Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 21Article 528952

General News of Tuesday, 21 July 2020

Source: www.camerounweb.com

Reformes électorales : pensez-vous que le peuple doit descendre dans la rue ?(Sondages)


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’organisation des élections régionales sans la réforme du code électoral doit-elle justifier un soulèvement du peuple ? Sinon comment pensez-vous que le Cameroun pourra-t-il finalement sortir de la crise politique qui commence par s’enliser tout comme la crise sécuritaire ?
Participez au sondage



Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) absent lors des élections législatives et municipales du 09 février 2020 n’entend plus laisser le champ libre au pouvoir en place. Son président Maurice Kamto dans une nouvelle adresse à la nation appelle le peuple au soulèvement si le régime tente d’organiser les prochaines élections régionales avant une réforme consensuelle du système électoral.


« Mais trop c’est trop ! Si, comme à son habitude, ce régime choisit la confrontation et convoque le corps électoral, même pour les élections régionales, sans avoir, au préalable, créé les conditions du retour à la paix dans le NOSO et procédé à une réforme consensuelle et effective du système électoral, il aura la réplique du peuple. », a déclaré Maurice Kamto qui plus haut, donne les détails de la nature du soulèvement en préparation.
Fidèle à ses valeurs patriotiques, le président du MRC tout en restant ferme, souhaite que la colère du peuple s’exprime de façon pacifique.


« Le MRC demande à ses militants et sympathisants, au Peuple de la Renaissance et aux Camerounais épris de démocratie et de paix, au Cameroun et à l’étranger, de se mobiliser pour empêcher par tous les moyens pacifiques, la tenue de toute nouvelle élection, à commencer par les élections régionales en préparation, avant la fin de la guerre civile dans le Noso et la reforme consensuelles effective du système électoral », explique-t-il.
Maurice Kamto est cependant conscient que la colère du peuple pourrait occasionner des situations de violence.


« D’ores et déjà, le MRC rend Monsieur Paul BIYA, Président de la République de fait, suite au hold-up électoral de 2018, son régime et ses miliciens, qui se sont tristement illustrés lors des répressions sauvages du 26 janvier 2019 et des 1er et 8 juin 2019, responsables de tous les incidents et violences qui pourront survenir, si malgré cette mise en garde, le régime forçait l’organisation de quelque élection sans satisfaire aux deux exigences rappelées ci-dessus ».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter