Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 31Article 616447

Actualités of Tuesday, 31 August 2021

Source: www.camerounweb.com

'Si le problème anglophone n'est pas résolu, on va toujours constater qu'il y a des morts'

Me Lavoisier Tsapy Me Lavoisier Tsapy

• Selon Me Lavoisier Tsapy, donne un conseil aux autorités camerounaises

• A propos de la crise anglophone, il demande un dialogue pour régler définitivement la crise anglophone

• L'avocat était sur ABK radio ce mardi matin


Dans une sortie sur la radio ce jour, l'avocat membre du SDF met en garde les autorités camerounaises contre les tueries qui vont continuer dans la zone anglophone du Cameroun, si la crise n'est pas résolue.

"Si le problème anglophone n'est pas résolu, on va toujours se réveiller et constater qu'il y a des morts", prévient l'avocat au barreau du Cameroun .

A écouter l'acteur politique, la crise a connu une aggravation ces dernières années et elle est l'illustration même de la mauvaise gestion des début de crises et revendications des Camerounais. Me Tsapy donne l'exemple d'autres crises qu'a connues le Cameroun avant le déclenchement de la crise du Noso.

L'avocat a en effet multiplié plusieurs déclarations et conseils lors de sa sortie sur les ondes de nos confrères d'ABK Radio.

Voici quelques unes

"Parlant de la crise anglophone, c'est le gouvernement qui est responsable de l'aggravation de cette crise. En lieu et place du dialogue, le gouvernement a préféré se tourner vers la violence."

"L'identité culturelle anglophone est différente de l'identité culturelle francophone. Il faut que le gouvernement tienne compte de cette différence pour que ce problème soit réglé".


"Le chef de l'État n'a jamais rencontré l'opposition, ni la société civile. Or dans ce cas précis il faut qu'il les rencontre pour qu'ensemble des solutions contre la crise soient trouvées".

"Les anglophones qui sont allés au Grand Dialogue National étaient du RDPC. Ce sont ceux qui occupent de grands postes dans l'administration. Le gouvernement a choisi les anglophones qui devaient participer à ce dialogue et le résultat est que la crise n'a pas été stoppée depuis la fin de ce dialogue".

"L'option militaire n'est pas la bonne. Le gouvernement nous dit depuis que les choses s'améliorent or nous ne voyons rien de concret. Si vraiment les choses allaient bien, on aurait vu des contingents de personnes qui retournent dans leur village. On aurait vu les sous-préfets vivre dans leur vraie zone administrative de compétence et non dans les métropoles".

"Le gouvernement a cette habitude est qu'il passe du vernis sur du pourri. Cette crise ne date pas d'aujourd'hui. Avant 2016 (début de la crise anglophone), il y a eu la SCNC(le Southern Cameroon National Council). Cette organisation en 1996 a pris d'assaut la radio CRTV Buea et avait diffusé pendant près d'une heure l'hymne du leur pays l'Ambazonie".

Rejoignez notre newsletter!