Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 02Article 517582

General News of Tuesday, 2 June 2020

Source: lebledparle.com

Richard Bona clarifie sa position au sein du MRC, le parti de Kamto


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’artiste camerounais résidant aux États-Unis s’est confié à la BBC radio le 1er juin 2020. Au cours de son intervention, il a clarifié sa posture vis-à-vis du parti de Maurice Kamto et s’est aussi exprimé sur les attaques de Ngarbuh qui ont coûté la mort à des populations civiles en Février dans le Nord-Ouest Cameroun.

Répondant aux personnes qui le considère comme un militant du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, Richard Bona s’est voulu clair. « J’ai une position de patriote, et pas une position partisane. Je n’appartiens pas au parti de Maurice Kamto. Si le gouvernement fait des actions qui sont propres, qui sont des actions qui sont louables, je participerais avec plaisir pour aider les populations », a-t-il dit.

Le guitariste n’a pas manqué au passage de s’attaquer au régime Biya, coupable du « massacre de Ngarbuh » qui lui a d’ailleurs inspiré une chanson.

«Lorsqu’il se passe ce genre d’événement, et lorsqu’on a un gouvernement qui est toujours dans le déni et le mensonge, car les autorités camerounaises avaient initialement démenti les accusations quant à l’implication des soldats dans ce massacre, jusqu’au point où on a vu le Ministre de la Communication y aller, et dire qu’il n’y a pas eu 23 morts à Ngarbuh carrément. C’est ce déni qui fait plus mal. 30 ans après la chute du mur (de Berlin), force est de constater que les régimes autoritaires n’ont toujours pas disparu. Le Cameroun est la preuve que ces régimes autoritaires sont toujours là, bien évidemment avec le soutien de la France», affirme Richard Bona d’un ton outré.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter