Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 31Article 564854

General News of Thursday, 31 December 2020

Source: Actu Cameroun

Sérail: le combattant MbouaMassok chez Kamto

Dans un récit publié sur la page Facebook de ce combattant de la liberté (MbouaMassok), Mbabang Mebang, raconte comment le père des villes mortes au Cameroun est allé rendre visite au président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), quand ce dernier était encore en résidence surveillée à Yaoundé.


Lire dans les lignes suivantes, l’intégralité de sa narration.

Le 04 Décembre 2020, je suis à l’agence de voyage Finex dès 04h où je suis chargé de payer les tiquets de voyage pour Yaoundé au nomma des sieurs :

– Cbt. MbouaMassok ;
– Dr Sobze Christian.

Nous entrons dans un bus qui nous conduit à destination. Nous sommes à Yaoundé où à l’agence Finex, nous attend un véhicule-taxi. Dans ce véhicule, aux côtés du conducteur, est assi un homme qui ne m’est pas étranger. C’est un compagnon de lutte de longue date proche de Cbt. MbouaMassok. Son nom est Mbabang Menang Pierre.

À trois, en dehors du chauffeur de circonstance, nous sommes sélectionnés par la la »Cellule Stratégie » qui délibère autour du Cbt. MbouaMassok, pour être avec ce dernier en mission à Yaoundé. Mais, vous demanderez-vous à juste titre, en quoi consiste la mission concernée ?

Il se trouve que Cbt. MbouaMassok aura exposé quelques semaines plus tôt à la »Cellule Stratégie », sa volonté et sa détermination de rendre une visite sociopolitique au Pr Kamto Maurice, citoyen Camerounais de son état, depuis septembre 2020, assiégé à son domicile par les forces répressives de la gouvernance néocolonialiste de Yaoundé.

Il est 11h35 au moment où, après avoir franchi quelques difficultés (pour notre »équipe » minables), nous descendons Cbt. Mbababg et moi même de notre véhicule à la suite de Cbt. mbouaMassok. Comme surprise et presque ébahie, la soldatesque en place se met en branle, comme tout d’un coup réveillée par une situation inattendue. Comme de tradition, Cbt. MbouaMassok n’est aucunement perturbé, qui descend droit avec nous versets la porte centrale de la gigantesque clôture du domicile du citoyen Kamto.

Un jeune Commissaire qui semble être l’autorité des troupes sur place se précipite auprès de nous, s’approche poliment du Combattant et en ces termes, apostrophe notre leader : »C’est vous MbouaMassok ? ». Oui, répond calmement Combattant qui, sans autre forme de procès, poursuivant son cheminement vers le portail, décline immédiatement ainsi l’objet de sa présence sur les lieux : »Nous sommes ici pour une visite à notre concitoyen le Pr Kamto ».

Le jeune officier supérieur de la police Camerounaise (4 étoiles or) sollicite et obtient du Cbt. qu’il se face identifié. En toute courtoisie et, expression de sa citoyenneté aidant, Cbt. MbouaMassok sort de son portefeuille et tend au Commissaire, ce qui tient lieu de pièce d’identification, à savoir, comme desormais pour la multitude de Camerounais, un récépissé de demande de la CNI.

Scrutant cette pièce, le jeune officier s’empresse à édicter au Cbt. MbouaMassok, les recommandations reçues de sa hiérarchie, sans respect desquelles nul ne peut avoir accès au domicile de M. Kamto. Il ressort ici qu’au principal, avoir accès au domicile de l’homme nécessite d’être tenu en mains si ce n’est par Me Woupalla, par M. Penda Ekoka.

En plus ajoute notre Commissaire, »même si par extraordinaire nous lui annoncions votre présence, nous ne croyons pas qu’il soit disposé à vous recevoir ». Et Combattant de rétorquer à la suite de ce qui vient d’être rapporté comme dires de l’officier : »C’est vous qui le dites mon Commissaire, même si vous ne nous convainquez pas ». Le Commissaire suggère à Cbt. de passer un coup de fil à celui pour qui sa présence est effective sur les lieux. Ce à quoi Cbt. MbouaMassok ainsi réplique : »Si c’était ce qui nous restait à faire ici, notre déplacement ne se justifierait donc plus. Mais nous voudrions ici vous faire marquer que nous nous proposions de rencontrer physiquement le Pr Kamto et échanger avec lui en prime sur sa condition actuelle dans sa résidence. Comme, avec tout ce que nous voyons là nous ne sommes pas outillés pour vous défier ! Il nous reste seulement de marquer notre regret, ne pouvant le faire en toute »amicalité ».

Au moment où Cbt. se propose de quitter les lieux, un tour d’horizon visuel des lieux fait, il jette à la face de son vis-à-vis : »Mais le dispositif n’est pas des moindres mon Commissaire ! ». À sa suite, le jeune officier souligne : « C’est vous qui le dite M. MbouaMassok ». Et Cbt. d’affirmer : »Oui, je l’assume ». Après quoi, sous d’insistants regards pointées sur nous par toute la soldatesque en place, nous nous dirigeons à notre véhicule où notre conducteur nous attend.

Dans le but d’avoir le contact des »autorisés » à »autoriser » la rencontre avec M. Kamto à son domicile »arbitrairement » assiégé, Cbt. passe un coup de fil à Me Yondo Black, ancien Bâtonnier Camerounais. Des échanges entre les deux hommes, le résultat probant. Poursuivant notre route, nous sommes surpris par Cbt. qui nous dit qu’il suggère que nous passions par la Délégation à la Sûreté Nationale. Lorsque nous y sommes à 13h35, Cbt. nous fait obtenir trois demandes d’audience pour rencontrer M. le Délégué. Peine perdue, puis qu’arrive à son Secrétariat, il nous est dit que ce dernier n’était pas disponible.

Voilà comment s’est achevée notre mission citoyenne à expression patriotique ce 04-12-2020 à Yaoundé. Nous ne pouvons ne pas relever un point esentiel de ce qui se dégageait des échanges, chemin faisant, avec Cbt. MbouaMassok.

Il nous a indiqué qu’entre autres, il se proposait de suggérer à Maurice Kamto de mettre un terme à ce que lui Cbt. considérait comme étant une auto-fragélation. Car relevait-il, tant qu’il n’a pas été signifié par un texte son »confinement » à sa résidence à Kamto, que ce dernier entre dans son véhicule et comme il l’a toujours fait, face ouvrir son portail et sorte enfin bon sang ! S’il est arrêté, il assume et l’autorité qui ordonne la »forfaiture » assume alors autant.

Hélas, l’occasion n’a pas été au rendez-vous. En partant du Pavillon du Devoir National son domicile à Douala, Cbt. tenait en main un paquet. Il nous a dit que ce paquet, un présent destiné à Kamto, n’était autre chose qu’un livre dont l’auteur est l’écrivain et Pr de philosophie Fonkoua Tequia, sous le titre : ‘‘La France ou le suicide et le désastre programmés de l’Afrique Francophone ». Et connaissant bien Cbt. dans sa rigueur, il est certain que ce présent restera aussi longtemps qu’il le faudra, pour un jour finir entre les mains de qui il est destiné.

Afin que nul n’en ignore et que l’histoire retienne. Pour la postérité. Les »témoins » du temps présent, et dans le cas d’espèce. Les témoins de la mission du 04-12-2020 au domicile du Pr. Kamto à Yaoundé.

Mbabang Mebang

Dr Sobze Christian

Douala, 05-12-2020

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter