Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 02Article 545878

General News of Friday, 2 October 2020

Source: www.camerounweb.com

Séquestration à domicile: voici enfin ce qu'il est reproché à Maurice Kamto

Le leader du MRC est « séquestré » chez lui depuis la nuit du 21 septembre, vieille de la grande de marche de protestation contre le régime Biya à laquelle il a appelé tous les Camerounais.



Officiellement, aucun fait n'a été retenus par la justice pour justifier l'assignation à résidence de Maurice Kamto et la mise sous surveillance policière de son domicile. « Personne ne m'a formellement signifié ce qu'on me reproche. Je n'ai reçu aucune notification d'aucune sorte » déclarait l'opposant au micro de la RFI au cours d'une interview le 28 septembre dernier.


Selon Jeune Afrique, celui qui revendique sa victoire à la présidentielle de 2018 fait l'objet de poursuite pour déstabilisation de l'Etat camerounais. Cette accusation avait été émise par le Mincom, Réné Emmanuel Sadi au cours d'une conférence de presse. La « situation du leader du MRC faisait l’objet d’un examen attentif des instances judiciaires compétentes » a laissé entendre le porte-parole du gouvernement. Le ministre reproche aussi au MRC dont Maurice Kamto est le président de « s’illustrer négativement par des activités attentatoires à la paix ».

Face à ces accusations, les avocats de Maurice Kamto dénoncent un abus de la part du régime de Yaoundé contre lequel ils envisagent de porter plainte. Selon eux, « se servir des déclarations des gens gardés à vue pour monter un dossier contre eux, est prohibée par le code pénal camerounais. »



Maurice Kamto bientôt sans provisions

Après Equinoxe Tv ce 28 septembre, Maurice Kamto s'est confié à la radio française RFI ce jour au cours d’une nouvelle interview. Interrogé par Polycarpe Essomba, correspondant de Rfi au Cameroun et victime de violences policières lors de la marche du 22 septembre, le leader du MRC a confié être inquiet pour les prochains jours. « Comme je ne connais pas la durée de mon assignation à résidence surveillée, et encore je ne sais pas s'il faut l'appeler ainsi, je ne peux pas vous dire si j'ai assez de provisions » déclare inquiet Kamto.

L'opposant est en effet interdit de sortir de chez lui depuis qu’un important dispositif militaire a été déployé devant son domicile le 21 septembre, veille d'une grande marche d'une partie de l'opposition camerounaise. « Si on devait faire les courses au jour le jour, évidemment qu'il serait impossible de tenir une semaine parce qu’on n’aurait pas eu de vivre ».

Dans la nuit du 21 septembre, un important dispositif militaire a en effet été déployé devant le domicile de Maurice Kamto alors que ce dernier préparait une grande marche contre le régime Biya. Depuis lors, l'opposant de 60 ans n'est plus sorti de chez lui, ni aucun autre membre de sa famille. « Ils m'ont dit que si je sors de chez moi, ils vont m'arrêter », confiait-il hier à Equinoxe TV. Deux de ses vigiles ont déjà été arretés. « Ceux qui moi sont sous médication, je ne peux pas vous dire combien de temps ils vont tenir » craint désormais Maurice Kamto, sous surveillance depuis 8 jours.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter