Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 27Article 544519

General News of Sunday, 27 September 2020

Source: www.camerounweb.com

Sérail: voici comment le régime Biya se ridiculise avec l'affaire Maurice Kamto

Le gouvernement camerounais dans sa dernière sortie sur la marche du 22 septembre a laissé entendre qu'il y a une épée de Damoclès sur Maurice Kamto et la survie de son parti le MRC. Son cas est en examen, dixit le ministre René Sadi. Des propos qui ont indigné des camerounais qui d'ailleurs soutiennent le plan d'arrestation de Kamto et la dissolution de Maurice Kamto. Ces menaces du gouvernement svisiblement n'intimident plus les concernés et de surcroît les assoiffés de la libération du Cameroun qui narguent à la fin Biya et son régime notamment Abdelaziz Moundé qui demande à René Sadi d'arrêter Maurice Kamto.


Voici l'intégralité de sa déclaration


Trop parler c'est maladie disent les Ivoiriens, le pays de Ouattara qui suit son ami Paul Biya dans l'optique de l'eternisation au pouvoir.

Comment peut-on militariser l'essentiel de nos grandes villes et craindre des manifestations pacifiques ? ; un " petit parti ? " : vous avez le Ngoum, le pouvoir ; la puissance, celle qui hélas est incapable de demander des comptes à ceux qui ont détourné 3000 milliards pour l'organisation de la Can à glissements.

Alors, économisez votre énergie et allez, avec M. Atanga Nji, interpeller Maurice Kamto. Cela coute beaucoup moins cher au contribuable camerounais que d'encercler et boucler son domicile. Faites parler le légendaire cynisme hérité des Français, de Foccart, de ceux qui nous ont formé à écraser toutes les têtes qui débordent, tous ceux qui voulaient l'Indépendance, tous ceux qui s'opposaient et s'opposent aux pleins pouvoirs, à la monarchie présidentielle absolue. Qu'attendez-vous ? A quel naïf encore, sinon nos millions de compatriotes perclus du syndrome de Stockholm, voulez- vous faire croire qu'un magistrat peut faire interpeller un opposant sans l'ordre d'en haut ? Les cadavres ne craignent plus les couteaux !

Si j'étais Paul Biya, après 50 ans de service de l'Etat au premier plan et 38 ans à la Présidence, je ne craindrai pas derrière ma tour d'Etoudi, ceux que vous appelez éhontément une " ethnie quelconque ". Je ferai comme Macron, Trump, Zuma...: laisser mes concitoyens marcher, manifester contre moi et rentrer chez eux. Comment peut-on être sphinx et craindre les mouches ? Le lion a t-il jamais eu peur du " porc " ?

Quand on est fort, puissant, on ne parle pas trop : on frappe. Comme vous l'avez fait en janvier 2019. Comme vous l'avez toujours fait avec ceux qui gênent. Alors, allez-y ! Au lieu de vous ruer sur les " seconds couteaux ", vous le savez, en homme intelligent et averti, M. Kamto a explicitement appelé à ces manifestations.

Pourquoi, remplissez-vous inutilement cellules infectes et prisons surpeuplées de ces jeunes qui n'ont plus peur de nos bidasses ? Pourquoi, comme on dit au quartier, tout ce mvoum, à traquer, bastonner, remplir les fourgons, transférer au SED : ouvrez les salles de cinéma plutôt que d'en faire de mauvais gout !

Allez chercher le principal responsable : son domicile vous est connu. Entrez manu militari et prenez-le. Cela vous évitera ces communiqués d'un autre âge où un Gouvernement ose qualifier une composante de la Nation d'ethnie quelconque. Une honte !

Je le répète, en l'assumant, en assumant toutes les conséquences ce soir : c'est le devoir et le droit d'un citoyen, mécontent, non satisfait d'un gouvernant, de manifester et de marcher pacifiquement pour dire : Demission, Dégage, Il doit partir ! Autant que vous encadrez les marches et manifestations de ceux qui disent Oui, Paul Biya encore 100 ans !
Un nouvel esprit citoyen malgré ces milliers d'arrestation, vos circonvolutions, vos menaces, l'opprobre que vous voulez jeter sur vos compatriotes qui remettent en cause la culture d'obséquiosité et de dévotion au Créateur de Famé Ndongo, est à l'oeuvre. Et retenez-le : aucune prison n'emprisonne la conscience. Surtout pas Kondengui !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter