'année prochaine.

7. Avec la forte probabilité de démission de M. Biya, la question d'un Cameroun post-Biya stable devient réelle. Il est conseillé à toutes les forces d'opposition de s'en tenir à la constitution, il est conseillé aux militaires de s'abstenir de recourir à la force contre les personnes qui auront bientôt un pouvoir politique énorme, et les militaires ne devraient pas rêver d'un coup d'État car ils ne le feront pas. Être accepté par un peuple désespéré. Les manifestants devront choisir entre la violence ou les actions non violentes. Il a été démontré, à l'aide de données, que les projets de résistance non-violente réussissent à un taux de 10 contre 1 par rapport aux projets violents. Si la non-violence est adoptée, M. Biya sera bientôt l'histoire. M. Fame Ndongo et d'autres RDPC désespérés font ce qui est naturel - essayer de se battre pour leur survie - mais ils sont pris dans l'incohérence, les mensonges et les déclarations anti-constitutionnelles. Personne ne prend le pouvoir par la force; ils veulent se débarrasser d'un mauvais travailleur. Laissons le RDPC également mener des sondages statistiques et contredire nos résultats. Les gens ne veulent tout simplement pas de M. Biya et la coalition émergente leur donne l'organisation nécessaire, bien dans les limites des lois nationales et universelles. M. Biya est révolu dans l'esprit de beaucoup et nous ne voyons pas comment il peut échapper à l'obligation de prononcer un discours de démission, amorçant ainsi le processus constitutionnel pour l'élection d'un nouveau président.

Nous remercions tous ceux qui ont participé aux sondages. Le prochain sondage CPDM contre opposition se fera la semaine prochaine, après cette semaine chargée.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter