Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 15Article 549004

General News of Thursday, 15 October 2020

Source: lebledparle.com

Séquestration de Maurice Kamto : le gouvernement répond aux experts de l’ONU

Dans une déclaration officielle rendue publique le 14 octobre 2020, le ministre de la Communication du Cameroun, Porte-parole du Gouvernement, René Emmanuel SADI, a réagi au communiqué de presse rendu public le 12 octobre 2020, par les Experts-Rapporteurs spéciaux et par les Groupes de travail sur la «?Détention arbitraire et les Disparitions forcées ou volontaires, du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme, au sujet des procédures judiciaires régulièrement initiées à l’encontre de certains responsables et partisans du MRC?».

Dans sa communication, le gouvernement estime que cette prise de position est «?partiale, subjective et biaisée?».

«?(...) En dépit des mises en garde des autorités administratives et des forces vives de la Nation, et au mépris des condamnations de la communauté nationale tout entière, notamment au sujet du caractère illégal desdites marches, du reste non autorisé en raison de leur nature insurrectionnelle, parce que visant le renversement des institutions de la République, dont la plus Haute Autorité de l’État, le MRC et ses affidés ont pris sur eux de braver les lois et règlements de la République, en violant l’interdiction de manifestations publiques qui leur a été formellement signifiée par les autorités administratives compétentes. Face à de telles menaces à l’ordre public, il incombait naturellement aux pouvoirs publics la responsabilité de prendre les mesures qui s’imposaient...C’est ce qui a été fait?» situe René Emmanuel Sadi.

S’agissant du nombre de personnes interpellées, et contrairement aux chiffres avancés par le MRC et ses sympathisants, et relayés par les Experts sus-évoqués, le Gouvernement reprécise : «?Au total, 294 personnes ont été interpellées et 176 ont été libérées à ce jour?».

Pour le Porte-parole du Gouvernement camerounais, les Experts du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme dont «?on peut comprendre, l’élan de solidarité envers un confrère en déshérence, doivent bien se raviser, car il apparaît clairement qu’ils ont été induits en erreur sur la véracité des faits?», lit-on.

En tout état de cause, «?ni le Gouvernement de la République, ni le peuple camerounais dans sa grande majorité, n’entendent s’accommoder indéfiniment des agissements intempestifs d’un leader politique malavisé et de son parti en perdition, qui se sont volontairement mis en marge du champ et du jeu politiques, du fait de faux calculs et de décisions insensées et hasardeuses (...)?», écrit René Sadi.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter