Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 11Article 555211

General News of Wednesday, 11 November 2020

Source: Actu Cameroun

Sérail: voici les clés pour échapper à la tyrannie au pays de Paul Biya

Dans une tribune parvenue à notre rédaction, Franck Essi, le Secrétaire général du Cpp donne quelques clés pour rester zen face à la montée des faits négatifs au 237. Merci de retrouver ci-joint l’intégralité de sa sortie.
L’actualité nous apporte chaque jour son lot de scandales et de faits divers qui mobilisent toujours plus notre attention.

Soit ces faits d’actualité nous font rire, soit ils soulèvent notre indignation la plus vive. Rarement ils nous laissent indifférents. Et pour cause, la logique des médias les amène a constamment solliciter notre attention en vue de réaliser leurs objectifs éditoriaux (nous faire adopter une certaine opinion) et commerciaux (réaliser des profits).

Parfois ces faits déclenchent des initiatives qui visent à s’attaquer à ces injustices et ces situations intolérables qui nous révoltent. Les victoires partielles ou les défaites temporaires que nous enregistrons au bout de ces initiatives sont autant de « résultats » qui nous donnent le sentiment que quelque chose se passe et qu’il faille poursuivre la mobilisation.



En soit, ce n’est pas mauvais que les choses soient ainsi. Je reste persuadé que la vie est ainsi faite; elle est et sera toujours une quête perpétuelle d’un équilibre perpétuellement remis en cause.

Mais de temps en temps, il est important de se détacher du flot incessant d’informations, de scandales et de crises qui constituent le contenu de « l’actualité » pour s’interroger sur les causes structurelles des situations que nous vivons.

En s’interrogeant, on met en perspective, on cherche à donner du sens, à inscrire ce que nous vivons dans une dynamique plus globale, qu’elle soit historique ou simplement un écho de ce qui se passe dans le monde en général. En s’interrogeant, on se donne les moyens de dégager les invariants, les ruptures et les continuités que la marche de nos sociétés permettent d’entrevoir plus ou moins nettement.

En le faisant, nous allons nous rendre compte que parfois, pour bien traiter les problèmes actuels, il nous faut simplement bien connaître la dynamique historique qui les précède et être conscient de ce qui, toutes choses restant égales par ailleurs, risque de survenir dans l’avenir proche ou lointain.

Car au fond, s’informer et se former seront les éternels préalables à toute action efficace. Que cette action soit individuelle ou collective. Encore que très souvent, toute action collective est déclenchée par une action individuelle.

S’informer et se former sont des préalables dans le sens où ils permettent de se situer, d’avoir une direction, de développer des aptitudes et des habiletés,de défendre une cause. Ceci est d’autant plus important que nous évoluons dans un monde où le temps semble s’être accéléré et les frontières classiques (Sociales, spatiales, économiques) semblent disparaitre.

Si toute action se propose par définition d’obtenir un résultat, en passant d’une situation A désagréable à une situation B plus agréable, il faut qu’elle soit informée. On modifie difficilement un milieu que l’on ne connaît ni ne comprend.

Toutes choses qui ne sont pas possibles si nous restons dominés par « l’actualité ». Toutes choses impossibles si nous ne nous donnons pas le temps de comprendre, de nous interroger, d’interroger les choses, les mots, les faits et les événements qui surviennent. Ce n’est sans doute pas à la portée de tout le monde. On peut à priori croire que c’est le seul apanage des » universitaires » ou des « intellectuels ». Mais ce serait se tromper lourdement.

Tout le monde ne peut certes pas écrire des livres ou faire des études scientifiques. Nous n’avons pas les mêmes aptitudes, les mêmes moyens et encore moins la même latitude. Mais tout le monde peut apprendre à s’interroger, à penser de manière critique, à cerner les vrais enjeux de notre temps, à prendre conscience de ses intérêts et de son pouvoir de citoyen pour pouvoir se situer et agir.

Si nous ne le faisons pas, nous en subirons les conséquences. C’est aussi le sens que nous pouvons donner à cette fameuse phrase : » si tu ne fais pas la politique, la politique te fera ». Toute décision politique qui est prise sans nous (Sans nous consulter) a de fortes chances d’être prise contre nous (Au détriment de nos besoins et intérêts fondamentaux).

En effet, apprendre à bien s’informer et se former n’est plus une option. C’est une nécessité voire un impératif catégorique. S’informer au-delà du moment présent, prendre du recul et de la hauteur pour cerner les causes profondes ainsi que les conséquences présentes et futures de ce qui nous est présenté sous l’apparence de l’urgente actualité doit devenir une effort constant et banal.

Pour bien le faire, quelques suggestions me semblent importantes. Devant un fait, une situation ou un évènement important, nous pouvons nous interroger de la manière suivante : Qu’est ce qui me prouve que c’est vrai ? Sur quel élément concret me suggère- t- on de croire à cette histoire ? Quelles sont les causes proches et lointaines, directes et indirectes ? Quelles sont les différents récits qui sont fait sur cet évènement ? Quelles sont les responsabilités directes et indirectes ?

Quels peuvent être les conséquences a court, moyen et long terme de ces situations sur moi, ma famille, le pays ? En quoi ça me concerne personnellement ? Qu’est-ce que je dois faire a mon niveau pour contribuer a une solution ? Pour éviter que cela se reproduise ? Etc…

Ces questions sont loin d’être exhaustives. Elles sont des exemples de questionnements basiques que nous ne faisons plus. Et quand nous sommes en crise comme c’est le cas actuellement, il faut repartir aux fondamentaux.

Ceci est mon plaidoyer pour la culture de l’esprit critique en nous et autour de nous. Esprit critique à ne pas confondre avec l’esprit de critique qui ne discerne pas, ne nuance rien, rejette tout en bloc et de manière définitive dès lors que cela ne rentre pas d’emblée dans les catégories logiques auxquelles on adhère.

Le monde est complexe. Les êtres humains sont complexes. Les sociétés humaines sont complexes. Soyons passionnément déterminés dans notre volonté de saisir le sens profond des choses et d’agir de manière juste et efficace dans un environnement qui sera toujours plus complexe.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter