Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 20Article 528661

General News of Monday, 20 July 2020

Source: cameroon-info.net

Recrutement de 3000 instituteurs: le MRC exige l'ouverture d'une enquête


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le parti dirigé par Maurice Kamto exige l’ouverture d’une enquête pour établir les responsabilités afin de prendre les sanctions administratives appropriées.

Le MRC dénonce le recrutement de 3000 instituteurs au titre de l'exercice 2019, récemment publié par le ministère de l’Education de Base.

Dans un communiqué publié ce 19 juillet 2020 et repris dans les colonnes du quotidien Le Messager édition du 20 juillet 2020, «le MRC relève que, comme dans plusieurs cas de recrutement menés par le régime en place, ce recrutement des instituteurs a été entaché de multiples irrégularités. Selon des candidats non retenus, la commission de recrutement n’aurait pas tenu compte des principaux critères devant guider son travail, à savoir: l’âge du candidat et l’ancienneté du diplôme requis. Le processus de recrutement serait marqué également par la fraude, la corruption et le favoritisme».

Devant la gravité des accusations, «le MRC appelle l’attention du Premier Ministre sur leur situation et l’exhorte à recevoir les protestataires, à instruire l’ouverture d’une enquête pour établir les responsabilités afin de prendre les sanctions administratives appropriées, sans préjudice, le cas échéant, des poursuites judiciaires contre les auteurs des actes répréhensibles», peut-on lire.

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun demande un réexamen des dossiers des candidats recalés, «afin que ceux d’entre eux qui remplissent les critères exigés initialement soient rétablis dans leur droit, mais également que ceux qui ont été recrutés frauduleusement soient purement et simplement rayés des listes».

Le parti constate pour le déplorer «que le secteur de l’éducation ait perdu, au fil du temps, son rayonnement dans notre pays, du fait de ces pratiques dont s’accommode ce régime de prévaricateurs, du mépris dont font l’objet les enseignants en général et ceux de la maternelle et du primaire en particulier».

Les instituteurs recalés ont récemment manifesté devant le Premier ministère pour réclamer justice. Le parti dirigé par Maurice Kamto a tenu à exprimer «sa sympathie aux candidats injustement écartés dans le processus de recrutement querellé, les invite à faire preuve d’abnégation dans leur lutte pour le respect de leurs droits, et donc pour la justice dans notre pays».

Participez au sondage

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter