Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 01Article 545737

General News of Thursday, 1 October 2020

Source: Cameroon Info

Séquestration de Kamto: Joseph Emmanuel Ateba révèle le plan caché du régime Biya

Le tout nouveau porte-parole du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun a accordé une interview au quotidien Le Messager de ce 1er octobre 2020. Il évoque la situation actuelle du leader du MRC, assigné à résidence, et des pistes pour sortir de cette situation de tension permanente entre le MRC et le pouvoir.

Pour Joseph Emmanuel Ateba, la situation actuelle de Maurice Kamto, président du MRC, assigné à résidence depuis plusieurs jours, est inacceptable. «Le Président Maurice Kamto se trouve aujourd'hui être le bouc émissaire idéal de ce régime pour camoufler 38 ans d'échec. Tous les prétextes sont bons pour ce système en vue de détourner l'attention du peuple des responsabilités qui sont les siennes et brandir Maurice Kamto comme celui par qui tous les malheurs sont arrivés et que c'est à cause de lui que le Cameroun est dans le trou», fustige le nouveau porte-parole du MRC.

Malgré cette privation de liberté, Joseph Emmanuel Ateba, qui présente le numéro un de son parti comme un homme qui a la passion du Cameroun, inébranlable quand il s'agit de son pays et très déterminé avec des convictions très fortes, estime qu’il est «serein et d'autant plus serein quand il voit le peuple camerounais se réveiller car son rêve est de voir un peuple camerounais debout prenant son destin en main».

L’appel aux marches pacifiques lancé par le MRC a été qualifié d’appel à l’insurrection par le pouvoir et de nombreux partis politiques proches du pouvoir. Des accusations balayées du revers de la main par le militant du MRC. «L'insurrection ne se décrète pas, elle ne s'annonce pas, on la vit. Il y a des éléments constitutifs d'une insurrection et j'aimerais qu'on me montre un seul actif d'une insurrection avant, pendant et après les marches du 22 septembre», martèle Joseph Emmanuel Ateba.

Selon lui, «nous avons un sérieux problème avec la démocratie et il serait peut-être temps qu'on revienne avec les lois d'exception pendant qu'on y est. Comment comprendre que les citoyens soient persécutés parce qu'ils ont exprimé librement leur opinion ? C'est la première fois que j'entends qu'une opinion est constitutive d'un coup d'Etat. Une opinion est une opinion et non un acte. (...) L'attitude de ce régime exprime tout simplement sa peur, car il est conscient du mal qu'il fait au peuple camerounais et sait qu'à tout moment il peut se révolter», soutient-il.

Le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, réagissant quelques jours après les marches organisées le 22 septembre 2020 dans plusieurs villes du pays, a laissé entendre que le MRC pourrait être dissout et son leader envoyé en prison. En guise de réponse, le porte-parole du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun estime que le MRC ne sera pas le premier parti à être dissout au Cameroun. «L'UPC l'a été et tous ses leaders assassinés mais cela n'empêche qu'aujourd'hui tous les Camerounais soient reconnaissants du combat de l'UPC. Les bandits tuent ceux qui les surprennent pendant les cambriolages pour qu'ils ne les dénoncent pas», lance-t-il.

Comment sortir de cette situation de tension permanente entre le MRC et le pouvoir ? «L’espérance est que les Camerounais puissent enfin s'asseoir autour de la même table y compris ceux qui l'ont détruit pour repenser leur pays qui est en lambeaux. Le Cameroun est victime de l'orgueil d'un homme qui refuse d'assumer son échec en essayant d'attribuer la responsabilité aux autres. L'humilité étant l'opposé de l'orgueil, il est temps que ce système de l'orgueil et de l'arrogance retrouve toute son humilité afin de permettre au Cameroun de retrouver son unité, sa stabilité afin de lui garantir un meilleur avenir», propose-t-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter