Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 23Article 582532

General News of Tuesday, 23 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Sexetapes dans les écoles du Cameroun : les jeunes en parlent

Le journal la Voix des Jeune tente d’expliquer le phénomène de dépravation des mœurs en milieu scolaire en vogue au Cameroun. Le journal des jeunes pour les jeunes trouve les causes du phénomène dans les cellules familiales. « Tout part de la Famille. En ce sens que, certains parents ne sont pas regardant sur ce que font leurs enfants. Pour eux, leurs devoirs s’arrêtent à envoyer sa progéniture à l’école, le reste c’est aux enseignants et toutes autres personnes faisant partie du corps éducatif de s’en occuper », peut lire dans le Journal. CamerounWeb vous propose l’intégralité de l’article de La Voix des Jeunes.

Sexe, drogue, alcool, sont là les maîtres maux de la génération dite 2.0. La toile nous livre un spectacle des plus inattendus ces derniers temps, des sextapes, au tournage de films X, tout est réuni pour donner un infarctus. Des jeunes filles et garçons se prélassant les uns sur les autres, exécutant des danses sensuelles déconseillées pour leur âge. L’on se demande bien d’où viennent ces idées qu’ils ont de se livrer à pareille activité. Le Pr Claude ABE, sociologue, explique que : « ce genre d’actes posés par les jeunes se traduit tout simplement par le fait qu’ils soient connectés à longueurs de journées avec les masses média. Ils ont accès à tous styles de contenus. Ce qui est déplorable c’est qu’ils s’intéressent à ce qui ne les édifient pas ».

Le nœud du problème

Après investigation il en ressort que, ces élèves qui s’adonnent à ces pratiques obscènes sont âgés entre 13 et 19 ans. La tranche d’âge pendant laquelle on a tendance à vouloir effectuer des découvertes de notre corps et où la question de sexualité est très sensible. Toutefois, cette situation va au-delà d’une simple curiosité, apprend-on. Car derrière ces obscénités, se cache un vaste réseau criminel qui prend plaisir à se faire de l’argent sur la naïveté et la cupidité de jeunes innocents.

En effet, ces vidéos XXL sont revendues à des prix exorbitants sur des sites pornographiques et accessibles gratuitement par tous. Cependant, comment expliquer que ces pratiques soient devenues monnaie courante en milieu scolaire. « Tout part de la Famille. En ce sens que, certains parents ne sont pas regardant sur ce que font leurs enfants. Pour eux, leurs devoirs s’arrêtent à envoyer sa progéniture à l’école, le reste c’est aux enseignants et toutes autres personnes faisant partie du corps éducatif de s’en occuper. C’est de là que nait le problème. Je prends l’exemple d’un enfant qui grandit dans une famille monoparentale, son père ou sa mère ne va pas toujours être présent pour lui, c’est une évidence. Le souci majeur sera de subvenir aux différents besoins de la maison. Et en ce moment, l’enfant est livré à lui. Son entourage, ses fréquentations font partie intégrante de son éducation désormais », renchérit le sociologue.

Comment s’en sortir ?

Au vu de ces récents événements, on va également se questionner sur le fonctionnement du système éducatif, ne serait-il pas en plein échec, dans la mesure où le laxisme observé au sein des établissements scolaires soit de plus en plus courant. Les élèves sont munis de leurs smartphones et parviennent à réaliser des vidéos dans les salles de classe. Il faudrait une prise de conscience immédiate et revoir le fonctionnement de ce système. « Je préconise comme solution au système éducatif, l’ajout de certains modules outre ceux au programme. On peut faire intégrer des séances de psychologie, ceci permettant de suivre les élèves qui sont livrés à la débauche. Les ramener sur le droit chemin et également anticiper sur l’expansion des différents fléaux vécus en milieu scolaire pour préserver les autres », propose le Pr Claude ABE. Éviter que le fléau n’affecte tous les élèves et ne détruise totalement ceux déjà contaminés, la machine éducative devra faire preuve de plus de professionnalisme afin de gagner ce rude combat.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter