Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 09Article 526327

General News of Thursday, 9 July 2020

Source: Actu Cameroun

Remise des peines : les clarifications du Garde des Sceaux


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Une note circulaire définissant et expliquant les modalités d’application du décret présidentiel portant commutation et remise des peines a été mise à la disposition du parquet et des tribunaux en vue d’harmoniser la compréhension du décret du 15 avril 2020.

En ce qui concerne la région du Centre une commission technique chargée de l’examen et de la validation des dossiers des détenus concernés par cette mesure de clémence a été créée et placée sous la coordination du Procureur général Jean Fils Ntamak. Elle a pour membres, le Délégué régional de l’administration pénitentiaire, les régisseurs, les procureurs des tribunaux de la région.

La prison centrale de Kondengui est réputée et fait l’objet de tous les qualificatifs abjects, des descriptions aussi irréalistes que vraies. Elle a été mise en avant ces trois dernières années avec l’embastillement des personnes relevant de la crise anglophone et des militants de certains partis politiques. Ce qui en a fait une bonbonnière à gaz, qui soit du 22 juillet 2019 a exposé suite à une émeute heureusement maîtrisée par les forces d’élites delà défense.

Comme toute les prisons d’Afrique, la prison de Kondengui souffre de la vétusté de ses installations, d’un sous équipement et surtout d’une surpopulation carcérale. Ses effectifs au 15 avril 2020 affichent 3122 prévenus, 457 condamnés, 129 appelants, 78 en cassation. Soit un total de 3:866 détenus. Bâtie sur un hectare, la prison centrale de Yaoundé a un taux d’occupation de 220% à date. Avec l’apparition du coronavirus, elle est devenue un champ propice pour sa propagation. Ce d’autant plus que l’application de toute les mesures restrictives, était inopérante.

L’absence d’espace pour le confinement des nouveaux incarcérés, l’absence de tests de dépistage, les difficultés logistiques diverses et principalement en matière de santé et la prise en charge des malades se sont faites ressentir. Et malgré la note circulaire du Secrétaire d’Etat à l’Administration pénitentiaire, adaptant à son secteur les mesures restrictives édictées par le chef du Gouvernement, des limitations des visites, la transmission des repas entre autre, ont été prohibés. Les prisons sont restées vulnérables et exposées au virus. Aucune disposition n’ayant été prise pour la surveillance des gardiens de prison, potentiel vecteur de la maladie dans un environnement où, la ville de Yaoundé constitue l’un des principaux foyers du virus en Afrique.

Au 15 juin 2020, l’analyse durant cette période de référence affiche 320 nouvelles infections au sein de la population carcérale. Soit environ 100 personnes par mois. Parallèlement, 973 détenus ont été libéré. 360 ont bénéficié directement de la mesure de clémence présidentielle. Environ 500 détenus ont bénéficié indirectement des mesures d’accélération des procédures mises en place par le ministre de la Justice.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter