Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 10Article 526366

General News of Friday, 10 July 2020

Source: L’ANECDOTE : N°1117

Remaniement ministériel : Paul Biya dos au mur


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Depuis la tenue des élections législatives et municipales au mois de février dernier, l’action publique bat de l’aile. La survenance de la crise sanitaire, le retour de la paix en zones anglophones et la relance des grands chantiers doivent conduire le chef de l’Etat à rebattre les cartes et à injecter du sang neuf dans l’équipe du Premier ministre.
Les cabinets ministériels bruissent ces derniers temps de rumeurs de couloir faisant état de l’imminence d’un remaniement ministériel. Du coup, tous les jours, depuis la validation des mandats des élus du peuple au Parlement, membres du gouvernement, proches de ministres et autres curieux se scotchent au journal de 17h de la radio nationale. Cette ambiance lourde faite de suspicions, d’inquiétudes, de stress, frise une stratégie manifeste d’épuisement psychologique des mauvais élèves de l’équipe Dion Ngute.

En fait, comme il est de tradition, l’épilogue des opérations électorales se traduit très souvent, sinon toujours, par la remobilisation, le redéploiement de l’équipe gouvernementale devant doit refléter la réalité du résultat des urnes, des forces politiques et de la nouvelle configuration du paysage politique. Si le RDPC, parti au pouvoir est sorti grand vainqueur des dernières législatives et municipales, il y a cependant des fiefs où le parti a mordu la poussière et qui demandent l’intronisation d’un nouveau chef devant conduire le parti vers la reconquête de son honneur perdu.

De l’autre, il y a des militants et cadres du parti au pouvoir, dont l’engagement sur le terrain a permis de faire basculer le résultat des urnes en faveur du camp présidentiel. Par ces actions, ces derniers qui ont aidé à conquérir des bastions autrefois aux mains de l’opposition, attendent le retour légitime d’ascenseur. De même, dans la stratégie de faire participer l’ensemble des forces vives de la nation au développement du pays, des tractations ont été menées et des alliances conclues pour une entrée au gouvernement de certains membres de l’opposition.

Au-delà, sur le plan du fonctionnement de l’Etat, une sorte de léthargie semble s’être emparée de l’action publique ; le Covid-19 est certes passée par là ces derniers mois, mais l’on ne ressent pas la même ferveur habituelle qui caractérise l’animation du travail gouvernemental. Nombre de membres du gouvernement sont happés par l’usure et sommeillent ; on a également des personnes qui avaient reçu des feuilles de route précises pour des secteurs précis et donc les missions et les résultats doivent être évalués et sanctionnés positivement ou négativement. Ce qui servira d’onction présidentielle à leurs actes et leur engagement sur le front républicain.

Nombre de programmes demandent également à être soit réorientés, soit redéfinis ou réformés pour plus de cohérence dans l’action publique. A titre d’illustration, à l’heure où le chef de l’Etat parle de reconstruction des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, l’on devrait solder les comptes du plan d’urgence humanitaire dédié à ces deux régions. Ceci aura pour impact une meilleure coordination du déploiement des opérations et une ventilation rationnelle des fonds pour un développement synchronisé et harmonieux de ces deux régions.

A un niveau élevé de l’Etat, certains segments de l’administration, mis en veilleuse par la paresse, sont devenus des mouroirs de dossiers et l’épicentre de nombreux trafics. Ainsi, redéployer l’équipe Dion en y injectant du sang neuf, aura pour effet d’installer une nouvelle dynamique dans le travail gouvernemental.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter