Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 27Article 625300

Actualités of Wednesday, 27 October 2021

Source: www.camerounweb.com

Sérail: Ngoh Ngoh et le système israëlien Moas ciblés par les renseignements de Biya

Paul Biya a chargé Maxime Eko Eko de se pencher sur la question Paul Biya a chargé Maxime Eko Eko de se pencher sur la question

• Des soupçons de favoritisme et de corruption du système israëlien Moas attirent l'attention de Paul Biya

• Ferdinand Ngoh Ngoh est cité dans ce système

• Paul Biya ordonne aux renseignements extérieurs de se pencher sur la question


Le locataire du palais de l'Unité se méfie de plus en plus de l'étroite collaboration qui existe entre son secrétaire général Ferdiand Ngoh Ngoh et l'Israélien Eran Moas. Les deux personnalités sont dans le viseur des services de renseignements du président de la République Paul Biya.

En effet, dans une série d'articles consacrés à l'influence du "système de l’Israélien Eran Moas" au Cameroun, le journal "JEUNE AFRIQUE" révèle que, suite aux soupçons de favoritisme et de corruption qui auraient attiré l’attention au plus haut sommet de l’État, Paul Biya a chargé les renseignements extérieurs et leur patron, Maxime Eko Eko, de se pencher sur la question.

Selon le journal, "le gérant de PortSec SA, Tsafir Tzvi, est inconnu des Camerounais, mais il a un point commun avec Kohli & Partners et Tandyl Development : Eran Moas, l’un des conseillers israéliens de l’état-major du Bataillon d’intervention rapide (BIR, forces spéciales). Tsafir 7/7 Tzvi est un proche de ce dernier, lequel serait aussi à l’origine de la création de Tandyl Development, selon des sources ayant été en contact avec la société. Surtout, Moas, qui se présente comme un consultant indépendant, a déjà eu recours aux services de Kohli & Partners. En 2016, le cabinet s’est chargé pour lui de l’acquisition d’une villa d’une valeur de 6,5 milliards de francs CFA à Los Angeles, aux États-Unis, et le nom d’Eran Moas est associé à d’autres sociétés immobilières en Californie, comme Crown Royal Developers, qu’il a présidée au début des années 2010".

"JEUNE AFRIQUE" précise que les activités économiques de l'Israélien Eran Moas au Cameroun ont éveillé l'attention de Paul Biya sur sa proximité avec le ministre secrétaire général de la présidence Ferdinand Ngoh Ngoh. Ce dernier a été cité dans plusieurs dossiers de détournement de fonds publics notamment la signature avec la société PortSec SA d'un marché de gré à gré portant sur la « sécurisation du périmètre et du contrôle des accès du port » pour un montant d’un peu plus de 25 milliards de francs CFA – et même 31 milliards après un avenant – et une durée de deux ans. Plusieurs virements sont d’ailleurs exécutés en octobre 2018 et janvier 2019 par le PAD vers un compte géré par la firme au Liechtenstein.

"Le conseiller du BIR, interlocuteur favori du secrétaire général Ferdinand Ngoh Ngoh à la présidence, joue-t-il les agents commerciaux de luxe pour sa communauté ?". C'est à cette question que tentent de répondre les services de renseignements aux ordres de Paul Biya.

PROJET DE COUP D'ETAT: 'NGOH NGOH ET DES OFFICIERS SUPERIEURS SOUS HAUTE SURVEILLANCE'

Certaines informations faisant état d'un projet de coup d'Etat avorté circulent depuis quelques heures au sein du sérail. Plusieurs personnalités, notamment le ministre secrétaire général de la présidence Ferdinand Ngoh Ngoh, sont citées. Le journaliste et activiste Michel Biem Tong apporte des précisions sur cette affaire.

Ci-dessous l'intégralité de la sortie

De sources bien informées, la sécurité présidentielle tout comme les services de renseignement camerounais sont en alerte maximale depuis quelques heures. Ces sources indiquent que la résidence du tout puissant secrétaire général à la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, a été placée sous surveillance par quelques éléments de la garde présidentielle, sur ordres du président de la République, Paul Biya. Ce que démentent d’autres sources qui indiquent que le Sg/Pr poursuit sereinement sa mission à Garoua dans le cadre de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations qui démarre en janvier 2022.

En effet, nos sources nous renseignent sur un coup d’Etat planifié par Ferdinand Ngoh Ngoh. A la manœuvre de ce projet de coup de force qui devait prendre corps ce samedi 23 octobre 2021 au soir, se trouvaient quelques officiers généraux de l’armée camerounaise acquis à la cause de l’« homme à la punk »: <>, nous a confié une source proche des services de sécurité de la présidence de la République. Les officiers généraux auxquels il est fait allusion ici sont le chef de la sécurité présidentielle, le General Ivo Desancio Yewo et le colonel Hollong Étienne, aide de camp de la Première Dame, Chantal Biya. Ces derniers sont donc, à en croire nos sources, ceux qui ont éventré ce projet de coup d’Etat. Information vraie ? Simple rumeur? Volonté de nuire à Ngoh Ngoh? Nul ne saurait parier sur l’une ou l’autre de manière péremptoire même si l’affaire est prise très au sérieux par différents services d’intelligence du Cameroun.

Ce n’est pas la première fois que le nom de Ferdinand Ngoh Ngoh est cité dans une histoire de coup d’Etat contre Paul Biya. Le journaliste et activiste Mbombog Mbog Matip croupit dans un local au quartier 3 de la prison centrale de Yaoundé depuis le 7 septembre 2020, pour avoir informé le chef de l’Etat via son conseiller spécial, le contre-amiral FOUDA Joseph, d’un projet de coup d’Etat fomenté par le secrétaire général à la présidence et le commandant du Bataillon d’intervention rapide (BIR), l’israélien Eran Moas. Le BIR est une unité d’élite de l’armée camerounaise.

En décembre 2020, alors que l’auteur de ces lignes investiguait sur cette affaire, une source manifestement proche de Ngoh Ngoh a relativisé en ces termes : <>, indiquait la source en question. Rappelons qu’en 2004, pour se débarrasser politiquement de Marafa Hamidou Yaya et de Jean Marie Atangana Mebara (tous deux en prison), les réseaux proches de la famille présidentielle ont mis à contribution les services secrets pour construire une histoire selon laquelle ces deux anciens secrétaires généraux à la présidence ont participé à un projet visant à assassiner Paul Biya, à travers la location d’un avion (le fameux Albatros) de seconde main aux USA pour les déplacements de ce dernier. D’autres affidés de Ngoh Ngoh y voient la main des services français de la Direction générale de la sécurité extérieure qui, selon eux, auraient mis la tête de Ngoh Ngoh à prix du fait de la proximité de ce dernier avec le lobby d’affaires israélien. Chaud devant en tout cas !

Rejoignez notre newsletter!