Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 14Article 505102

General News of Tuesday, 14 April 2020

Source: lebledparle.com

Serail: voici qui est vraiment Fame Ndongo pour Paul Biya

Dans une tribune publiée sur les réseaux sociaux le lundi 13 avril 2020, l’Ecrivain Félix Mbetbo dresse un mini portrait de l’actuel ministre d’Etat, ministre de l’enseignement supérieure et chancelier des ordres académiques.

Ce bref portrait du secrétaire national à la communication du RDPC intervient dans le sillage de ses réponses aux différentes sorties de Maurice Kamto du MRC. L’auteur de la tribune portrait présente Jacques Fame Ndongo, comme un défenseur acharné de son « créateur » Paul Biya. « Fame Ndongo sera alors en première ligne des intellectuels du pouvoir qui vont publier les hagiographies en faveur du président dès son avènement à la présidence. Il est connu comme le défenseur le plus audible, le plus éloquent et le plus virulent de Paul Biya, qu’il a baptisé de « créateur ». Car rappelle t’il «c’est à lui que doit revenir toute la gloire dans tout ce que nous faisons », puisque, « Personne d’entre nous n’est important, nous ne sommes que ses serviteurs, mieux, ses esclaves ». C’est en reconnaissance à cette posture, qu’il sera Ministre de la Communication durant 4 ans, de 2000 à 2004. Il sera remplacé par Njoh Mouellé, qui y fera un passage très éclair », écrit-il.

Lebledparle.com vous propose l’intégralité de la tribune.



LE "FAMEUX" NDONGO: A LA DÉCOUVERTE DE LA PLUME MÉCONNUE DU PRÉSIDENT !!!!

Né en 1950 à Nkolandom dans la Région du Centre, Jacques Fame Ndongo est le prototype même de ce qu’on appelle un élève brillant. Il le prouve lors de son parcours scolaire effectué sans faute, échelonné par de nombreux coups d’éclairs. En 1968 à ses 18 ans, il est major de toute la Région du Centre au probatoire. A 19 ans lorsqu’il passe son bacc, il est le major de toute l’Afrique au concours d’entrée à l’Ecole Française de Journalisme de Lille.

Fame Ndongo est donc à la base un journaliste de haut niveau. C’est à ce titre qu’il sera nommé Rédacteur en Chef de Cameroon Tribune à ses 24 ans seulement. De 1974 à 1978. C’est en cette année 78 à 28 ans qu’il termine son Doctorat de 3e cycle en France.

A ses 31 ans, donc en 1981, directeur de l'information de l'Ecole Sup des sciences et techniques de l'information et de la communication. 3 ans après, il sera aussi nommé à la Présidence de la République comme chargé de mission au cabinet civil. Il va y rester 14 ans, donc jusqu’en 1998. Dans ce service, il a la lourde charge de s’occuper de la communication du Président de la République.


C’est en cette qualité qu’il sera à plusieurs reprises à la rédaction de plusieurs sorties publiques, interventions de la présidence. On lui prête avec raison l’inspiration et la rédaction de plusieurs discours de Paul Biya. Et cette fonction de nègre, ou alors de scribe du Prince, Fame Ndongo ne l’a jamais ouvertement nié. Et comme le rappelle Raoul Guivanda, nombre de ses congénères pensent qu’il « est dépositaire de la pensée présidentielle ». Mais contrairement à ce que plusieurs ont pensé, Fame Ndongo n’est en aucun cas la plume cachée derrière « pour le libéralisme communautaire » signé par Paul Biya, ceci fera l’objet d’un autre texte.

Fame Ndongo sera alors en première ligne des intellectuels du pouvoir qui vont publier les hagiographies en faveur du président dès son avènement à la présidence. Il est connu comme le défenseur le plus audible, le plus éloquent et le plus virulent de Paul Biya, qu’il a baptisé de « créateur ». Car rappelle t’il «c’est à lui que doit revenir toute la gloire dans tout ce que nous faisons », puisque, « Personne d’entre nous n’est important, nous ne sommes que ses serviteurs, mieux, ses esclaves ». C’est en reconnaissance à cette posture, qu’il sera Ministre de la Communication durant 4 ans, de 2000 à 2004. Il sera remplacé par Njoh Mouellé, qui y fera un passage très éclair.


Cette posture d’esclave, de serviteur, de créature adoptée par Fame Ndongo envers son Président a véritablement couvert d’ombre son côté intellectuel, au point où un professeur de son grand, intellectuel de son rang, est parfois trainé dans la boue par l’opinion. Or Fame Ndongo n’a pourtant pas cessé d’exercé son esprit pour la science, même s’il n’en fait jamais l’écho. En 2015 par exemple, il a reçu le grand prix des associations littéraires pour son livre de recherche sur «Essai sur la sémiotique d’une civilisation en mutation ».

Dans le champ universitaire et politique, ses pairs reconnaissent en Fame Ndongo le génie dans l’usage des mots et les formules inattendus. Chaque fois qu’il doit prendre la parole devant les étudiants, ceux qui sont si excités qu’ils applaudissent parfois avant même qu’il ne prononce un mot. Ils l’ont surnommé amicalement le « fameux » en rappel à son patronyme Fame.

Au côté de productions littéraires, Jacques Fame Ndongo a la réputation d’un intellectuel fécond. Il a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages dans plusieurs domaines du savoir. Il est essayiste, romancier, poète, dramaturge, biographe…Vivement que les jeunes qui sont autour de lui travaillent dans le sens de faire naitre chez lui encore plus de savoir pour le bien de ce pays, il est un réservoir très profond dans ce sens.

SES PUBLICATIONS :

-L’esthétique romanesque de Mongo Beti.

-Le Prince et le Scribe. Lecture esthétique et politique du roman négro-africain post-colonial.

-Nnanga Kon (traduction française du roman de Jean Louis Ndjemba Medou).

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter