Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 30Article 616228

Actualités of Monday, 30 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Sérail: 'le clan Ngoh Ngoh et un Israélien détournent 2,5 milliards par an'

Ferdinand Ngoh Ngoh, Eran Moas play videoFerdinand Ngoh Ngoh, Eran Moas

• Surprenantes révélations sur le patron israélien du BIR et le clan Ngoh Ngoh

• 2,5 milliards par an, est la mirobolante somme que le CCAA verse au clan Ngoh

• Zoom sur le patron israélien du BIR


Ferdinand Ngoh Ngoh et Eran Moas, le patron israélien du BIR sont de grands amis En affaire, les deux hommes font également des 'deals" en sourdine. Une révélation faite par le lanceur d'alerte Boris Bertolt sur les deux hommes montre qu'ils se sucrent sur le dos du contribuable camerounais. 2,5 milliards par an, est le pactole que le clan Ngoh Ngoh et l'israélien perçoivent via l’autorité civile aéronautique du Cameroun ( CCAA) dirigée par Koki ASSOUMOU.


Des marchés passés gré à gré sur les instructions du chef de l'Etat


A en croire le lanceur d'alerte, outre la gestion du bataillon de l'intervention rapide (BIR), Eran Moas "a gagné systématiquement l’essentiel de la sécurité aux aéroports et dans les ports du Cameroun. Des marchés passés de gré à gré dans le plus grand secret et mystères comme le révèle celui de l’autorité aéronautique."

A cette cause, "des milliards du contribuable camerounais ont été débloqués sur les instructions du chef de l'Etat et mis à la disposition de Eran Moas au nom de la sécurité dans les aéroports et ports du pays". Le clan du Secrétaire général de la présidence aussi qui tient à avoir sa part du gâteau, va donc être en charge de l'achat des équipements de filtrage, les vidéos de surveillance et les barrières dans les aéroports internationaux".

Tout un flou entoure la gestion des équipements de sécurité dans les aéroports et ports du Cameroun dont à la charge l'israélien. D'après les révélations de Boris, "une convention entre la CCCA et Eran Moas, conseiller technique de Paul Biya a été paraphée. A l’issue de cette convention, Koki ASSOUMOU doit verser 2,5 milliards Fcfa par an. L’argent est donc viré chaque année. Mais à qui? Surprise: pas dans Les comptes du BIR, mais dans un compte privé à l’étranger. Ainsi l’autorité aéronautique ne peut intégrer cela dans sa comptabilité et 2,5 milliards Fcfa sortent clandestinement des caisses de l’Etat".

Eran Moas, le conseil technique du président Paul Biya ne communique jamais sur les activités auxquelles il se livre au Cameroun. Toutes les tentatives du lanceur d'alerte de joindre l'israélien ont été vaines. " Eran Moas et le BIR refusent de donner leur véritable valeur. CCAA ne sait pas combien a coûté et coûte aujourd’hui les appareils afin de les intégrer dans son patrimoine. Toutes requêtes adressées au BIR sont restées lettres mortes. Mais on peut comprendre leur refus. S’ils donnent les factures d’acquisition, le pot aux roses serait découvert", indique Boris Bertolt.

L'israélien est connu de part le monde comme un grand investisseur dans la sécurité, l'immobilier et autres avec l'argent du contribuable camerounais. Une révélation faite par Africanarguments en 2020.


Scandale: voici l'énorme villa du patron Israélien du BIR achetée avec l'argent du Cameroun


Dans une enquête exclusive réalisée sur le BIR et publiée ce 23 juin, le journal africanarguments.org révèle les liens qu'entretiennent le BIR et Israël. L'on apprend que le BIR est entraîné depuis plusieurs années par "des citoyens israéliens".

Payés à des sommes atronomiques, les Israéliens du BIR mènent une "vie somptueuse", révèle le journal dans son enquête. "Travailler avec le BIR est une entreprise lucrative. L'unité est bien financée et largement considérée comme financée par un compte «hors budget» de la compagnie pétrolière nationale du Cameroun." révèlent nos confrères. "Une ancienne recrue du BIR, diplômée en 2015, dit qu'une centaine de formateurs israéliens ont passé trois mois au Cameroun à former sa cohorte. La recrue dit qu'ils lui ont dit qu'ils étaient chacun payés environ 1 000 $ par jour" peut-on encore lire dans ladite enquête.

Le principal bénéficaire de cette juteuse colaboration entre le BIR et Israël est le chef, Eran Moas. Grâce aux sommes faramineuses percues, l'israélien "a acheté au moins 32 millions de dollars de biens immobiliers à New York, Los Angeles, Haïfa et Yaoundé, la plupart sans hypothèque. Il vit également un style de vie somptueux. Il a acheté trois billets de 5000 $ pour regarder le combat Mayweather Jr. contre Pacquiao en mai 2015 et sa femme a été vue portant une Rolex incrustée de diamants de 60000 $."

De New York à Douala, en passant par Haïfa, chez lui en Israël, Eran Moas aura fait d'énormes investissements dans l'immobilier à travers des methodes lugubres, grâce à l'argent du Cameroun. En 2016, "Moas a acheté une villa de 12 millions de dollars à Hidden Hills, une communauté fermée exclusive à Los Angeles, selon Dirt.com". La somptueuse villa qui se trouve dans la vidéo ci-dessous aura été achetée, comme toute les autres, par "par le biais d'une société écran, dont l'adresse est indiquée comme «c / o Kohli & Partner», un cabinet d'avocats basé en Suisse qui a été révélé dans les Paradise Papers pour représenter divers clients douteux".

Rejoignez notre newsletter!