Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 03Article 502975

General News of Friday, 3 April 2020

Source: news.phxfeeds.com

Sérail: voici l'homme derrière le coup d'Etat et les signatures truquées à Etoudi

Lancés de plus en plus ces derniers jours et heures par des leaders politiques et d’opinion dont les derniers en date sont Mamadou Mota du MRC et l’artiste Richard Bona, les appels à l’intention des Camerounais de relever pour une fois la tête pour empêcher le passage en force des pêcheurs en eaux troubles engagés depuis quelques jours dans la phase finale du transfert de gré à gré suite au décès de plus en plus probable de Biya, semblent de plus en plus compris, et ce jusque dans les cercles les plus insoupçonnés.

C’est visiblement le cas à la présidence de la république, où de hauts commis de l’Etat, restés fidèles au successeur annoncé défunt de Ahmadou Ahidjo, marquent, de manière de plus en plus fracassante, le dégoût qu’ils éprouvent pour les putschistes embusqués qui ont arraché le pouvoir en 2018 à Maurice Kamto pour le remettre à Biya, dans le secret espoir que celui-ci clamsera aussitôt, et qu’ils s’en empareront pour se le« partager… “en famille” »entre pontes Bétis, élus par le ciel via Biya pour gouverner le Cameroun.

Le gré à gré est-il déjà en marche ?
La manifestation de cette volonté de hauts cadres de l’Etat soucieux de préserver le mécanisme républicain de gestion de la vacance du pouvoir tel que stipulé par la Loi Fondamentale du Cameroun, c’est l’organisation des fuites des documents et informations de cette institution qu’est la présidence de la République.

On savait déjà, grâce à ces sources de fortune, que Paul Biya qui a« signé »ces derniers jours d’importants textes nommant à certaines fonctions, et qui, selon le Premier ministre, «a d’ores et déjà instruit d’abonder en urgence ledit fonds à hauteur d’1 milliard (1.000.000.000) FCFA pour le financement des opérations relevant de la stratégie de riposte contre la propagation de la pandémie du coronavirus au Cameroun »,n’est même pas au pays, pas plus qu’il ne serait en mesure de prendre quelle que décision que ce soit, transporté en urgence à l’étranger qu’il est depuis la dernière semaine de mars, pour des raisons de santé, ou parti rejoindre les ancêtres quelques jours après son évacuation sanitaire, selon certaines mauvaises langues, elles aussi plus ou moins bien renseignées.

Le coup d’Etat en marche ?
Depuis quelques temps, l’on sait qu’à la présidence, de nombreux responsables se plaisent à imiter la signature du président qu’ils apposent au bas de nombreux documents. En l’occurrence des actes de nominations à travers lesquels ils placeraient leurs obligés à différentes fonctions à partir desquels ils interviendraient au cas où. Et c’est chacun qui y va de sa falsification, d’où la non similitude des “signatures présidentielles” que l’on a pu observer sur certains documents officiels.

Depuis l’annonce de la grande absence du « Patron », il semble qu’il y a désormais plusieurs délégataires permanents de signature à la présidence. Ngoh Ngoh ne serait plus le seul depuis que chaque camp de postulants à la succession du chef se démènent pour donner l’impression à coups d’actes « présidentiels » qu’il serait non seulement bien vivant, mais aussi très bien portant et d’une fraicheur tel qu’il pourrait disputer avec succès une course pour l’ascension du Mont Cameroun contre Sarah Etongue et Timothy Lekunze. N’est-ce pas, monsieur le Directeur du Cabinet Civil Adjoint, Oswald Baboke ?

Le président qui se moqua un jour des camerounais que ses services avaient alléchés avec la nouvelle de sa mort, est pourtant attendu dans trois jours au plus tard, pour s’adresser à ses compatriotes relativement au Coronavirus Desease 2019 qui a seulement commencé à décimer ce peuple acéphale de Camerounais, et compte poursuivre sa course ravageuse tant qu’il n’y aura pas de capitaine dans le bateau Cameroun pour organiser une riposte digne de ce nom.

https://news.phxfeeds.com/share?docId=4867966123107383589&source=phx

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter