Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 22Article 486514

General News of Wednesday, 22 January 2020

Source: lavoixdesdecideurs.biz

Samuel Mvondo Ayolo refuse de suivre les pas de son patron Paul Biya

Le directeur du Cabinet Civil à la présidence de la République ne semble pas suivre les pas de son patron Paul Biya, chef de l’Etat. Il est entré dans l’histoire de ceux qui ne supportent ni la critique, ni le glissement de langue. Nous avons appris que ce baron du régime a fait écrouer le journaliste Martinez Zogo, animateur à Amplitude Fm dans une cellule du secrétariat d’Etat à la défense chargé de la gendarmerie. Des sources affirment que le DCC l’accuse d’avoir diffamé son épouse. Cette situation qui a crée une levée de bouclier a envahi la toile et fait des gorges chaudes.

Etait t-il opportun pour le DCC de procéder à cette arrestation ? Pourquoi ne suit t’il pas l’exemple de son patron qui a fait du silence une véritable force de frappe ? Montrer sa puissance se résume t’elle à faire arrêter un journaliste ? Ne voit t-il pas que cette arrestation pourrait plutôt intéresser les médias à creuser en profondeur ? Non monsieur le DCC. Sachez que si le président Paul Biya qui est le numéro un de ce pays arrêtait tous ceux qui l’avaient diffamé, tous les journalistes du Cameroun se retrouveraient en prison. Ce que Martinez Zogo a fait n’enlève rien en vous, ni à votre épouse.

Ce qui est certain c’est qu’il y’a quelques jours, le patron du Cabinet Civil avait été cité dans une affaire d’immeuble avec le Directeur de la CNPS et n’a procédé à aucune arrestation de la part du media qui a traité cette information. Pourquoi seulement s’acharner sur ce journaliste ? Celui qui à sa nomination était considéré comme un messie de part son caractère pondéré prendra un sérieux coup avec cette affaire.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter