Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 19Article 574405

General News of Friday, 19 February 2021

Source: cameroonintelligencereport.com

Sérail: un scandale financier explosif secoue un ministre de Paul Biya

Mounouna Foutsou, ministre de la Jeunesse et de l'Éducation civique (Minjec), est de retour sous les projecteurs. Mais cette fois-ci, l'élite politique camerounaise française est prise dans un énorme scandale financier dans la gestion du Plan Triennal Jeunesse (PTS-Jeunes).

Le PTS-Jeunes est une initiative dédiée à un groupe social spécifique de la République du Cameroun: la jeunesse. Il vise à accélérer leur intégration socio-économique. Cette initiative mise en place par le régime francophone de Biya pour éviter les manifestations anti-gouvernementales au Cameroun français a reçu 102 milliards de FCFA.

Les médias locaux de Yaoundé rapportent maintenant qu'une grande partie de cet argent a disparu. Certes, l'initiative, mise en place en 2016, visait à accompagner 1,5 million de jeunes en trois ans à raison de 500 000 par an. Cinq ans après son lancement, personne, pas même les membres du soi-disant président Biya Youth, n'a bénéficié du projet.

Une source du Cameroon Intelligence Report au plus profond du ministère de la Jeunesse a laissé entendre à ce journaliste que tout ce que le ministre Mounouna Foutsou et son gang prétendent avoir fait avec l'argent va de la pure fiction au plus absurde. Selon de nombreux groupes de jeunes fidèles au régime francophone de Biya Beti Ewondo, des milliers de bénéficiaires du fonds ont été des fantômes et des centaines de noms récemment publiés pour justifier des paiements sont des noms de personnes décédées. Ils n'existent nulle part.

Le cas le plus récent dénoncé par des groupes de jeunes s'est produit à Atok. Dans cette localité de la région de l'Est ravagée par la pauvreté et peuplée principalement de populations pygmées Maka, des dizaines de noms à consonance étrangère sont apparus sur la liste au détriment des jeunes locaux formés.



« Cette cacophonie est entretenue par le ministre de la Jeunesse pour encourager le détournement de fonds publics. Il met les noms de ses parents sur les listes, y compris des personnes que nous ne connaissons pas ici à Atok. Et personne ne peut prouver leur existence. Lorsque les chèques sont remis, nous ne les voyons même pas. Cette façon de tromper les jeunes chômeurs est effrayante », a déclaré une jeune femme qui a été formée mais qui n'a reçu aucun financement à un animateur de radio local.

Le Cameroon Intelligence Report peut maintenant révéler que même le président Biya a menti aux Camerounais francophones sur le succès du stratagème.

« Le Plan Triennal Spécial Jeunesse, qui a financé en 2020 5 500 projets pour un montant total de 15 milliards de francs CFA, a permis l'installation de 16 000 jeunes dans 66 villages pionniers de la deuxième génération», a déclaré Biya dans son discours aux jeunes. le 10 février 2021.

«Ces chiffres déclarés par le président Biya sont faux. Le président a été induit en erreur par son ministre de la jeunesse », a noté un autre jeune de la région du Sud.

« J'ai appris ce soir lors du discours du Président de la République que le Programme Spécial Triennal Jeunesse avait financé 5 500 projets sur les 738 000 demandes de financement soumises, à hauteur de 15 milliards si je me souviens bien. Lors d'un débat télévisé auquel j'ai participé, aucun des panélistes, y compris ceux du parti au pouvoir, n'a pu se souvenir du nom d'un jeune de sa localité ayant bénéficié de cette émission », a déclaré Anne Féconde Noah, porte-parole de Cabral Libi , président du parti PCRN.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter