Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 25Article 537148

General News of Tuesday, 25 August 2020

Source: www.camerounweb.com

Sérail: Amougou Belinga monte une histoire de coup d'Etat pour détruire Ngoh Ngoh

C’est une révélation contenue dans le journal « Courrier Diplomatique ». Nos confrères, dans leur parution, reviennent sur le plan mis en place par le PDG du Groupe l’Anecdote, Jean Pierre Amougou Belinga afin « d’escroquer » de hauts dignitaires du régime Biya.

Pour atteindre ses objectifs, le Zomloa des Zomloa enregistre ses échanges téléphoniques avec ses victimes afin de les faire chanter. La même stratégie aurait été utilisée sans succès sur le Secrétaire general de la présidence de la République Ferdinand Ngoh Ngoh. Le journal précise que Amougou Belinga a voulu monter Paul Biya contre ce dernier en créant de toute pièce une information sur un prétendu coup d’Etat avec la complicité des Israéliens notamment le général Mayer Heres qui est à la tête de l’AMI (Assistance Militaire Israélienne).

Nous vous proposons de lire la publication du journal « Courrier Diplomatique »

Le Cameroun a été marqué ces derniers jours par une vague d’écoute téléphonique mettant en scène le dénommé Jean-Pierre Amougou Belinga et une série de personnalités Camerounaises. Des conversations téléphoniques enregistrer par le maitre du chantage et qui devaient servir à faire tomber ses cibles le moment venu.

Un plan mis en exécution par tout un arsenal dirigé par Bolloré et dont l’objectif était de décapiter l’appareil sécuritaire et de renseignement du Cameroun, en passant par la corruption, aux fins de propulser leur mentor, Louis Paul Motaze ministre des finance qui aspire au fauteuil présidentiel et faire revenir Bolloré aux affaires.

Le rôle des écoutes téléphoniques de Amougou Belinga

Afin d’avoir à ses pieds plusieurs caciques du régime, Mr Amougou Belinga a développé tout un réseau d’écoute téléphonique au Cameroun. Il a entreprit de mettre ses interlocuteurs sur écoute avec pour but de leur passer à un chantage sans pareil et surtout de leur extorquer de l’argent. Certains sont tombés dans ce piège bien tendu par le pourfendeur du tribalisme au Cameroun.

C’est le cas de Jean Baptiste Bokam, ex secrétaire d’état à la gendarmerie, Basile Atangana Kouna ex ministre de l’eau et de l’énergie ainsi que l’ancien Dg de la Camwater Jean William Sollo, une liste loin d’être exhaustive. Il suffit juste de faire un tour dans les cahiers de dépenses des différentes structures gérés par les victimes d’Amougou Belinga. Ce qui justifie le bal de communication qui pilule les réseaux sociaux de ce dernier avec plusieurs hautes personnalité de l’Etat.

Comme exemple, le SG de la police, le responsable de la sécurité présidentielle et même une conversation avec le directeur du cabinet civil a fait les choux gras de la presse.

Dans sa sale besogne, il a voulu impliquer le patron de la DGRE Leopold Maxime Eko Eko qui fort heureusement ne lui a jamais donné cette occasion. Même son de cloche chez l’actuel Ministre de la défense Joseph Beti Assomo qui a toujours esquivé tout contact avec Amougou Belinga estimant que c’est un bandit de grand chemin. Parmi les coups manqués de ce filou, il y a le ministre d’état à la justice garde des sceaux Laurent Esso.

Amougou Belinga a voulu également le mettre sur écoute oubliant que Monsieur le ministre qui est très respecté n’a pas pour habitude d’utiliser les téléphones portables. Parlant de Laurent Esso, il faut dire que le grand bandit avait réussi à attirer sa sympathie en se faisant passer pour une victime, alors que c’est lui qui a toujours été aux commandes de tous les coups bas au sein du sérail. L’amiral Fouda, le conseiller spécial du chef de l’Etat n’est pas reste.

Le même Amougou Belinga a voulu corrompre ce dernier en passant par l’intermédiaire de son épouse. Malheureusement pour lui, Dame Fouda a refusé de se plier au jeu en refusant l’argent que lui proposait Amougou Belinga. La conversation téléphonique qu’il a d’ailleurs eue avec madame Fouda s’est retrouvée sur la place publique. Une conversation où les intentions de l’homme sont démasquées.

Amougou Belinga au centre d’une filouterie, faux et usage de faux Dans le but de contrôler l’appareil sécuritaire du Cameroun, Amougou Belinga était prêt à mettre le paquet financier.
Dans une autre de ses conversation qui a fuitée, avec le dénommé Ekodo Serge résident à Genève, un faux conseil du président de la république, Amougou Belinga lui promet la somme de 30 millions de franc CFA si jamais les plans fonctionnent. Pour aller plus loin dans sa filouterie, l’homme de Nsam a monté toute une entreprise experte dans la fabrication, imitation et montage des voix.

Sa première cible a été le SGPR Ferdinang Ngoh Ngoh. Sa voix a été non seulement piratée, puis imité et enregistré et envoyé à la présidence de la république. L’objectif était de faire croire au chef de l’Etat que Ferdinand Ngoh Ngoh est sur un coup de tentative de coup d’Etat avec des israéliens notamment le général Mayer Heres qui est à la tête de l’AMI ( Assistance Militaire Israélienne), le général de brigade Barach Mena et le Major Eran Moas commandant de la base Helios BIR-GP.


Courrier_Diplomatique

Courrier_Diplomatique2

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter