Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 23Article 529540

General News of Thursday, 23 July 2020

Source: Actu Cameroun

Recrutement controversé de 3000 instituteurs : réaction d’Etoundi Ngoa aux attaques de Kamto


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

La gestion catastrophique de ce processus de sélection a donné du grain à moudre au parti de Maurice Kamto. Qui, au moyen d’un communiqué publié le 18 juillet dernier, dénonce la fraude, la corruption et le favoritisme l’ayant marqué.

Le dernier recrutement d’instituteurs n’arrête de faire des vagues et susciter des désapprobations autant de la société civile que des acteurs politiques. Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) de Maurice Kamto, au moyen d’un communiqué rendu public le 18 juillet dernier, a apporté sa voix à la dynamique de contestation de ce dernier scandale du ministère de l’Education de base. Au passage le parti de Maurice Kamto dénonce la fraude, la corruption et le favoritisme ayant encadré le processus de sélection.

« Le Mrc relève que, comme dans plusieurs cas de recrutement menés par le régime en place, ce recrutement des instituteurs a été entaché de multiples irrégularités. Selon des candidats non retenus, la commission de recrutement n’aurait pas ténu compte des principaux critères devant guider son travail, à savoir : l’âge du candidat, l’ancienneté du diplôme requis. Le processus de recrutement serait marqué également par la fraude, la corruption et le favoritisme », dénonce le parti.


Le 15 juillet dernier, « le collectif des titulaires d’anciens Capiemp frustrés au cours des recrutements au Minedub » a manifesté devant les services du premier pour dénoncer l’injustice dont ils sont convaincus d’être victimes. Ainsi, ses mandataires ont été reçus par le conseiller N°1 à la primature. Ce, au nom du premier minstre, chief Dion Joseph Ngute. Qui, leur a promis que des démarches seront engagés, en accord avec le partenaire de la Banque mondiale, pour apporter des solutions au problème. Mais, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) appelle le Pm à recevoir ces « instituteurs frustrés » et à diligenter une enquête afin de tirer au clair les responsabilités des uns et des autres dans cet autre scandale de recrutement.



« Devant la gravité des accusations, la détresse des jeunes Camerounais concernés et l’indifférence du ministère de tutelle, le Mrc appelle l’attention du Premier ministre sur leur situation et l’exhorte à recevoir les protestataires, à instruire l’ouverture d’une enquête pour établir les responsabilités afin de prendre les sanctions administratives appropriées, sans préjudice, le cas échéant, des poursuites judiciaires contre les auteurs des actes répréhensibles. Les actes de fraude, de corruption et de favoritisme qui sont inacceptables quel que soit le secteur d’activité concerné ne peuvent rester impunis, à fortiori dans un secteur aussi sensible.que celui de l’éducation », exhorte le président national du Mrc.


En rappel, les listes de 3000 recrues du Minedub publiées le 27 mai dernier font l’objet d’une dénonciation véhémente de la part des recalés. En effet, ces derniers mettent en épingle les multiples tripatouillages qui auraient marqué le processus de sélection. A ce propos, ils pointent l’absence des années d’obtention du Capiemp des candidats retenus, l’absence d’informations relatives au sexe des candidats, etc.

Face à ces Irrégularités, ils ont décidé de saisir le ministre de l’Education de base, Laurent serge Etoundi Ngoa. Qui, dans un premier temps, a répondu par une forte militarisation de l’immeuble abritant ses services. Mais face à la détermination, des « instituteurs frustrés », il a fini par les recevoir et à laisser entendre que la question de la contractualisation des instituteurs ne dépend pas de lui. Comme pour se débarrasser d’eux, commente, l’un des leaders du mouvement de contestation.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter