Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 04Article 553915

General News of Wednesday, 4 November 2020

Source: Essigan

Route Bogo-Pouss: ces preuves de corruption qui accablent le Mintp

Des rapports révèlent que Nganou Djoumessi a désigné son représentant à la dernière minute pour imposer les adjudicataires. Par ailleurs, il est signalé des dessous de table.

La route Bogo-Pouss, 63,16km, sur financement de la Banque africaine de développement (Bad), objet de l’appel d’offres international ouvert du 02 juin 2020, fait elle aussi problème, lorsqu’on prend le temps de s’y intéresser. En effet, ce tronçon de route du chantier Maroua-Bogo-Pouss, et qui prend en considération la construction des voiries de certaines villes traversées, a bizarrement été attribué à l’entreprise qui après examen des dossiers d’appel d’offres, était la plus disante, avec un surplus de 10 milliards Fcfa sur celle arrivée en tête si on en croit les résultats de la commission ayant siégé pour l’attribution dudit marché routier.

L’entreprise Gitto, moins disante sur le tronçon en question, et arrivée en tête après examen des dossiers d’appel d’offres, voit ainsi l’entreprise Soroubat menacée de lui damer le pion, alors même que cette dernière présente un dossier financier, 10 milliards plus couteux que celui de Gitto. Le passif de Soroubat, entreprise Tunisienne, n’est cependant pas des plus reluisants en matière d’exécution des travaux routiers au Cameroun, avec à son actif, un chantier abandonné dans le Nordouest. Si pour le cas du Noso, la raison sécuritaire peut prévaloir, il ressort tout de même une curiosité provenant des soumissions récentes de cette entreprise en matière de conformité au dossier d’appel d’offres. A l’exemple de la route Ntui-Mankim, qui a fait l’objet d’une attribution en septembre dernier. Et à ce sujet, l’entreprise Tunisienne avait été retiré de la compétition pour n’avoir pas pu justifier des références d’un chiffre d’affaires annuel de 20 milliards Fcfa; comme l’exige le code des marchés en vigueur au Cameroun, en la matière.

Curiosités

Et curieusement pour un chantier plus important, où le chiffre d’affaires exigé aux soumissionnaires est de 32 milliards Fcfa, Soroubat est paradoxalement à jour, alors que les un an exigible en pareille circonstance ne sont pas arrivés à leur terme. Au point où l’entreprise la moins disante, Gitto, sous bannière Italienne est proclamée en capacité financière, critère majeur et Soroubat en capacité financière, critère mineur. Dans son édition du mercredi 28 octobre dernier, 404e parution, votre journal vous faisait déjà part du sanctuaire de la corruption qui a fait son nid à la cellule des projets Banque africaine de développement (Bad), et Banque mondiale (Bm), du ministère des Travaux publics. Les commissions d’études des appels d’offres ont toujours un représentant du maitre d’ouvrage, dont le nom n’est connu qu’à la dernière minute sur note de service du patron des travaux publics.

De sources bien introduites, ce dernier est celui qui a la charge de venir imposer l’entreprise adjudicataire, désignée par les soins de son commissionnaire. Ceci par des subterfuges passant du changement des critères à la non prise en compte du code qui institut la règle du moins-disant ayant les caractéristiques techniques et financières requises. L’Etat du Cameroun ayant adopté, dans la réalisation des chantiers routiers, l’adage «là où la route passe, le développement suit», les chantiers routiers sont quasi tous accompagnés d’un certains nombres de projets de développement des localités traversées.

C’est ainsi que des écoles, des centres de santé, des adductions d’eau et autres aménagements de voirie sont réalisés par les Pme camerounaises sous-traitantes, et qui n’ont pas forcément la capacité financière pour la réalisation du gros œuvre. Or, constat fait sur le terrain, les multinationales en charge de la réalisation des grands chantiers au Cameroun s’adjugent aussi ces réalisations connexes, privant ainsi les petites et moyennes entreprises camerounaises d’une bouffée d’oxygène financière conséquente et utile à leur survie. Le mal est profond et exige qu’on lui accorde un regard attentif.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter