Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 16Article 562871

General News of Wednesday, 16 December 2020

Source: www.camerounweb.com

Salaires fictifs au MINFI : le présumé cerveau de l’opération arrêté à l’aéroport de Yaoundé

Alors que le procès des salaires fictifs au ministères des finances vient de reprendre au Tribunal Crimiel Spécial avec M. Lebou celui qui a signalé les malversations dans le box des accusés, Hubert Abena dont les agissements seraient incriminés aurait tenté de quitter nuitamment le Cameroun. C’est ce que nous révèle le journaliste Michel Biem Tong.


« De sources dignes de foi, l'ex-chef de la cellule informatique de la Direction de la Dépense, du Personnel et des Pensions au ministère des Finances, Hubert Abena, a été interpellé à l'aéroport international de Yaoundé-Nsimalen le 14 décembre dernier vers 23 heures alors qu'il s'apprêtait à quitter le Cameroun sous le fallacieux prétexte d'une évacuation sanitaire », a déclaré notre source qui précise que le présumé cerveau de l’opération aurait bénéficier de l’appui des personnalités de hauts rangs de la République.

« Le 25 septembre dernier, Hubert Abena, l'un des bourreaux de son prédécesseur Emmanuel Leubou (détenu à Yaoundé depuis mai 2018), a été placé en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé pour malversations financières. Hubert Abena, resté intouchable du fait du soutien dont il bénéficiait des responsables de la présidence de la République, était le cerveau du réseau d'octroi de fausses avances de solde (y compris celles consulaires) fictives et de pensions de reversions indues à des fonctionnaires camerounais et hauts gradés de l'armée, de la police et de la gendarmerie
Le 21 octobre dernier, Hubert Abena a été sorti du pénitencier de Kondengui et conduit à l'hôpital de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) situé au quartier Essos à Yaoundé. Il s'agissait en réalité pour ses partenaires du crime de le faire évader de prison et le sortir du Cameroun, sous le prétexte d'une évacuation sanitaire à l'étranger. L'arrestation d'Abena récemment à l'aéroport de Yaoundé-Nsimalen sonne donc comme un échec de cette opération. Abena en sait des tonnes et ses complices suscités ont une peur bleue d'être mis à nu», poursuit-il.

En rappel, l'affaire Lebou est d'une dénonciation faite au début de l'année 2016 par le concerné lui-même presque un an après sa prise de fonction comme chef de la cellule informatique de la Direction des dépenses du personnel et des pensions. De sa position professionnelle, l'informaticien avait observé, fin 2015, des fluctuations anormales de la masse salariale mensuelle de l'Etat, notamment par l'entremise des suppressions, grâce au "User" de Mme Lefang, des remboursements des avances sur pensions et sur soldes.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter