Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 08Article 565859

General News of Friday, 8 January 2021

Source: 24cameroun.com

Remaniement: 'les technocrates doivent avoir leur place dans le prochain gouvernement'

Thomas d’Aquin Simbé Avoré, politologue enseignant en sociologie de la communication de l’université de Dschang, explore à l’ère de la décentralisation concrète la configuration du gouvernement fortement attendu.

L’arsenal institutionnel élaboré autour de la décentralisation parachevée en Décembre dernier par les régionales nécessite d’ores et déjà une équipe gouvernementale pourvue d’homme aguerris à cet effet. Sa composition au plan administratif suppose la pénétration des technocrates au sein du gouvernement et une moindre onction à la bureaucratie compradore.
Le Minât et le Minddevel deux institutions au cœur de la décentralisation.

Les ministères de l’administration territoriale et celui de la décentralisation et du développement local directement impliqués dans le mode de gouvernance actuel portent dans leurs cahiers de charges instruits par le chef de l’État l’essentiel de l’œuvre.

« Le succès de la décentralisation dépend du minât et du minddevel. Ces deux ministères sont de façon globale le noyau dur de la décentralisation. Ils ont pour responsabilité d’implémenter la stratégie de manière probante. Leurs missions renvoient au suivi et à l’évaluation des principes de la décentralisation en direction des élus locaux ».

Cette approche de Thomas d’Aquin Simbé Avoré politologue met en lumière la finalité des enjeux qui incombent à ces deux départements ministériels. Toutefois la minimisation des autres ministères serait un coup fatal pour la décentralisation. Mais dans ce système l’acteur devient le capital fondamental de la production quelle soit financière ou structurelle.

Le profil de l’emploi

Certes la vieille classe politique dans les arcanes du pouvoir s’active pour garder la mainmise sur le fonctionnement de l’Etat unitaire décentralisé. Bureaucrates, aristocrates et électrons libres caressent l’éternel songe de se ravitailler à la pompe de la fortune publique à travers leurs positions d’influence. Le phénomène se prolonge dans les ministères, les directions générales ainsi que dans les services déconcentrés où le langage de la décentralisation n’a pas tardé à se hisser en prétexte d’une promotion calculée. En ce moment l’Homme vaut mieux que le travail et son profil plus- que jamais déterminant.

« Georges Elanga Obam est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. C’est un technocrate d’une très grande dimension. D’ailleurs les résultats depuis qu’il est à la tête du minddevel en 2018 date de sa création par le président de République sont connus. Techniquement et politiquement il correspond au profil exact de ce ministère. J’ose croire qu’il ne sera pas muté parce que les technocrates comme lui doivent avoir leur place dans le prochain remaniement. Son parcours académique et professionnel dans la haute administration suffit qu’il soit maintenu à son poste ». Renchérit l’analyste politique.

Mais au vu des réalités sur le surpoids des égos de quelques hauts commis de l’État malheureusement surdoués dans la confiscation du pouvoir l’on est à même de s’interroger si le transfert du pouvoir sera effectif au profit des élus locaux.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter