Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 12Article 572974

General News of Friday, 12 February 2021

Source: CTV Afrique

Représailles: les sécessionnistes veulent attaquer les églises catholiques du Cameroun

C’est en représailles au séjour récent à Bamenda, nord-ouest Cameroun, sans incident, de l’envoyé spécial du pape et du représentant personnel du chef de l’état.


Les forces de sécurité et de défense vont renforcer la sécurité autour des églises catholiques pour contrecarrer l’es dits projets macabres, les entrées seront filtrées, avec accent particulier sur les porteurs de colis suspect.


L'incendie criminel a tué un bébé à Batibo

Le rôtissage d'un bébé le 11 février 2021 à Batibo dans la région du Nord-Ouest du Cameroun semble choquer des millions de personnes dans le monde, mais très peu de gens se souviennent que l'incendie de maisons lors d'une insurrection ou d'une insurrection au Cameroun est une politique gouvernementale qui remonte à l'époque du mouvement marquisard au Cameroun oriental.

L'incendie d'un bébé à Batibo lors de la Journée de la jeunesse du pays par des soldats de l'armée gouvernementale est un rappel clair que la paix et la stabilité sont encore illusoires au Cameroun bien que le gouvernement donne l'impression que les choses se stabilisent dans le sud du Cameroun.

La torréfaction des personnes vulnérables n'a rien de nouveau pendant ce conflit qui a déjà envoyé plus de 7 000 Camerounais dans une tombe prématurée.

Kwakwa et Ngarbuh sont encore frais dans de nombreux esprits. À Kwakwa, une vieille femme et un vieil homme malade ont été rôtis vifs par des soldats de l'armée censés protéger des civils innocents.

À Ngarbuh, les troupes gouvernementales ont abattu des dizaines de personnes et incendié des maisons, laissant beaucoup de personnes calcinées dans leurs maisons. Il s'agissait de jeunes enfants et de femmes enceintes qui n'avaient rien à voir avec l'insurrection qui se déroule dans les deux régions anglophones du Cameroun depuis plus de quatre ans.

Le gouvernement soutient clairement que le fait de brûler les maisons des pauvres et des innocents amènera la population à cesser de soutenir les insurgés même s'il n'a pas été vraiment prouvé que la population soutient les combattants.

De chaque indication, il est également clair que la population a été prise entre le diable et la mer d'un bleu profond. La même population est menacée par les combattants sud-camerounais lorsque les combattants se sentent trahis par quelqu'un.

La population est confuse et ne sait pas vers qui se tourner. Le gouvernement est censé soutenir ces personnes qui ont perdu leur gagne-pain en raison des combats qui se déroulent dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du pays.

Le gouvernement camerounais n'a pitié de personne. La mort d'enfants et de femmes enceintes au cours de ces combats ne suscite aucune pitié chez les responsables gouvernementaux. Le gouvernement a un objectif - prouver qu'il peut gagner une guerre - et les généraux qui dirigent les troupes soutiennent clairement que l'insurrection est une opportunité pour eux de s'enrichir.

Le même gouvernement a libéré ses soldats de l'armée contre la population juste pour démontrer sa force. À Santa, dans la région du Nord-Ouest, les forces gouvernementales ont fauché une vingtaine de jeunes hommes dans un hôtel et le ministre de l'administration territoriale du pays, Atanga Nji Paul, a fait valoir que les garçons étaient des combattants même quand il a été prouvé que c'était le même gouvernement qui avait invité ces hommes. garçons dans cet hôtel pour des raisons connues uniquement d’Atanga Nji.

À Muyengue, le gouvernement a été pris le pantalon baissé avec ses soldats incendiant des maisons alors que les soldats portaient des casques bleus juste pour impliquer les Nations Unies.

Les atrocités commises par le gouvernement pendant ce conflit ont été soigneusement documentées et chaque fois que la guerre prend fin, ceux qui ont commis ces actes ou réquisitionné ces actes de violence extrême seront traduits en justice.

Un gouvernement a le devoir et la responsabilité de protéger sa population, mais dans le sud du Cameroun, le gouvernement de Yaoundé travaille d'arrache-pied pour démontrer qu'il est plus diabolique que l'armée en lambeaux qui se bat pour la libération totale du sud du Cameroun.

Au lieu de chercher des moyens de mettre fin à la violence et de construire la paix dans les deux régions anglophones du pays, le gouvernement de Yaoundé fait de son mieux pour prouver un point qui n'a pas de raison d'être.



C'est une guerre qui aurait clairement pu être évitée si le gouvernement avait utilisé des instruments connus de gestion et de résolution des conflits. Un dialogue authentique, élément clé de la résolution des conflits, a été clairement ignoré et pour tromper la population du sud du Cameroun et la communauté internationale, le méprisable gouvernement de Yaoundé a organisé un semblant de dialogue dans lequel il a choisi qui devait y participer, quelles questions devaient être discuté et quelles résolutions et conclusions devaient être prises par les participants; une idée qui n'a fait que dégénérer le conflit de plusieurs crans.

La torréfaction d'un bébé à Batibo n'est pas un accident et ne laisse personne se laisser tromper par ce que le gouvernement dirait.

Le gouvernement de Yaoundé est en train de gagner un argument et il ne recule devant rien pour prouver son point. Comme à son habitude, il ordonnera une enquête dont les résultats resteront lettre morte comme la plupart des autres enquêtes menées depuis 39 ans par un gouvernement qui se conduit comme un syndicat du crime fait dans le même moule que le Sicilien. Mafia.

Malgré ses efforts, le gouvernement de Yaoundé doit comprendre qu'indépendamment de la brutalité féroce qu'il inflige à la population, une victoire militaire claire est une impossibilité évidente.

Plus le gouvernement commet d'atrocités dans le sud du Cameroun, plus il crée des combattants plus déterminés et en colère dont l'objectif cardinal est de venger la mort de leurs proches.

Le seul moyen de sortir du bourbier que le gouvernement a créé sera un dialogue sincère avec les principales factions du sud du Cameroun dans un endroit neutre en présence d'une tierce partie neutre.

Mais un tel dialogue ne peut avoir lieu alors que le garçon d'affiche de la rébellion, Julius Ayuk Tabe, et d'autres éléments clés de la lutte du sud du Cameroun sont toujours détenus dans les donjons du Cameroun oriental.

Un bon premier pas sera de libérer tous ceux qui ont été arrêtés dans le cadre de la lutte et d'accorder une amnistie générale à tous ceux qui ont directement ou indirectement joué un rôle dans cette lutte!

L'incendie des maisons, des bébés et des personnes âgées n'apportera jamais la paix au Cameroun. Au contraire, cela ne fera que semer l'amertume, la vengeance, la mort et la destruction. Le gouvernement doit apprendre de l'histoire et il doit reconnaître que les temps ont changé.

S'il a vaincu le mouvement marquisard dans les années 60, il faut comprendre qu'il n'y avait pas d'internet et que les acteurs du mouvement marquisard n'étaient pas nombreux.

Aujourd'hui, il y a environ quatre millions de Camerounais du Sud hors de leur pays et chacun d'eux a été affecté par des combats insensés. Et cela amène beaucoup d'entre eux à apporter de l'argent, des idées et du temps pour que le gouvernement mijote dans son jus dans le sud du Cameroun en tuant des soldats de l'armée et des policiers qui collaborent avec le régime corrompu de Yaoundé.

Malgré la mort et la destruction qui se sont déjà produites dans le sud du Cameroun, il reste encore de la place pour une réconciliation authentique et durable; une opportunité que le gouvernement doit saisir s'il a vraiment hâte de faire du Cameroun un et indivisible.

Par Soter Tarh Agbaw-Ebai

Président, rédacteur en chef

Groupe de nouvelles Concord